Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Une tribu amazonienne a triomphé en arrêtant la déforestation causée par une compagnie pétrolière, et c’est un grand pas pour sauver la planète

3-14
353

Le peuple Waorani est une petite tribu indigène qui ne s’occupe normalement que des affaires de son village. Mais lorsque leur habitat naturel a commencé à courir le risque d’être détruit par l’extraction pétrolière, ils ont tous décidé d’aller devant les tribunaux pour revendiquer leurs droits. Accompagnés d’avocats, de documents juridiques, d’armes et de chants traditionnels, ils n’ont pas tremblé devant les grandes entreprises et le gouvernement lui-même.

Sympa admire le courage des Waorani, qui se sont battus pour la nature, et souhaite aujourd’hui partager cette histoire inspirante avec ses lecteurs.

Les raisons pour lesquelles la forêt amazonienne est si importante pour les Waorani

La culture de la tribu Waorani dépend de son territoire, des plantes, des animaux, du sol et de l’eau qu’elle contient. Ils ont besoin d’herbes médicinales, d’animaux et d’eau pour se nourrir, ainsi que de terre pour faire pousser des plantes comestibles. De plus, les membres de cette communauté ont un lien spirituel fort avec la nature. Bref, la forêt amazonienne est vitale pour ces gens.

Les raisons pour lesquelles les compagnies pétrolières veulent s’installer dans la forêt amazonienne

C’est un fait bien connu que la forêt amazonienne est riche en ressources naturelles, dont le pétrole. Voyant l’opportunité de l’extraction de ce bien, les compagnies pétrolières ont voulu participer à une vente aux enchères pour obtenir le terrain de la part du gouvernement. Après tout, il y a une demande toujours croissante d’énergie pour alimenter les voitures et autres véhicules.

Que se passerait-il si les compagnies pétrolières obtenaient le terrain ?

On assisterait certainement à une déforestation avant même que le pétrole ne soit extrait de la terre. Cela menacerait l’existence du peuple Waorani, car il aurait besoin de trouver un nouveau foyer. La végétation serait éliminée, ainsi que les vieilles plantes médicinales, et les cultures traditionnelles pourraient disparaître. De plus, les animaux seraient forcés de fuir pour se réfugier ailleurs. Même l’eau et l’air seraient pollués.

Cela soulève une question très importante : qui paie réellement le prix de nos besoins constants en pétrole ?

La lutte a été portée devant les tribunaux

Pour vendre aux enchères des terres appartenant au peuple Waorani, le gouvernement doit consulter les tribus. Bien qu’un représentant ait été envoyé dans le village pour obtenir le consentement de ses habitants, il s’est avéré que la consultation avait été faite dans la confusion, et n’était ni favorable ni équitable pour la tribu. Utilisant cet argument, les Waorani ont intenté une action en justice contre le gouvernement équatorien et se sont rendus au tribunal en portant des lances et des vêtements traditionnels.

Les défis auxquels sont confrontés les Waorani

Bien que les Waorani aient été suffisamment civilisés pour porter l’affaire devant les tribunaux, la justice n’a pas toujours été présente. Ils ont demandé que l’audience se tienne sur leur propre territoire, afin que leurs chefs traditionnels puissent y assister, mais le juge a tenu une audience hâtive. Comme ils n’ont pas trouvé de traducteur certifié par le tribunal à temps, le juge a proposé un procès sans l’approbation des anciens Waorani. Sans comprendre ce qui se passait, les femmes tribales ont protesté et ont pris le contrôle de la salle en interprétant une chanson traditionnelle.

Finalement, le juge a dû suspendre l’audience jusqu’à ce qu’un traducteur puisse être présent.

La victoire des Waorani

Avant la victoire officielle, la tribu Waorani a obtenu le soutien du peuple. Des organisations à but non lucratif et des célébrités telles que Leonardo DiCaprio, qui se sont jointes à la cause, en ont fait partie. Quand la cour a statué sur la victoire de la tribu, l’événement est entré dans l’histoire. Cela a sauvé leurs terres et aussi interrompu la vente aux enchères potentielle de 16 gisements de pétrole couvrant une superficie de plus de sept millions d’acres de territoire indien, et désormais l’affaire peut faire jurisprudence dans de futures procédures judiciaires afin de sauver d’autres territoires.

Après la grande victoire

Même pendant la célébration de leur victoire, les villageois savaient que ce ne serait pas la fin. Oswando Nenquimo, porte-parole des Waorani de Pastaza, a déclaré que la lutte est loin d’être terminée. Leur cause a été entendue, mais le gouvernement équatorien a annoncé qu’il ferait appel de la décision du tribunal. Cependant, la tribu tiendra bon dans son combat.

Après tout, comme l’a dit Nemonte Nenquimo, leader de l’Organisation Waorani Pastaza (CONCONAWEP) et plaignant dans le procès, “nous ne vendrons jamais notre forêt tropicale aux compagnies pétrolières”.

Que ferais-tu si ton terrain et ta maison étaient menacés de démolition ? Penses-tu que ce genre d’action pourrait sauver la Terre ? Donne-nous ton avis dans les commentaires !

3-14
353