Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Un groupe de Brésiliens travaille pour sauver les tortues de mer, et ils le font dans un but non-lucratif

Les tortues marines sont une espèce en voie d’extinction. Depuis 1980, le Brésil travaille sur le projet Tamar, une entreprise à but non lucratif dont l’objectif est de protéger et de sauver ces tortues. N’oublie pas de suivre le Projet Tamar sur leur site et de consulter leurs comptes Instagram et Facebook, où tu pourras en savoir plus sur le travail que font les biologistes et les bénévoles pour sauver les tortues de mer et les faire mieux connaître. Et si tu le veux, sache que toi aussi, tu peux les aider.

Aujourd’hui, chez Sympa, nous allons t’expliquer comment on peut protéger les tortues marines.

1. Le Projet Tamar

Le Projet Tamar est un projet à but non lucratif qui a pour objectif de prendre soin de différentes espèces de tortues marines, mais sa mission est également étendue à d’autres animaux marins tels que les raies et les requins. Le mot “Tamar” est une fusion de tartaruga (tortue en portugais) et de mar (mer). Le projet a débuté dans les années 70 avec un travail d’observation mené par un groupe d’étudiants sur le mauvais traitement des tortues marines sur les plages du Brésil.

2. Tortues de mer

Actuellement, il existe sept espèces de tortues marines, dont quatre d’entre elles viennent pondre depuis des milliers d’années sur la plage de Papa Gente (une des plages de Praia Do Forte). La cellule principale du Projet Tamar y est située. Elle occupe une superficie de 10 000 mètres carrés, et dans le centre d’accueil, on peut non seulement voir des tortues de mer, mais aussi divers animaux marins. La visite du centre représente une marche d’un peu moins de deux heures pour parcourir deux kilomètres.

3. Malgré leur protection, les tortues de mer sont toujours chassées.

Les tortues de mer existent depuis plus de 100 millions d’années, et elles sont chassées depuis des siècles (leurs coquilles sont utilisées pour la bijouterie). Malheureusement, l’homme a procédé à une destruction systématique de leurs sites de nidification, ajoutant à cela les inconvénients causés par le réchauffement climatique, ce qui augmente fortement le risque d’extinction. Leur chasse est interdite, mais elle est toujours pratiquée. Il faut aussi garder à l’esprit que de nombreuses tortues se retrouvent piégées dans les filets de pêche et meurent noyées. Le projet Tamar dispose de plus de 30 caméras pour surveiller les côtes et sauver les animaux blessés.

4. Périodes de reproduction

De septembre à mars, les tortues marines viennent pondre leurs œufs sur les plages du Brésil. Les femelles rampent sur le sable pour trouver un endroit où faire leur nid et y pondre leurs œufs. On estime qu’une tortue peut pondre jusqu’à 100 œufs par nid (elles font deux à huit nids par saison), mais très peu de petits survivent. Certains scientifiques soutiennent le fait que les tortues pondent leurs œufs sur la plage où elles sont nées. Le projet Tamar a permis à un grand nombre de bébés tortues d’atteindre la mer, mais celles-ci ne sont vraiment en sécurité que lorsqu’elles atteignent leur première année.

5. Journée de la tortue

Le 23 mai est la date qui a été choisie pour être la Journée mondiale de la tortue. Le but de cette journée est d’améliorer nos connaissances générales sur les tortues, leurs lieux d’habitat, et le risque d’extinction auquel elles sont confrontées. Les tortues marines peuvent vivre plus de 100 ans, et leur poids varie selon les espèces (entre 40 et 135 kg, bien qu’il y existe quelques spécimens plus lourds), elles sont capables de rester sous l’eau pendant quatre à sept heures. Le projet Tamar compte 21 bases le long de la côte brésilienne, et plus d’un millier de personnes y travaillent. La protection et le sauvetage de ces animaux marins est vital pour leur conservation et leur retour ultérieur à la mer.

6. L’étude des tortues de mer

On ne sait pas grand-chose sur la vie des tortues marines lors de leur période pré-adulte. Les scientifiques parlent de cette période comme d’années perdues. On pense que les tortues passent les premières années de leur vie dans des bancs de Sargasse (type d’algue) flottants à la dérive à une courte distance de la côte. Elles se nourrissent de corail, ce qui leur fournit le calcium nécessaire à leur croissance, et d’algues. Les spécimens carnivores mangent des poulpes et quelques crustacés. Les tortues sont suivies en plaçant de petites plaques de métal sur leurs nageoires et leur carapace. Cela fournit, année après année, plus d’informations sur leur activité en mer, ce qui est extrêmement utile pour les biologistes qui les étudient.

7. Les succès du Projet Tamar

Rien qu’au cours de la dernière saison de reproduction des tortues marines, le Projet Tamar a réussi à protéger 26 000 nids, et a également réussi à envoyer plus de 2,5 millions de bébés tortues à la mer. Depuis sa création il y a 38 ans, ce projet a permis à 25 millions de tortues de rejoindre la mer. Mais la mission ne s’arrête pas, les objectifs sont clairs : maintenir la croissance de la protection des nids, ce qui assurera la naissance de plus de tortues, et empêchera ainsi leur extinction.

8. Le centre d’accueil pour visiteurs du projet Tamar

Ceux qui viennent jusqu’à Praia do Forte (État de Salvador de Bahia, Brésil) peuvent visiter le centre d’accueil du projet Tamar. Le paiement du droit d’entrée garantit la continuité du travail en faveur de la protection des tortues. On peut y voir des piscines spécialement conçues pour conserver ces animaux magnifiques. De plus, des poissons, requins et raies y sont également préservés. Il y a aussi un mini cinéma où sont projetés des documentaires sur les tortues, et un espace conçu avec des jeux éveillant la sensibilisation des plus petits.

Connais-tu d’autres projets pour sauver des animaux en voie d’extinction ? Laisse-nous un message et ton avis sur ce type de projet dans les commentaires. Et bien entendu, pense à partager cet article avec les personnes de ton entourage !