Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

10 races de chats que l’on trouve un peu trop souvent dans la section “à adopter” parce qu’il y a un truc qui cloche

613-
507

“Adoptons un chaton ! Regarde cette petite boule de poils trop mignonne !” Difficile de résister aux images adorables de petits chats. Sous le coup de l’émotion, beaucoup cèdent à un élan du cœur et vont adopter un compagnon à quatre pattes — en espérant, bien entendu, qu’il restera à jamais une petite boule inoffensive.

Mais au fur et à mesure que l’animal grandit, des difficultés surviennent. Il y a des chats qui nécessitent des soins particuliers. Certains ont besoin d’être constamment peignés, pour d’autres, il faut acheter des vêtements chauds. Sans oublier ceux qui ont même besoin d’être promenés.

Sympa a décidé de répertorier tous les problèmes inattendus que rencontrent les propriétaires de chats. Il est évident que l’adoption d’un félin relève d’une grande responsabilité et ne devrait jamais se faire sans connaître parfaitement tous les besoins de l’être que l’on s’apprête à prendre en charge pour la vie.

1. Le Sphynx

Le sphynx est une race idéale pour ceux qui ne tolèrent pas les poils de chat. Bien entendu, il faut rappeler que ces animaux ne sont pas non plus considérés comme hypoallergéniques. Même si pour beaucoup, l’apparence du sphynx est plutôt déconcertante, les représentants de cette race sont connus pour être extraordinairement affectueux, câlins et fidèles.

Lorsqu’on adopte un sphinx, il faut penser que certains soucis seront inévitables, comme pour tout nouveau membre de la famille. “Ils auront certainement des problèmes de santé (comme la plupart des chats et des humains). Le fait de l’acheter auprès d’un éleveur fiable permet néanmoins d’éviter un certain nombre de complications. Dans l’ensemble, l’entretien des sphinx est plus coûteux que celui d’un chat ordinaire. Une fois par an, ils doivent être examinés par un cardiologue vétérinaire. Les chats de cette race attrapent plus souvent des maladies infectieuses, au niveau des yeux, des dents et des gencives. En outre, ces chats ont besoin d’un régime spécial”, indiquent les membres du forum.

De plus, fait surprenant pour beaucoup, les sphinx transpirent.

  • Après avoir dormi, mon chat se réveille avec des auréoles jaunes sous les aisselles. Toutes ces rides produisent de la transpiration s’il dort à côté du radiateur pendant une nuit. J’avais l’habitude de lui donner un bain tous les jours, mais maintenant, je le fais moins souvent : trois fois par semaine. Parfois, je lui mets un pull pour absorber la sueur et éviter les taches. © Wahlupa / Reddit

2. Le persan

Les persans sont des chats très intelligents et calmes. S’ils ont besoin de quelque chose, nul besoin de miauler : ils vont simplement s’assoir et attendre. Ils apprécient les câlins et s’attachent à la famille dans laquelle ils vivent. Toutefois, il faut être prudent, si l’on décide de laisser ce chat en compagnie de bambins, en particulier des enfants bruyants. Cette race se sent bien en appartement : les rideaux, ainsi que le papier peint resteront intacts.

“Pour une raison qui m’est inconnue, mon épouse préfère cette race de chats, cela doit être une question de photogénie. En effet, on obtient des clichés très amusants à poster sur les réseaux sociaux. Mais sinon, cette race donne beaucoup de travail et a un caractère assez difficile. Le ramassage de poils (cela ne me concerne pas) est la prérogative de ma femme, mais le coût de la nourriture et du vétérinaire me revient, et c’est un point très important. Quant à la personnalité de notre félin, franchement, je ne le qualifierais pas d’adorable”, a écrit un membre du forum.

“Sa beauté vaut tous les câlins du monde”

“Les persans sont des chats magnifiques, très affectueux et calmes. Ils conviennent aux personnes qui cherchent un animal de compagnie tranquille, sans bonds sauvages ni de tempérament agité. On pourrait même dire, une sorte de coussin de canapé. L’inconvénient principal est le soin qu’il faut prendre de son pelage : il doit être peigné tous les jours. Sinon, les poils s’emmêlent en formant des nœuds, et dans certains cas, cela se transforme en une sorte de carapace. Il est nécessaire de les peigner dès le plus jeune âge. Aussi, comme leur canal lacrymo-nasal est raccourci, les persans peuvent avoir des complications oculaires et un larmoiement permanent. Cette race est souvent sujette à diverses intolérances, à la fois en matière de nourriture et de médicaments. Ils laissent une quantité de poils phénoménale derrière eux. Non seulement ces poils s’attachent aux vêtements et couvrent les meubles, mais comme ils sont légers, ils restent également suspendus dans l’air. Un nettoyage régulier permet d’éviter ce genre de désagrément. L’avantage des poils longs est qu’ils s’attrapent plus facilement que les courts”, raconte une jeune propriétaire.

3. Le sacré de Birmanie

Le birmans sont intelligents, actifs et très beaux. Leurs nombreux propriétaires mentionnent leurs yeux d’une couleur bleue extraordinaire. De tempérament paisible, ils adorent communiquer. Mais en adoptant un chat de cette race, prépare-toi aussi à faire beaucoup de ménage.

“Chamallow teste un couvre-lit fraîchement lavé”

“Le problème est le suivant : le chat perd énormément de poils, on le brosse tous les deux jours, mais immédiatement après le brossage, ses poils partent par touffes entières. On l’a montré au vétérinaire, il a dit que c’était lié à l’âge et que cela allait passer. Mais cela devient intolérable, car les poils sont partout : dans les aliments, dans la vaisselle propre, sur les brosses à dents, sur le linge (même lavé), sur le visage, dans le nez, dans la bouche. Bref, il n’y a pas un seul endroit dans la maison où il n’y a pas de poils.”

“Cette jeune demoiselle a fait vérifier l’état de son cœur et a reçu une conclusion positive du cardiologue. Elle n’a plus besoin de médicaments.”

Parmi les inconvénients, les experts notent également une certaine fragilité de la race : il vaut mieux éviter les courants d’air et ne pas laisser sortir le chat pendant l’hiver, le brosser régulièrement et surveiller l’hygiène de ses dents. Pour empêcher l’animal d’avoir des problèmes de comportement, il faut jouer avec lui : cela entretient ses instincts naturels de chasseur.

4. L’angora turc

Un angora turc peut devenir ton plus grand ami, car ces boules de poils sont fidèles. Ils ne supportent pas la solitude et deviendront un compagnon idéal pour une personne seule. Ces chats sont sociables et joueurs. Mais pour les caresses et les câlins, ils se font attendre : c’est eux, et non le maître, qui décident du moment approprié.

“Mon assistant préféré”

Ces chats sont assez actifs et nécessitent beaucoup d’attention. Avant de prendre un chaton, il vaut mieux évaluer ta possibilité réelle de lui consacrer suffisamment de temps.

“J’ai un chat, un angora turc. Il s’appelle Martin-Lucifer. Un beau sourd aux yeux bleus et au pelage blanc comme neige ! Mais sa surdité n’est pas du tout un obstacle à la communication ! Nous l’avons depuis cinq ans et c’est notre chouchou. Ce chat est gentil et affectueux, mais seulement avec ma mère et moi. Il supporte tout juste les autres membres de la famille et le montre clairement avec son comportement. Il a l’attitude d’un... sultan turc ! Notre maison est son territoire, et nous sommes ses esclaves”, partage la propriétaire d’un angora.

Le risque de devenir propriétaire d’un félin plus caractériel existe, et il est parfois difficile de trouver un langage commun avec lui. “Nous avons eu un chat de cette race pendant 18 ans. Il s’appelait Massia. Ce chat était de tempérament colérique et agressif, surtout envers les étrangers, toujours en train de feuler et chercher à mordre. Cet animal a malheureusement déclenché chez moi une aversion contre les représentants de son espèce.”

5. Le munchkin

Ces adorables “chats bassets”, comme on les appelle parfois à cause de leurs pattes courtes, ne posent pratiquement aucun problème d’entretien, à condition de leur procurer des soins de base. Il est important, dès le plus jeune âge, de les habituer au brossage, de ne les baigner que si nécessaire, et de surveiller leur alimentation. Leur apparence est trompeuse : malgré la petite taille de leurs pattes, ces chats sont très agiles et rapides. “Ils sautent et ils courent très bien. Leurs pattes, bien que courtes, sont très musclées, ce qui compense les quelques centimètres manquants. J’ai un munchkin et un chat aux longues pattes, et c’est le munchkin qui gagne en saut en hauteur”, explique une propriétaire.

“Notre famille s’est agrandie très spontanément. Un jour, mon mari m’a montré un gif rigolo, et ma curiosité m’a poussée à savoir de quelle race de chats il s’agissait et comment ils étaient d’une façon générale. Étant insomniaque, à 4 heures du matin, je suis tombée sur une annonce sur internet de notre futur chat, dont les propriétaires se séparaient pour un montant symbolique. Le lendemain soir, il est arrivé chez nous. Ce chat avait deux ans et demi, et les anciens propriétaires nous ont raconté qu’ils étaient souvent obligés de le laisser en pension, que le chat ne pouvait plus faire de chatons, qu’il n’aimait pas les enfants et qu’ils ont donc décidé de lui trouver une nouvelle maison. C’est comme cela qu’il s’est retrouvé dans sa nouvelle famille qui l’adore”, a raconté la propriétaire du chat.

6. Le british shorthair

"J’ai adopté un british shorthair il y a cinq ans. Nous n’avons pas eu de soucis particuliers avec lui. Depuis toujours, notre maison est ouverte à toutes sortes d’animaux : des chats, des chiens. À vrai dire, nous n’étions pas sa première famille d’accueil. L’éleveur au début, bien sûr, puis il a changé plusieurs fois de foyer. Lorsque nous sommes venus le chercher, je me suis immédiatement précipitée vers le chat pour le prendre dans mes bras. L’animal était un peu choqué, mais restait calme. L’enfant de l’ancien propriétaire m’a avertie : “Ne faites pas ça ! Il griffe ! Il ne faut pas le prendre dans les bras !” Nous avons mis un peu de temps pour nous apprivoiser mutuellement, pour trouver la bonne alimentation. L’ancienne propriétaire assurait que le chat était omnivore et mangeait “absolument de tout, même des pommes de terre et des concombres”. Nous sommes passés par plusieurs variantes de croquettes et lui avons proposé de la viande sous différentes formes, avant que Son Altesse britannique n’ait daigné prendre une petite bouchée.

Impossible de lui faire des caresses et des câlins. Il nous a observés pendant un certain temps, puis il a commencé à s’approcher, mais toujours à bonne distance et sans caresses. Cela a changé au fil du temps. Il s’est peut-être retrouvé sous l’influence de notre deuxième chat, qui est arrivé plus tard et qui lui, adorait venir dans les bras. Maintenant, tous nos amis sont surpris de le voir totalement transformé, et ils disent que j’ai le british le plus affectueux et le plus câlin du monde.

Une seule fois, il a voulu montrer son caractère, lorsque mon mari a haussé la voix à son égard : le matin, une petite surprise attendait mon chéri sur son T-shirt préféré. Quant à moi, j’ai toujours réussi à m’en tirer seulement avec quelques égratignures en guise de punition pour mon “mauvais comportement”. Mais ces incidents appartiennent au passé.

Les british sont des chats costauds de nature et ont tendance à être en surpoids. Par conséquent, la question de leur alimentation doit être prise au sérieux. Mais à vrai dire, je ne comprends pas du tout les anciens propriétaires. Peut-être qu’ils étaient fatigués par les poils ? Là, je suis d’accord, les brossages fréquents et le ramassage partout dans l’appartement sont assez pénibles."

7. Le scottish fold

Cette race séduit par son apparence, car, grâce à ses grands yeux et ses oreilles repliées, même un chat adulte ressemble à un chaton. Ce chat se sent bien dans un appartement, même dans une famille nombreuse. Les scottishs ne sont pas peureux et ne fuient pas le bruit, ils restent imperturbables vis-à-vis des enfants. Ils se laisseront volontiers caresser, mais ils n’aiment pas vraiment être pris dans les bras.

L’expérience de Tatiana ne fait que le confirmer : “Ils aiment les caresses, mais c’est eux qui décident du moment où on peut les prendre dans les bras et les caresser. Après son réveil, notre chatte mange, choisit la personne qui aura le privilège de la caresser, se laisse câliner, gratter le ventre et derrière les oreilles, regarde la télé pendant quelques minutes et hop ! elle saute et s’en va vaquer à ses occupations. On ne peut pas la retenir contre soi plus longtemps que sa volonté. Et pour lui gratter le ventre, il n’y a que moi qui y aie le droit.”

“Zazie adore les ananas. Quand j’en achète un, elle l’attrape pour sortir de mon sac, le mordille, donne des coups de patte, puis s’assoit dessus !”

“On ne peut pas dire que les scottishs ont un caractère d’ange. Pas tous en tout cas. Tout dépend de l’individu. Notre Martin, au fur et à mesure qu’il grandissait, s’est transformé en une vraie canaille : il chassait constamment nos pieds, déchirait le papier peint. Et il a commencé à faire ses besoins n’importe où, bien qu’éduqué à aller à la litière. Aucune solution pour y remédier. Par la suite, nous avons appris de nos amis propriétaires de chats qu’apparemment, cela arrive à de nombreux chats : à partir d’un certain âge, ils refusent tout simplement d’aller à la litière. Le nôtre n’apprécie pas non plus de rester dans les bras, uniquement quand il le décide lui-même, et cela arrive très rarement. Mais nous l’aimons comme il est.”

8. L’abyssin

Natasha cohabite avec cette beauté rousse depuis plusieurs années maintenant, et elle ne s’ennuie pas : “Les chats abyssins sont des créatures incroyablement belles et fines : un pelage brillant, des grandes oreilles, des yeux pleins de charme entourés de cils. Les représentants de cette race sont très actifs et nécessitent une attention constante. Ils sont très proches de leur maître (mais la hiérarchie est très discutable). On ne peut les caresser ni les toucher qu’avec leur permission.

L’éleveur est à choisir avec soin : la santé et le caractère du félin vont dépendre de son professionnalisme et des soins apportés.

En ce qui concerne leur santé :

  • Les abyssins ont des problèmes d’articulations assez fréquents. Il est nécessaire d’en tenir compte et de prévoir des sols avec un revêtement mou, si possible, c’est-à-dire de la moquette ou des tapis. Cela minimise le risque de blessure lors des sauts, car ils adorent bondir.
  • Les représentants de cette race développent parfois des allergies.
  • Les abyssins n’ont pas de duvet ; en hiver et à la demi-saison, lorsque le chauffage n’est pas encore mis en route, ils ont froid. Mais il y a un avantage à cela : ils ne souffrent pas de la chaleur en été, et perdent moins de poils.

Notre chat a également une rhinite chronique, liée à son élevage. Lors de l’achat, il vaut mieux exiger tous les certificats sur la santé du chaton.

Leur comportement ressemble à celui des humains. Ils sont un peu nerveux et cela peut provoquer des maladies. Ces chats sont parfois insupportables. Ils mordent si quelque chose leur déplaît. Ils vont s’efforcer d’obtenir quelque chose qu’ils veulent (et ils y parviendront !) ; ils vont taper avec leur patte lorsqu’ils ont faim, ou gratter la porte jusqu’à ce que l’on ouvre.

Mais en général, on tombe immédiatement sous leur charme, car ils sont très spontanés et ne ressemblent pas aux autres races. Mais n’importe quel propriétaire d’un chat dirait probablement la même chose.”

De nombreux propriétaires remarquent que les abyssins sont très têtus : “J’ai même pensé que nous étions tombés sur une sorte de modèle défectueux ! Lorsque je lis des articles qui disent qu’il n’existe pas de race plus affectueuse et docile qu’eux, et en les comparant avec notre belle abyssine, je me dis involontairement que l’éleveur nous a carrément arnaqués. Elle est très caractérielle, et si elle ne souhaite pas quelque chose, ce n’est même pas la peine d’essayer de négocier, c’est voué à l’échec. Notre chatte est très joueuse et elle a du mal à rester en place. Il est impossible de la garder dans les bras, comme on a envie de le faire ; la caresser pendant qu’elle reste tranquille, c’est un rêve. Parfois, il me semble que ce n’est pas un chat, ni même un chien, c’est une espèce d’âne, tellement elle est têtue !”

9. Le bleu russe

Ces chats d’une fierté royale sont souvent comparés à de vrais aristocrates : ils se comportent avec dignité, sont doux, calmes et posés. Mais en même temps, ils sont indépendants et savent faire preuve de caractère. Ils n’exigent pas beaucoup d’entretien, seuls les poils peuvent présenter un inconvénient. Le grattoir est un objet indispensable auquel il faut penser. Dès l’arrivée du chaton au foyer, il aura besoin d’aiguiser ses griffes quelque part. S’il n’y a pas d’objet dédié, les meubles et le papier peint en subiront les conséquences.

La période d’adaptation peut parfois prendre du temps : ces chats s’habituent doucement au changement. Les déménagements et autres voyages les rendent méfiants. Leur confiance se mérite.

“Est-ce qu’un autre chat serait capable de faire des bisous pareils ?”

Les bleus russes ont un sous-poil épais et long. De ce fait, ils doivent être soigneusement brossés environ une fois par semaine, et encore plus souvent pendant la période de mue. Cette race est très sociable, ce que confirme Anna : “J’ai un chat, Basile, qui est très bavard. Il ne se tait que lorsqu’il dort. D’après les commentaires d’autres propriétaires de bleus russes, il apparaît que c’est une caractéristique propre à cette race”. Cela étant, ils n’aiment pas le bruit, il devrait donc toujours y avoir un endroit où le chat puisse se cacher lorsqu’il y a des invités à la maison. Si les propriétaires eux-mêmes sont bruyants et qu’il y a souvent du monde, l’animal peut devenir nerveux et craintif.

“May ne regrette rien”

Les bleus russes adorent chasser. Alors, si les propriétaires décident d’adopter un perroquet ou un hamster, la cage doit être placée sous haute surveillance.

10. Le norvégien

Les chats de vikings, comme on les appelle parfois, se distinguent par leur rare gentillesse et leur caractère doux. S’il y a des enfants dans la famille, nul besoin de s’inquiéter : les norvégiens s’entendent bien avec eux et ne leur feront pas de mal. En cas de conflit, ils s’éloignent calmement.

Leur long pelage magnifique a besoin d’être peigné fréquemment. Sinon, des nœuds se forment, ce qui deviendra vite une prise de tête pour le propriétaire. Mais leur régime alimentaire est loin d’être simple. Les croquettes n’étant pas suffisantes, il faut les compléter avec des produits frais. Alors que la plupart des races ne tolèrent pas le lait, les norvégiens le digèrent plutôt bien (mais à raison d’une à deux fois par semaine, pas plus). Mais cela ne se substitue pas à un repas complet et reste une gourmandise.

Bien que les chats norvégiens se plaisent en maison aussi bien qu’en appartement, ils ont tout de même besoin de bouger beaucoup. C’est pourquoi il est important de prévoir un espace pour les jeux et les promenades, et de leur faire exercer régulièrement leur corps et esprit.

“Ces petits monstres ont compris comment ouvrir le placard pour attraper leurs jouets sur l’étagère du haut. Maintenant qu’ils sont pris la patte dans le sac, ils jouent les innocents”

En raison de son excès d’énergie, ce chat peut causer des dégâts : si l’on ne s’en occupe pas, il mettra tout en pièces, en sautant sur toutes les surfaces possibles. “Ce sont de vrais grimpeurs : des griffes énormes, des pattes musclées et puissantes. J’ai une bibliothèque de plus de 2 mètres de haut avec une échelle. Pas un jour ne passe sans que mon chat n’y monte et ne se promène le long des étagères”, partage un membre du forum. C’est pourquoi il est très utile d’installer un griffoir à plusieurs niveaux afin que ce chat actif puisse satisfaire ses besoins.

As-tu un chat ? Quelles difficultés rencontres-tu au quotidien pour l’éduquer ou le nourrir ? N’hésite pas à partager ton expérience dans les commentaires !

613-
507
Partager cet article