Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Pourquoi le fait de crier sur ton enfant ou de le critiquer peut nuire à son comportement et ruiner sa confiance en lui

3-5-
636

Quand on parle à un enfant, il faut faire très attention à ce que l’on dit, car les mots sont très importants pour lui, et ils s’avèrent cruciaux pour sa croissance et son estime de soi, notamment s’il fait confiance à l’adulte qui les prononce.

Sympa tient aujourd’hui à t’expliquer pourquoi la façon avec laquelle nous nous adressons aux enfants peut nuire à leur comportement, mais aussi à leur façon de comprendre leur entourage.

Parfois, il est difficile de rester patients, et nous disons des choses sans réfléchir.

Nous savons tous qu’il est parfois difficile de rester calme et nous finissons par dire des choses qui peuvent blesser même ceux que nous aimons. Or, quand il s’agit de nos enfants, il faut tâcher de se retenir et de faire preuve de patience. Par exemple, si nous sommes en train de les aider à faire leurs devoirs, et qu’ils ont du mal à comprendre une consigne, il faut éviter à tout prix de crier et dire des choses telles que “tu es trop lent”, ou “tu n’y arriveras jamais”.

En fait, tes mots peuvent blesser ton enfant et créer chez lui des niveaux de stress et d’anxiété qui l’empêcheront de bien réagir face à la tâche qu’il doit accomplir. En fin de comptes, une réaction outre mesure de notre part rendra notre travail plus difficile et nous n’obtiendrons de notre petit que des réponses négatives telles que la tristesse, l’insécurité et même la colère.

Parce que les enfants croient tout ce que les adultes leur disent

L’esprit de notre enfant est encore en train de se développer. Si tu dis donc à un enfant que le Père Noël existe, il te croira de la même façon que si tu lui dis qu’il n’est pas courageux. Le langage favorise la construction de la réalité. Ceci est dû au fait que, pendant l’enfance, les petits s’autoévaluent (qui sont-ils, ce qui est important, ce qui est bien) en suivant le modèle de leurs parents. Ils dépendent des descriptions que ces derniers font d’eux pour se construire une image d’eux-mêmes.

Ainsi, quand tu parles à un enfant, si tu ne lui fais que des reproches, il prendra tes paroles pour vraies et en fera une réalité qui peut nuire à son estime de soi et à sa perception de ses erreurs et de ses réussites.

Parce que pour les enfants, les mots sont un miroir de la réalité

Tel que nous l’avons signalé ci-dessus, les mots méprisants peuvent causer du stress et de l’anxiété à long terme, et changer la façon dont les enfants se perçoivent eux-mêmes, ainsi que leur façon d’interpréter le monde pour interagir avec celui-ci.

Un enfant avec une vision positive de soi aura une prédisposition pour repérer la beauté chez les autres, tandis qu’un enfant avec une vision négative aura tendance à manquer d’assurance et à avoir une idée pessimiste du monde et des problèmes. Cette structure modifiera avec le temps sa manière de voir son entourage et sa perception de la vie en général.

Parce que les enfants avec une bonne estime de soi sont heureux et confiants.

L’estime de soi affecte non seulement l’image et la mise en valeur que l’enfant a de soi-même, mais elle intervient aussi dans son apprentissage et sa performance à l’école, étant donné qu’il a besoin de se sentir capable de faire les choses pour pouvoir les développer.

Alors que les enfants qui ont une faible estime de soi ne croient pas en leurs propres habiletés, un enfant avec une bonne estime de soi se sent compétent, sûr de lui et valorisé.

Alors, que pouvons-nous faire quand nous nous fâchons ?

  • Ne perds surtout pas le contrôle et fais attention à ce que tu dis, mais aussi à la façon dont tu le dis et au ton de ta voix.
  • Évite de mettre des étiquettes négatives au moment de parler avec eux, c’est-à-dire, de faire des descriptions négatives du comportement qui t’énerve. Cela n’aidera tes enfants ni à avoir un meilleur comportement ni à bien faire leurs devoirs, bien au contraire, tu augmenteras leur manque d’assurance.
  • Si un enfant a du mal à réaliser une tâche que tu lui as demandé de faire, essaye de le motiver. Trouve des expressions telles que “je suis sûre que si tu fais un petit effort, tu feras mieux la prochaine fois”, ou “je suis persuadée que la prochaine fois tu y arriveras”. Si tu as besoin d’un moment pour gérer ta patience, attends quelques minutes afin que tu puisses signaler un aspect positif permettant à ton enfant d’avoir envie d’essayer de nouveau.
  • Valorise leurs réussites et leurs efforts, même si le résultat n’est pas aussi bon que tu voudrais. Ils se sentiront sûrs d’eux-mêmes et oseront entreprendre des tâches qu’ils estimaient impossibles.

D’après toi, quelle est la meilleure façon de dialoguer avec un enfant ? À ton avis, la façon dont nous nous adressons à eux peut-elle répercuter sur leur développement ? N’hésite pas à nous répondre dans la section des commentaires !

3-5-
636
Partager cet article