Sympa

8 Habitudes anodines qui trahissent une personne qui a grandi dans la pauvreté

112-
32k

Des scientifiques new-yorkais ont étudié le cerveau de plus de 100 enfants issus de milieux sociaux différents. Ils ont constaté que le volume du cerveau des enfants venants de familles pauvres était de 6% moins important que celui des enfants issus d’un milieu aisé. Cependant, la pauvreté modifie non seulement notre physiologie, mais également notre comportement.

Chez Sympa, on s’est renseigné sur les habitudes qui permettent d’identifier les personnes qui ont grandi dans un milieu social défavorisé. Et on a complété les informations théoriques avec des histoires vraies. De plus, un double bonus t’attend à la fin de l’article.

1. Elles dépensent de l’argent pour acheter des objets dont elles n’ont pas réellement besoin

La motivation des parents à économiser chaque euro pour pouvoir tenir d’un salaire à l’autre laisse inévitablement une empreinte sur leur rejeton. Une fois adulte, il aura probablement tendance à gaspiller son argent en achetant des choses dont il n’a absolument pas besoin. Mais à vrai dire, tout le monde achète des objets inutiles. Qui plus est, selon l’opinion générale, toute personne qui estime que sa situation financière est bonne commence à acquérir des accessoires futiles.

Ici, on peut évoquer le cas des iPhones qui sont bien connus de tous. Et également ceux de l’Apple Watch et des AirPods. Certaines personnes s’endettent et prennent des crédits juste pour les posséder. Mais au moins, les propriétaires de ces gadgets estiment être présentables en société.

2. Paradoxalement, ces personnes ne parviennent pas à dépenser leur argent pour leurs propres besoins

Ces mêmes personnes ont du mal à dépenser l’argent pour acquérir les choses qu’elles aimeraient vraiment posséder. Elles entrent dans un magasin, repèrent une chose qui leur plaît vraiment et se disent que c’est “beaucoup trop cher” pour ce que c’est. Elles sortent donc de la boutique les mains vides mais avec un fort sentiment d’impuissance. Un agissement similaire concerne également les produits de première nécessité en commençant par la nourriture et en finissant par la rénovation de son appartement.

  • Quand il s’agit de jeter de la nourriture ou n’importe quel objet, un sentiment de honte m’envahit. J’essaie de manger tout ce qui se trouve dans mon frigo juste pour ne pas que les produits se gâtent. J’utilise le shampoing jusqu’à la dernière goutte. Je ne jette même pas mes chaussettes trouées ni mes vêtements en lambeaux. Mais j’essaie de lutter contre cette manie. © unknown author / reddit

  • J’ai vécu pendant un an sans canapé dans mon nouveau logement. Juste parce que je ne pouvais pas me résoudre à payer pour un sofa. Je n’ai aucun problème avec les dépenses inférieures à 20€. Mais si le prix dépasse cette somme, je tombe dans un état de stupeur et je ne peux pas me décider à acheter la chose. © OtillyAdelia / reddit

  • Je refuse de payer quelqu’un pour faire quelque chose que je peux faire moi-même. Ou que je peux apprendre à faire. Par exemple, réparer une voiture, restaurer un meuble ou même rénover mon chez-moi. © dyk3j3sus / reddit

Mais on observe exactement la tendance opposée lorsqu’il s’agit d’acheter un cadeau à un proche. Les personnes qui ont grandi dans la pauvreté sont prêtes à dépenser n’importe quelle somme pour acquérir un cadeau excessivement cher qui ne les embarrassera pas.

3. Elles ont un penchant pour le risque et se comportent généralement de façon plus impulsive

On considère que les personnes qui ont grandi dans la pauvreté sont plus susceptibles de prendre des risques car elles n’ont rien à perdre. Leur goût pour le risque leur permet parfois de multiplier leur petite fortune car ils se lancent dans des projets où les autres ont peur d’investir, et non pas dans des entreprises stables et solides.

4. Ces personnes adorent manger et ont honte de jeter de la nourriture

En règle générale, ceux qui grandissent dans un milieu défavorisé n’ont pas accès à des repas de qualité ni même aux snacks ordinaires dans leur enfance. Et donc à l’âge adulte, ils peuvent rencontrer l’envie de manger tout ce qui leur tombe sous la main.

Cette théorie a été avancée par les scientifiques puis elle a été prouvée avec succès à l’aide d’une étude. Plusieurs dizaines de femmes ont pris part à cette expérience. Une moitié avait des parents pauvres, l’autre a eu la chance de grandir dans une famille aisée. On a proposé à toutes les femmes de boire une petite cannette de soda très calorique avant de leur servir un repas. On a constaté que les femmes issues des familles pauvres ont terminé leur repas, malgré le fait qu’elles n’avaient plus faim.

  • Je mange tout ce qui se trouve dans le frigo pour ne pas que la nourriture se gâte car j’ai peur de devoir la jeter. Quand j’étais petite, j’avais rarement la possibilité de manger à satiété. © tc88 / reddit

  • Je ne peux pas laisser les aliments se détériorer. Si je vois que les fruits et les légumes sont en train de se gâter alors je vais impérativement les sécher pour pouvoir les manger plus tard. © auamethys / reddit

  • Je me sens mal lorsque je vois la famille de mon copain jeter à la poubelle les sachets de sauce qui sont soi-disant vides. Punaise, donne-moi le sachet, je vais en sortir encore quelques cuillerées de sauce ! © jnseel / reddit

5. Elles ont tenance à vouloir payer plus juste pour être à l’aise

Si les parents étaient trop économes et devaient compter littéralement chaque euro dépensé, alors leur enfant une fois adulte, sera très probablement dégoûté de devoir gérer son budget. Il sera prêt à payer plus, juste pour ne pas se sentir mal à l’aise. La situation la plus stressante pour lui est de devoir penser à mettre de l’argent de côté.

  • J’ai un bon salaire et je peux me permettre de dépenser autant d’argent que je veux. Imaginez, je n’ai pas d’espèces pour payer mon ticket de bus. Ah oui, et en plus, je déteste le bus. Je vais donc appeler un taxi juste parce que je peux le faire. Je ne veux pas gâcher une seule seconde de ma vie à réfléchir à la façon dont je peux économiser quelques centimes, comme le faisait ma mère. © Rick Morton / One Hundred Years of Dirt

6. Elles dépensent tout l’argent, dès qu’il arrive sur le compte

Une grosse somme d’argent entre les mains d’une personne qui a grandi dans la pauvreté est une absurdité. Dès qu’elle reçoit des sous, elle les dépense par réflexe car elle a peur que les fonds disparaissent d’une façon ou d’une autre. Et par exemple, il existe de nombreux cas insolites lorsque les personnes issues de ce milieu social gagnent au loto. Tu as déjà vu au moins une fois dans ta vie des articles dans la presse qui relatent l’histoire de “l’ouvrier Boullet qui a remporté le jackpot mais a tout dilapidé en quelques mois”.

  • Quand j’ai commencé à gagner ma vie moi-même, je n’arrivais pas du tout à gérer mon budget. C’était mission impossible. Dès que je recevais mon salaire, je le dépensais instantanément. Juste parce que je pouvais me le permettre. Au début de mon indépendance, je ne mettais rien de côté. Heureusement aujourd’hui, j’ai ouvert un compte épargne où je dépose tous les mois un pourcentage de mon revenu. Mais je continue à éprouver le désir d’acheter des choses inutiles de temps à autre. En général, il s’agit de petits trucs de beauté. © NeckForDays / reddit

7. Si on propose quelque chose à titre gratuit à ces personnes, elles brûleront de honte

N’importe quelle discussion sur le thème de l’argent peut mettre mal à l’aise. Mais plus particulièrement lorsqu’il s’agit de gratuité ou de réductions majeures. Par exemple, les tickets restaurant ou un abonnement à la salle de sport proposé par le comité d’entreprise. Ces avantages seront considérés comme inacceptables ou bien ils seront acceptés avec un grand sentiment d’embarras.

Si une personne a grandi dans une famille avec peu de moyens financiers, elle aura honte de manger à l’œil. Elle préférera payer pour le produit ou le service juste parce qu’elle peut le faire. Même si la chose acquise ne lui servira jamais, à l’instar des petits trucs inutiles que proposent les caissiers dans le cadre de leur travail.

  • Je fais toujours des dons à des associations caritatives même si je pourrais ne pas le faire. Par exemple, lorsque je vais au magasin et que le caissier me demande si je veux faire un geste pour une association, je donne la somme demandée même s’il ne me reste plus que 5€ dans mon portefeuille. Je fais un travail sur moi-même pour lutter contre cette habitude, mais pour le moment, ce n’est pas très concluant. © _fightme / reddit

8. Elles ont peur d’activer le prélèvement automatique et remboursent leurs crédits à la dernière minute

8 Habitudes anodines qui trahissent une personne qui a grandi dans la pauvreté

Une fois adultes, ces individus redoutent les prélèvements automatiques. Malheureusement, il n’existe aucune preuve scientifique à ce comportement. Cependant, il y avait un fil de discussion sur Reddit où les utilisateurs ont demandé aux personnes qui ont grandi dans des familles pauvres de partager les habitudes dont ils souhaiteraient se défaire mais sans grand succès. Nombreux sont ceux qui ont indiqué que les paiements automatiques les mettaient dans un état de stress.

  • Je n’arrive pas à souscrire à un prélèvement automatique quel que soit sa finalité. Même si cela serait très pratique car je n’aurais plus besoin de retirer une partie de ma paie tous les mois pour faire face à ces dépenses. Mais une petite voix dans ma tête me dit : “Et si cet argent serait nécessaire pour payer quelque chose de plus important ? Dans tous les cas, tu peux payer ta facture d’électricité sous 60 jours, alors pourquoi le faire avant ?” Cette peur continuer à me hanter encore aujourd’hui. © KnittinAndBitchin / reddit

Bonus N°1 : les personnes qui s’estiment pauvres vieillissent plus vite

En 2010, les scientifiques ont mené une expérience : ils ont testé les facultés mentales des jeunes gens. Ils ont découvert que si une personne a dû faire face à des situations financières difficiles dans sa vie, alors elle avait plus de mal à réfléchir rapidement. Ce qui est très curieux dans cette expérimentation, c’est que les sujets qui venaient des familles aisées mais qui pensaient qu’ils n’avaient pas suffisamment de moyens, faisaient également de mauvais scores aux tests. Les chercheurs pensent que cela a pour conséquence un vieillissement prématuré.

Par ailleurs, dans cette situation, le vieillissement est dû à un manque de ressources qui permettraient d’accéder aux soins et à de la nourriture de qualité. Sans les moyens financiers, la santé et l’apparence physique se dégraderaient plus rapidement.

Bonus N°2 : malheureusement, même des années plus tard, lorsque la personne a atteint une stabilité financière, elle ne pourra jamais oublier certains épisodes de son enfance

  • Un jour, je jouais avec d’autres enfants dehors, on n’était pas très loin de chez moi. L’un d’entre eux m’a demandé de descendre du papier toilette. Mais on n’en avait pas, on utilisait le papier journal à la place, du coup, j’ai eu un moment d’hésitation. Et là, une fillette s’est écriée : “Vous n’utilisez pas de PQ chez toi ou quoi ?” Et tout le monde s’est moqué de moi. Et moi, j’y repense encore aujourd’hui et j’en ai des frissons. © Gofessor / pikabu

  • Jusqu’en 2004, toute ma famille était installée au fin fond de la campagne chez ma grand-mère. Le soir, on mangeait des pâtes avec des oignons et des carottes ou des pommes de terre (sous toutes ses formes). Pour les grandes occasions, ma mère achetait du poisson et quelques cuisses de poulet, c’était vraiment la fête ! Et je ne parle même pas de mes vêtements... Je me rappelle encore aujourd’hui comment mes nouveaux camarades de classe m’ont charrié sur ma tenue lorsque j’ai déménagé en ville. © foxirenna / pikabu

  • Dans notre quartier, personne n’avait un bon train de vie mais je me rappelle encore aujourd’hui mes amies qui se vantaient de leurs nouvelles poupées. Et je me souviens aussi qu’on ramassait littéralement des vêtements et des jouets dans les bacs à déchets. J’avais beaucoup de vêtements comme ça dans mon placard. Et de nombreuses années se sont écoulées depuis, mais je n’arrive toujours pas à acheter ce qui me plaît. J’achète toujours les choses les moins chères, les plus discrètes, les plus pratiques. J’essaie de réduire mes dépenses là où je ne devrais pas me priver. Je ne sais pas du tout choisir les vêtements. Et j’ai aussi très peur d’avoir des enfants. © TutLogin / pikabu

Et selon toi, quels faits et gestes trahissent les personnes issues d’un milieu social défavorisé ?N’hésite pas à nous donner ton avis et à nous faire part de ton expérience dans les commentaires !

Photo de couverture Burdun Iliya / shutterstock
112-
32k