Sympa
Sympa

Selon des études, les hommes tombent amoureux plus vite et souffrent plus que les femmes lors d’une séparation

En matière de relations de couple, il y a un grand nombre de croyances et de stéréotypes sur la façon dont les hommes et les femmes se comportent. Ainsi, nous grandissons en croyant qu’elles sont romantiques, impulsives et émotives en matière d’amour, et qu’en revanche, eux craignent l’engagement et ont plus de mal à tomber amoureux, agissant juste selon la raison. Mais est-ce vraiment ainsi ?

Chez Sympa, nous sommes très curieux, et avons cherché à savoir jusqu’à quel point tous ces stéréotypes correspondent à la réalité, raison pour laquelle nous avons jeté un coup d’œil sur des recherches et des études menées à ce sujet. Voici les résultats. Bonne lecture !

Eux 👨

Ils tombent amoureux plus vite

Oui, cette affirmation jette par-dessus bord le stéréotype de la femme romantique qui est constamment à la recherche de l’amour. Plusieurs recherches montrent que ce sont eux qui tombent amoureux en premier et qui, de plus, font preuve de bien plus de romantisme.

Une étude menée en cette matière établit que bien que les hommes et les femmes croient qu’ils tomberont amoureux en même temps et qu’ils seront les premiers à dire “je t’aime”, dans la pratique, lorsqu’on les interroge personnellement à ce sujet, ce sont eux qui disent tomber amoureux et l’avouer avant les femmes.

En revanche, les résultats obtenus ne montrent pas d’autres différences importantes entre les deux sexes quant à l’amour et le romantisme. Apparemment, la vie en rose et le désir de l’amour éternel ne sont pas exclusifs du monde féminin. En effet, elles attendent bien plus qu’un prince charmant et un cheval blanc.

Ils éprouvent davantage de tristesse et de désespoir lors d’une rupture

Une autre étude basée sur des témoignages auxquels ont participé 392 personnes dans le but de savoir comment fait face chaque genre au processus de rupture de couple, affirme que ce sont les hommes qui signalent le plus un sentiment de tristesse et de douleur. De leur côté, elles ont tendance à se sentir soulagées à la suite d’une séparation.

Une nouvelle recherche réalisée à ce sujet affirme que cela est lié aux stéréotypes qui circulent socialement concernant la façon dont les gens vivent leurs relations de couple. Aussi, nous pensons que les hommes s’impliquent moins émotionnellement et que, par conséquent, ils tendent à moins souffrir.

Or, lorsqu’on laisse cette stigmatisation de côté, on peut constater qu’ils aiment partager leurs émotions tout comme les femmes, voire plus, mais ils préfèrent le faire de manière anonyme, loin des regards qui jugent cet “homme fort et plus rationnel qu’émotif”.

Les données de plus de 184 000 personnes qui ont publié leurs problèmes de relations dans un forum anonyme ont été analysées. On a pu établir que les hommes parlent beaucoup plus que les femmes de leurs angoisses, et il est fort probable qu’ils fassent appel à la virtualité pour chercher de l’aide. Elles, en revanche, préfèrent la thérapie pour endurer ces processus.

Après la rupture, ils préfèrent se vanter

Après la rupture, tandis que les femmes décident d’investir dans leur apparence pour attirer une nouvelle moitié, eux, ils pourraient tendre à dépenser plus d’argent, acheter des biens, bref, démontrer qu’ils ont une bonne situation financière.

Cette explication a, en fait, une logique : elles souhaitent être belles pour eux. De leur côté, eux, ils préfèrent répondre aux attentes des femmes : des hommes avec de bonnes perspectives économiques, “l’homme qui pourrait répondre à leurs besoins”. Et dans ce cas particulier, les études semblent confirmer le stéréotype.

Elles 👩

Elles oublient plus vite et sont les premières à encourager une rupture

Les recherches tendent à identifier l’origine de ce trait psychologique comme un comportement ancestral. Les femmes pourraient être plus sélectives et plus critiques, car elles choisissent non seulement leur moitié, mais aussi le père de leurs enfants. Cela ne veut pas dire qu’elles pensent avoir des enfants avec la personne qu’elles commencent à connaître, mais l’étude parle surtout d’un comportement millénaire.

Le fait de devenir indifférentes plus vite et d’être les premières à prendre l’initiative au moment d’une rupture définitive est étroitement lié avec la même idée : les femmes ont bien plus à perdre que les hommes si les choses ne marchent pas, ce qui les oblige à rester attentives au signe le plus infime d’incompatibilité entre les deux.

C’est plus difficile pour elles d’oublier un homme qui les fait rire et qui a le sens de l’humour

Au moment d’oublier, cette même recherche établit un résultat évident pour celles qui valorisent le sens de l’humour, et qui pensent que c’est la clé d’un avenir heureux. Les femmes auront plus de mal à oublier un homme qui a le sens de l’humour, et il est fort probable que pendant le processus de la rupture elles essaient de le recontacter.

Elles préfèrent les textos pour faire des reproches à leur ex

Quand ce sont eux qui finissent la relation, les femmes semblent préférer soit envoyer très fréquemment des textos, soit utiliser les réseaux sociaux pour les contacter. Les hommes, en revanche, préfèrent le faire de vive voix.

Quelle est la chose la plus embarrassante que tu aies faite pour quelqu’un qui t’a quitté ? Quelle est l’attitude de l’autre qui t’a montré que ça n’allait plus ?

Sympa/Psychologie/Selon des études, les hommes tombent amoureux plus vite et souffrent plus que les femmes lors d’une séparation
Partager cet article
Ces articles peuvent te plaire