Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Je suis une femme chauffeur de taxi, et je peux vous dire que je n’ai pas besoin de raconter des blagues à mes amis : il me suffit de leur confier des histoires qui me sont arrivées au travail

7-4-
18k

Je m’appelle Katia et je suis chauffeur de taxi. Avant, j’étais journaliste mais lorsque mon agence m’a laissée tomber, j’ai dû choisir entre travailler pour un minuscule groupe de presse ou trouver une autre voie. La solution est apparue spontanément lors d’une discussion avec un chauffeur de taxi. J’ai eu l’impression qu’ils ne gagnaient pas trop mal leur vie et j’ai décidé de faire quelques courses en attendant de trouver mieux.

Presque tous les trajets sont une véritable aventure, j’ai donc décidé de créer une chaîne dédiée à mon travail. Spécialement pour Sympa, j’ai sectionné les histoires les plus fascinantes qui nous sont arrivées, à moi et à ma petite voiture.

Les amis d’enfance

Un jour, j’ai accepté une course pour une ancienne camarade de classe d’une amie. Une connaissance du genre “je ne me souviens plus de son prénom” mais lorsque tu la vois, tu fais semblant de la connaître depuis toujours. Elle était ravie, elle m’a raconté toute sa vie durant le trajet.

Une fois arrivées en bas de chez elle, je termine la course. Elle reçoit une notification, elle sort son téléphone. “C’est bizarre, on vient de me facturer le trajet” — “Bah oui, c’est normal, la course est terminée” — “Mais je pensais qu’on était amies” — “Pardon ?” - “Je pensais que tu allais me ramener gratuitement”. J’ai halluciné et j’ai commencé à réfléchir comment me sortir de cette situation désagréable sans me disputer avec elle.

Je lui dis : “Écoute, tu es prothésiste ongulaire à domicile, non ? Fais-moi une manucure et je te rendrais la somme que tu as dû payer pour ce trajet. On sera quittes en se rendant service mutuellement. Les bons comptes font les bons amis.” Et elle me répond : “Mais c’est mon gagne-pain ! Tu es bête ou quoi ? Je ne vais pas te faire une manucure gratuite enfin !”

Oui, ce n’est pas pour rien que l’on dit que les amis d’enfance sont les plus fidèles...

La solidarité féminine

Un homme de 35 ans monte à bord de mon véhicule. Je démarre et il me demande en prenant un air comploteur : “Madame, voilà, c’est compliqué... Je ne peux pas tout vous expliquer maintenant, mais pourriez-vous vous arrêter à la prochaine station de métro ? Je descendrai et vous continuerez toute seule jusqu’à destination. Je vous laisse 5€ de plus”.

Je regarde, la course a déjà été réglée par carte bancaire. Je réponds : “Très bien”. Il me dit : “Mais vous allez bien jusqu’au bout, hein ? Je vais le vérifier sur l’appli”. Il descend devant la bouche de métro, je continue ma route comme convenu. Et là, je reçois un appel : “Allô, Madame, vous allez bien à *** ? J’ai réservé cette course pour mon mari. Pourriez-vous me le passer, s’il vous plaît ?”

Punaise, je ne voulais pas faire faux bond au gars qui m’avait donné de l’argent... “Il dort”, lui dis-je. “Madame, ne me mentez pas, il ne dort jamais en voiture. Il m’a dit qu’il devait retourner au travail aujourd’hui. Et je lui ai commandé un taxi moi-même exprès pour pouvoir vérifier où est-ce qu’il allait. S’il vous plaît, dîtes-moi, où est-ce qu’il est descendu ?”

La solidarité féminine vaut plus que cinq euros. “Je l’ai laissé à une station de métro”. “Merci, un grand merci à vous !” Et lorsque j’ai terminé la course, j’ai reçu pour la première fois de ma vie le pourboire maximal, avec les cinq “étoiles” en prime !

Un petit malentendu

Une bonne raison

Une femme de 35 ans s’installe dans ma voiture. Ses cheveux vert fluo, fixés avec je ne sais quel produit coiffant, pointent vers le haut de 20-30 centimètres. Elle ne peut pas s’asseoir correctement, elle est à moitié allongée, elle regarde sa montre en permanence. Elle est pressée et stressée, cela se voit.

La curiosité me démange mais je n’ose rien lui demander. Elle est de plus en plus nerveuse, elle regarde l’heure sans arrêt. “Excusez-moi, est-ce qu’on pourrait aller un peu plus vite ?” - “C’est impossible, vous voyez bien que nous sommes dans un embouteillage” — “Désolée, je suis vraiment très en retard”.

Elle jette un coup d’œil sur sa montre, sur moi, sur la route. “Cela ne vous dérange pas si j’applique de la peinture corporelle sur mon visage dans votre voiture ? Je ne salirai rien, promis. De toute façon, elle s’enlève très facilement. Je n’ai vraiment plus le temps”. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai vraiment eu pitié d’elle. “D’accord mais vous allez devoir tout m’expliquer”. Elle m’a souri : “Aujourd’hui, l’école maternelle de ma fille organise un spectacle et je joue Shrek”

J’espère qu’elle est arrivée à temps.

Complètement surmené

Le “maître de son destin” n’était clairement pas prêt

Un homme de 35 ans, vêtu d’un costume de marque, s’installe dans ma voiture. Après avoir regardé par la fenêtre quelques instants, il décide de se concentrer sur moi.

— Alors, ça fait combien de temps que vous êtes chauffeur ?
— Ça va bientôt faire 3 ans.
— Et avant, vous travailliez dans quel domaine ?
— Dans le digital.
— Et du coup, vous ne voulez plus y retourner, j’imagine ? Votre nouveau métier vous plaît ? Vous avez des horaires flexibles ? Maintenant, vous êtes votre propre patronne !

J’acquiesce.

— Mais en réalité, personne n’a besoin de vous et vous vous mentez à vous-même en essayant de vous persuader que vous êtes heureuse ainsi ! Et vous ne trouverez jamais un travail normal !

Il me regarde d’un air victorieux.

— Et vous, vous êtes sûrement maître de votre destin ? Probablement, directeur d’un département bancaire ? Vous changez de femme comme de chemise ? Mais en réalité, ce sont elles qui vous quittent un mois après votre rencontre parce qu’elles réalisent que vous êtes tout simplement creux et méchant, comme un gamin égocentrique.

Je ne suis pas Sherlock Holmes. Mais il y a deux ans, il avait largué une copine à moi un mois après leur rencontre. Lors de sa fête de promotion au poste de directeur d’un département bancaire. Et bien évidemment, il ne se souvenait plus de moi.

“Mais va te faire voir ! Tu n’es qu’une pauvre chauffeur de taxi et tu le resteras toute ta vie ! Je te mettrai 1 ‘étoile’ !” Je n’ai rien rajouté parce que nous avions compris tous les deux qui avait remporté la bataille.

Et le lendemain, la copine en question m’a appelée, elle m’a demandé de lui raconter tout en détail au moins cinq fois.

L’histoire d’un avis

Une jeune femme de 27 ans monte à bord. Elle fait des mouvements brusques, elle a les lèvres pincées. Elle est clairement mécontente. Je démarre. Elle regarde par la fenêtre en fronçant les sourcils puis elle porte son attention sur moi : “Dites-moi, tous les hommes sont nuls, hein ?”

J’hésite entre lui sourire et la prendre dans mes bras. Nous sommes toutes passées par là, chérie ! Et là, elle avait besoin de quelqu’un à qui parler.

Je hoche ma tête en guise de réponse : “Pas tous, mais beaucoup”. “Non, non, tous !” Je fais semblant de réfléchir un instant : “Peut-être bien que oui”. Je sentais qu’elle voulait que je partage son avis. La jeune femme acquiesce et se tourne à nouveau vers la vitre.

Je me suis rappelé l’existence de ma cliente uniquement lorsque mon GPS m’a annoncé que nous étions arrivées à destination.

La jeune femme a rangé son téléphone. Elle m’a regardée d’un air sérieux et m’a dit : “Vous savez, vous avez tort. Tous les hommes ne sont pas comme ça !”

C’est dur d’être papa

Deux en un

Un homme d’une trentaine d’années s’assoit dans mon taxi. Il fronce les sourcils.

Je regarde la destination : les urgences. Je me tourne vers lui et l’interroge avec prudence : “Il vous est arrivé quelque chose ? Ou bien, vous travaillez là-bas ?” Il vaut mieux le savoir avant le départ, on ne sait jamais, le passager peut faire un malaise en cours de route (ou pire encore).

“Les deux ! Je travaille là-bas et je crois que je me suis fêlé une côte”. Il a ri et il a tout de suite porté sa main à la taille en grimaçant.

Quand la critique a tapé dans le mille

Je conduisais une femme, je ne me souviens plus de son âge. Je me rappelle simplement qu’elle n’était plus toute jeune.

Et là, on entend un morceau pop horrible à la radio. Je ne sais plus de quoi il s’agissait. Mais le refrain disait, en gros : “Je t’aimais, tu m’as quittée. Comment vivre sans toi ?”

Je change de fréquence et la femme s’anime soudain : “Vous n’aimez pas cette musique ?” - “Vous voulez que je la remette ? Je ne savais pas que vous étiez en train d’écouter” — “Non, ça ira, merci. C’est juste que c’est moi qui ai écrit les paroles de cette chanson”.

Le roi de l’astuce

Beaucoup d’entre nous se reconnaîtront

Un gars avec une barbe et une coupe de hipster monte dans ma voiture. Il essaie de se regarder dans le rétroviseur extérieur mais il n’y arrive pas. Puis il réalise qu’il peut baisser le pare-soleil, il le fait et commence à s’admirer dans le miroir.

Après un certain temps, il se tourne vers moi : “Que pensez-vous de ma coupe ? Et de ma barbe ?”
Mais à cet instant, je manœuvrais pour laisser passer un véhicule qui a soudainement décidé de faire demi-tour. Donc sans détourner mon regard de la route, je lui ai répondu : “C’est magnifique !”
Mais le silence a commencé à s’éterniser, je me tourne donc vers mon passager. Il avait la même expression du visage qu’un enfant qui boude : les sourcils froncés, la bouche en cul de poule... “Mais vous n’avez même pas regardé !”

Et je me suis sentie terriblement désolée pour lui. Car plusieurs fois dans la vie, il m’est aussi arrivé la même chose, c’est très désagréable.

Sans commentaire

Comme on dit, ne jugez pas un livre à sa couverture

Je conduis un homme, tenue stricte, mallette en cuir. Il a une oreillette, il discute avec quelqu’un. Je ne l’écoute pas vraiment, je suis dans mes pensées. À en juger par le ton de sa voix, il donne des conseils. Et à un moment, je perçois une dissonance. Je tends alors l’oreille :

— Ton but est de trouver du ravitaillement. Rends-toi en ville, promène-toi, tu rencontreras forcément quelqu’un qui aura ce dont tu as besoin. Mais tu es fou ! À cheval, tu n’y seras pas avant demain, prends le dragon !

Vous auriez dû voir mes yeux dans le rétroviseur intérieur. Lui, il les a bien vus. Au début, il a pris peur puis il a éclaté de rire. Il m’a expliqué qu’il aidait un ami à réussir un jeu.

Et toi, quelle histoire hors du commun peux-tu nous raconter sur tes trajets en taxi ? N’hésite pas à nous donner ton avis et à nous faire part de ton expérience dans les commentaires !

7-4-
18k