Sympa
Sympa

18 Anecdotes d’entretiens d’embauche qui nous prouvent que l’on n’a pas encore tout vu

Parfois, trouver un emploi de rêve peut se transformer en véritable quête du Graal. Il y a tellement de choses que les candidats doivent surmonter dans ce fastidieux processus de recherche du poste idéal : des périodes d’essai, des formations, des entretiens et des tests divers et variés, à côté desquels tous les autres problèmes du quotidien perdent de leur ampleur.

Chez Sympa, nous savons que on peut s’attendre à tout même lors d’un entretien parfaitement préparé. Nous souhaitons aujourd’hui partager avec toi notre sélection d’anecdotes d’internautes qui le prouvent.

  • Je suis allée passer un entretien d’embauche dans une petite entreprise. Dès mon arrivée, le patron m’a annoncé qu’il ne voulait pas perdre son temps avec moi. Puis il m’a demandé de réfléchir pendant trois quarts d’heure dans son bureau pour savoir si je voulais vraiment ce poste. Après quoi, il a immédiatement quitté la pièce en me laissant seule. Il n’est revenu qu’une heure plus tard et m’a demandé quelle était ma décision finale. © MetalKirby- / Reddit
  • — Nous n’avons pas reçu votre CV. Alors parlez-nous de votre expérience dans votre emploi précédent.
    — J’ai travaillé sur le système anti-balistique Gorgon. Sa particularité est liée au fait que les missiles balistiques de l’ennemi, après lancement, changent de direction et retournent vers leur provenance. Et aussi...
    Le RH tousse, agite les mains en renversant son café au passage, puis murmure avec effroi :
    — Inutile d’en dire plus ! Je suis certain de ne pas être censé le savoir ! Nous sommes une maison d’édition ici, vous vous trompez d’endroit !
    — Eh bien, je suis écrivain de science-fiction... qu’avez-vous cru ? © 33happy / Pikabu
  • Récemment, j’ai passé un entretien dans une entreprise où je rêvais de travailler. Soit dit en passant, la logique était très demandée pour le poste que je visais et il fallait avoir l’esprit vif. Je m’étais bien préparée pour des questions pièges des recruteurs, j’avais étudié un tas d’informations sur l’activité de l’entreprise, et le jour J, je me suis présentée toute stressée à mon entretien. J’ai été accueillie par le chef du service au visage renfrogné. Il a sorti une tablette et a lancé le jeu “2048”, puis il m’a dit : “Je dois partir réprimander quelqu’un pour son travail, et quand je serai de retour, il doit y avoir au moins 2048”. Je n’ai jamais fini ce jeu aussi rapidement. Au final, ma candidature a été retenue. © Podslushano / Ideer
  • Je passais un entretien d’embauche. Ma candidature était parfaite selon la direction, jusqu’au moment où notre discussion a dévié sur ma situation familiale. En apprenant que j’avais un enfant de quatre ans, on a commencé à me poser des questions du genre : " Et s’il tombe malade ? " etc. J’ai répondu alors que cela n’affecterait en rien mon travail, puisque j’avais quelqu’un qui pouvait s’en occuper. La question d’après c’était : " Et si dans un mois vous nous annoncez que vous êtes enceinte du deuxième ? " À ce moment-là, une pensée m’a traversé l’esprit : les jeunes femmes qui travaillent dans cette entreprise ont probablement fourni un certificat d’infertilité puisque selon la logique de la direction, dès qu’on a un enfant, on commence à faire des bébés à la chaîne. © Podslushano / Ideer
  • J’avais 19 ans quand je suis partie pour la première fois travailler à l’étranger. En me rendant sur place, j’ai appelé la responsable, car je ne parlais pas encore la langue du pays en question. Et là, elle m’a abasourdie : " Christelle, je suis vraiment désolée de vous apprendre cela, mais l’employeur a refusé votre candidature. Il a vu votre année de naissance et il a dit qu’à 19 ans on n’a que les soirées et les boîtes de nuit en tête, ce qui est pour lui inacceptable. " J’étais sous le choc : j’avais fait 2000 km pour entendre que je n’avais que des boîtes de nuit en tête. J’étais furieuse et j’ai menacé la responsable de porter plainte si elle ne me trouvait pas un autre poste immédiatement, car le voyage et les frais de visa m’avaient coûté pas mal d’argent. Heureusement, on a pu me trouver un travail ailleurs. © K.Motokhina / Facebook
  • Un jour, j’étais installé en face d’un gars qui devait prendre la décision finale concernant mon embauche. Pendant que nous parlions, j’ai remarqué qu’il devenait de plus en plus petit, et puis boum : tout à coup, je me suis retrouvé à regarder le plafond. En fait, j’avais cassé la chaise sur laquelle j’étais assis. Et en plus, la couture de mon pantalon avait craqué. Le point positif c’est que j’ai quand même eu le poste ! © Stan Hanks / Quora
  • Je passais un entretien d’embauche pour un poste de comptable. J’ai été reçue par une jeune cheffe comptable, qui portait un corset de danseuse, des bas résille et des sandales en peau de serpent. La jeune femme tournait sans arrêt sur sa chaise. Ma candidature n’a pas été retenue : je manquais, selon elle, d’expérience. À ma question sur son expérience à elle, elle est devenue toute rouge et n’a pas su quoi répondre. © Veronika Mavrikievna / Facebook
  • Un jour, je passais un entretien pour un poste dans le département des ventes. Mon interlocuteur ressemblait beaucoup à mon ex (grand, avec un beau sourire), alors pendant une demi-heure, j’ai bégayé, souri comme une imbécile et fait de mon mieux pour éviter tout contact visuel avec lui. J’essayais, d’ailleurs, de ne pas le regarder du tout en fixant le mur derrière lui, ce qui a fait que le gars s’est même retourné à deux reprises pour comprendre ce qu’il y avait d’étrange dans son dos. Lui :
    — Alors, sauriez-vous me dire quelle était la plus grosse erreur dans votre vie ?
    Moi (toujours en regardant le mur) :
    — Des erreurs ? Pff, je n’en ai jamais fait.
    Bien entendu, j’ai échoué à l’entretien, mais si seulement il savait pourquoi ! © Sana Jafar / Quora
  • Je suis allée passer un entretien d’embauche et j’ai tout de suite trouvé un langage commun avec le patron. Cependant, il m’a demandé de rencontrer ma collègue potentielle, pour voir si la perspective de travailler dans le même bureau avec elle me conviendrait. La dame de 20 ans mon aînée s’est avérée être une personne très désagréable, qui a immédiatement cherché à m’humilier et à me prouver que je n’avais pas le niveau. Après réflexion, j’ai décidé de chercher une meilleure équipe. Et je l’ai trouvée ! De plus, on m’a immédiatement embauchée comme adjointe au responsable en me fixant un très bon salaire. Après six mois de travail, on a eu besoin d’une personne de plus dans le service. Et devinez qui est venu passer son entretien avec moi ? © Podslushano / Ideer
  • Un jour, au cours d’un entretien d’embauche, on m’a demandé : " Que feriez-vous si l’un de vos collègues se mettait à vous réprimander sévèrement devant l’ensemble du personnel médical et d’autres employés et patients ? " Sans réfléchir, j’ai laissé échapper : " Je ne sais pas, je me mettrais probablement à pleurer. " On ne m’a jamais rappelée. © TakeARideintheVan / Reddit
  • Un jour, je passais un entretien d’embauche dans une entreprise bien connue. Le fait de me présenter devant cinq employés du service RH m’a tout de suite mis la pression. " Bon ce n’est rien, je vais y arriver. “, pensai-je. Pendant une heure, j’ai été bombardé de questions qui n’avaient absolument rien à voir avec le poste pour lequel j’avais postulé ; on m’a demandé mon style de gestion, ce que je ferais en cas de conflit entre subordonnés, comment je comptais les contrôler, etc. Après chacune de mes réponses, mes interlocuteurs souriaient mystérieusement et échangeaient des regards. J’avais l’impression d’être le dindon de la farce. Incapable de le supporter plus longtemps, j’ai demandé : ” Combien de subordonnés aurai-je ? “, à quoi on m’a répondu : ” Aucun. ". J’étais sous le choc. © Stalinone / Pikabu
  • Il y a quelques années, j’ai eu un entretien très amusant avec le RH d’une entreprise. J’avais 25 ans à l’époque.
    — Êtes-vous marié ?
    — Non, pour l’instant je n’ai pas fondé de famille.
    — Et vous n’avez jamais été marié avant ?
    — Euh... Non.
    — Êtes-vous certain de ne vous être jamais marié auparavant ?
    — Alors, là, mon pote... © Thegreatlettuce / Reddit
  • Il y a une dizaine d’années, lors d’un entretien, on m’a posé tout un tas de questions, telles que " Avez-vous un matelas financier ? “, ” De quoi vivez-vous ? “, ” Êtes-vous propriétaire de votre logement ? " Tout cela parce que le salaire de la boîte était versé avec un certain retard. Quel employeur attentionné ! © Barabara Corol / AdMe.ru
  • Il y a une dizaine d’années, je devais passer un entretien d’embauche qui commençait à 8h30. Après avoir passé toute la nuit précédente à me disputer avec mon ex-petit ami, j’étais complètement dévastée et dans un état émotionnel instable. L’entretien s’est plus ou moins bien passé, mais au moment où je m’apprêtais à partir, mon interlocuteur s’est soudainement penché en ma direction pour une raison qui m’était inconnue. Je ne sais pas pourquoi j’ai fait ça à ce moment-là, mais je l’ai serré dans mes bras en lui tapotant le dos. En fait, il voulait juste m’ouvrir la porte et j’ai mal interprété ses intentions. Finalement, je n’ai jamais eu le poste. © Dena Thurston / Quora
  • Pendant l’un de mes entretiens d’embauche, mon interlocuteur m’a de suite demandé mon signe du zodiaque. Lorsque je lui ai répondu, il m’a annoncé que mon horoscope était incompatible avec la politique de son entreprise. Cet entretien reste le pire de ma vie. © annieeeeeaw / Reddit
  • Au cours de l’entretien d’embauche, on m’a demandé de quoi j’avais peur dans la vie. J’ai été surprise, mais j’ai tout de même répondu que j’avais peur de tomber gravement malade, de perdre ma famille, peur de la pauvreté, etc. Ma candidature n’a pas été retenue pour une raison très simple : " Vous n’avez pas mentionné que vous aviez peur de perdre votre emploi. "
    Puis un jour, je suis allée chercher du travail dans un magasin de vêtements. On m’a demandé : " Pouvez-vous rester jusqu’à ce soir, pour que l’on vous teste ? " J’ai accepté à la condition d’appeler chez moi pour prévenir que je rentrerais tard. On m’a refusé le poste, parce que le travail devrait compter plus que tout, alors que pour moi c’était ma famille qui passait en priorité. © Tetia Sveta / Facebook
  • Un jour, à l’aube de ma carrière, je me suis retrouvée à la recherche d’un travail. Je suis tombée sur une annonce qui proposait un salaire d’environ 1800 € par mois (c’était correct pour une débutante comme moi). Mon profil correspondait bien au poste et j’ai réussi mon entretien. Après quoi j’ai appris que mon salaire serait de 1400 €. À mon exclamation surprise " Mais l’annonce indiquait environ 1800 ! " on m’a répondu que c’était le mot “environ” qui nuançait le tout. Eh bien, oui, vraiment. Je ne m’attendais pas à une si grosse nuance. © Podslushano / Ideer

Et toi, as-tu déjà vécu des situations similaires lors de tes entretiens d’embauche ?

Sympa/Humour/18 Anecdotes d’entretiens d’embauche qui nous prouvent que l’on n’a pas encore tout vu
Partager cet article