Ils vont Rester au lit Pendant 2 Mois, mais Pourquoi ?

C’est curieux
Il y a 6 mois

Et c’est parti pour une incroyable soirée pyjama ! Douze volontaires courageux s’apprêtent à vivre une expérience spatiale sans quitter le confort de leur lit — littéralement. Cette expérience folle consiste à rester au lit pendant deux mois ! Mais il ne s’agit pas d’une soirée pyjama ordinaire. Ces volontaires aident en fait les scientifiques à comprendre comment maintenir la force musculaire des astronautes pendant les voyages dans l’espace.

Dans l’espace, notre corps subit des changements insensés. Tu vois, nous, les humains, sommes parfaitement conçus pour nous épanouir sur notre charmante planète Terre. L’atmosphère et la gravité s’occupent de nous et maintiennent l’équilibre. Mais une fois que nous quittons notre douillet petit foyer, les choses commencent à se compliquer. Les scientifiques affirment même que nous pourrions être amenés à modifier notre ADN pour rendre les voyages dans l’espace plus sûrs et plus faciles.

Il nous faut parler de la microgravité, le grand méchant loup des longues missions spatiales. C’est lorsque les astronautes flottent comme des super-héros en apesanteur, poussant sans effort des objets lourds dans les airs. Ça a l’air sympa, non ? Eh bien, c’est peut-être cool au début, mais cela fait aussi des ravages sur notre corps. Nos muscles ont besoin d’exercices et de mouvements réguliers pour rester en bonne santé et se développer. Mais dans l’espace, il n’y a pas assez de poids et de résistance pour que les muscles puissent travailler. Par conséquent, ils ne reçoivent pas l’entraînement dont ils ont besoin, et c’est là que les problèmes commencent.

En l’espace de quelques jours seulement après avoir flotté en microgravité, les astronautes peuvent perdre jusqu’à 20 % de leur masse musculaire ! C’est énorme. Les muscles qui souffrent le plus sont ceux qui sont responsables de la marche et du maintien en position verticale, comme ceux des jambes et du tronc. Pourquoi cela se produit-il ? Il s’avère que dans l’espace, les cellules musculaires ne produisent pas autant de protéines que sur Terre. Or, ces dernières sont les éléments constitutifs de la force et de la santé de nos muscles. En l’absence de protéines, les muscles s’affaiblissent et rétrécissent.

Les scientifiques ont étudié ce phénomène intéressant et ont découvert qu’il ne s’agit pas d’une dégradation des muscles. Il s’agit plutôt du fait que les cellules musculaires ne fabriquent pas suffisamment de nouvelles protéines. C’est comme si les usines de construction musculaire ralentissaient dans l’espace. Bien entendu, les scientifiques se sont posé des questions. Après tout, les astronautes ont besoin d’être forts pour faire leur travail et se déplacer lorsqu’ils reviennent sur Terre ou explorent la Lune et Mars.

Ils ont donc commencé à chercher comment aider les gens à conserver leurs muscles en microgravité. Cela serait très utile non seulement pour les astronautes aujourd’hui, mais aussi à l’avenir, lorsque nous déciderons d’aller sur Mars, par exemple. Revenons maintenant à l’étude récente ! Cette étude a été financée par l’agence spatiale française. Alors, quelle est l’idée ? Imagine que tu es allongé sur un lit incliné à 6 degrés sous l’horizontale, les pieds en l’air. Et écoute bien : tu dois rester sur le lit pour tout, même pour vous doucher et aller aux toilettes. Mais il y a un hic : quoi qu’il arrive, au moins une épaule doit toujours toucher le matelas. Cette drôle de position provoque un afflux de sang et de liquide vers la tête, comme dans l’espace.

Avec le temps, tes muscles vont s’affaiblir, comme c’est le cas pour les astronautes lors de longues missions. Mais ne t’inquiète pas, il existe un plan pour lutter contre la perte musculaire ! Les volontaires seront répartis en trois groupes. Le premier se reposera pendant toute la durée de la mission (les chanceux !). Le deuxième groupe pédalera sur un vélo d’appartement fixé au lit spatial, imitant ainsi la routine des astronautes dans l’espace. Le troisième groupe s’amuse un peu plus : il va pédaler tout en tournant dans une centrifugeuse. C’est comme si tu étais dans un parc d’attractions cosmique !

Les scientifiques espèrent découvrir la magie de la gravité artificielle. En ajoutant cette pirouette à la routine d’exercice, ils visent à contrer la perte de gravité ressentie dans l’espace. Qui sait, peut-être cela permettra-t-il même d’améliorer les gains musculaires obtenus grâce à l’exercice. Pendant ce temps, les scientifiques de la NASA tentent également de résoudre ce problème. Ils cherchent aussi à comprendre pourquoi nos muscles s’affaiblissent dans l’espace et comment y remédier. Ils comparent les personnes qui vivent dans l’espace à celles qui vivent sur Terre pour voir ce qui diffère.

Qu’ont-ils découvert jusqu’à présent ? Comme toujours, un régime alimentaire sain et de l’exercice physique sauvent la mise ! L’exercice est un moyen crucial de conserver des muscles forts tout au long de notre vie. Les séances d’entraînement à haute intensité sont en quelque sorte les super-héros de la santé musculaire. Les astronautes de la station spatiale disposent d’une machine spéciale appelée ARED (Advanced Resistive Exercise Device) pour les aider à rester en forme. Les astronautes de la station spatiale reçoivent une “prescription” pour plus de deux heures de sport par jour. Cela fait beaucoup de sauts et d’étirements dans la salle de sport de l’espace !

Et n’oublions pas une alimentation saine ! Manger les bonnes vitamines et les bons minéraux peut protéger nos muscles de l’atrophie. C’est comme leur donner le carburant dont ils ont besoin pour rester forts. Alors que la NASA prépare des missions vers la Lune et Mars, elle veut s’assurer que les astronautes restent forts et en bonne santé. Elle poursuit ses recherches sur la station spatiale afin de trouver les meilleurs moyens de maintenir nos voyageurs de l’espace en pleine forme.

Par exemple, elle a récemment financé une étude très intéressante qui a duré 70 jours. Ils n’ont pas pu utiliser de vrais astronautes comme sujets d’expérience parce que, eh bien, cela aurait été impossible. Ils ont donc trouvé des volontaires prêts à se soumettre à ce que l’on appelle “l’alitement tête en bas” pendant 70 jours. Il s’agit de simuler l’environnement de microgravité que connaissent les astronautes. Un groupe de personnes âgées d’environ 35 ans a participé à l’étude. Certains d’entre eux se sont contentés de rester au lit sans faire d’exercice ni prendre de suppléments (le groupe témoin), d’autres ont fait de l’exercice avec un placebo et d’autres encore ont reçu des injections de testostérone et ont fait de l’exercice. Au total, 24 volontaires courageux ont participé à l’étude.

Au cours de l’expérience, les chercheurs ont prélevé de petits échantillons d’un muscle de la cuisse. Ils voulaient vérifier les protéines dans ces échantillons pour voir ce qui se passait dans les muscles. Et devine quoi ? Les chercheurs ont fait des découvertes intéressantes ! Ils ont établi que l’exercice physique peut faire une grande différence. Lorsque les gens font du sport, les protéines de leurs muscles deviennent plus saines et mieux organisées. C’est un peu comme si tu mettais de l’ordre dans ta chambre et que tout était bien rangé !

Ils ont également testé les effets de la testostérone. Et devine ce que cette hormone a fait ? Elle a fait croître les muscles encore plus que l’exercice seul. C’est assez puissant, non ? Et le plus beau, c’est que les chercheurs ont trouvé chez leurs sujets des marqueurs spéciaux qui peuvent aider à prédire la perte musculaire. C’est un peu comme une boule de cristal pour les muscles ! Ces marqueurs peuvent également indiquer si un individu répondra bien à l’exercice et au traitement.

À l’avenir, ces marqueurs pourraient permettre de créer des programmes personnalisés pour chaque astronaute. Ils pourront déterminer les meilleurs exercices et les meilleures hormones pour garder les muscles forts et en bonne santé. C’est un peu comme si on avait un entraînement sur mesure ! Les connaissances acquises grâce à toutes ces recherches pourraient être utiles à d’autres personnes que les astronautes. Elles pourraient permettre de concevoir de meilleurs traitements pour les personnes âgées, ainsi que pour les patients souffrant d’autres affections similaires ici même sur Terre. Encourageons donc ces courageux volontaires.

Mais la perte musculaire n’est pas le seul problème des astronautes. Comme si cela ne suffisait pas, il y a aussi les rayonnements cosmiques, des particules ultrarapides qui traversent l’espace comme des bolides. Elles peuvent également être très nocives. En outre, vivre dans l’espace signifie passer une longue période loin de ses amis et de sa famille, tout seul dans un minuscule vaisseau spatial. C’est ce qu’on appelle l’isolement ! Car le vaisseau spatial lui-même est extrêmement exigu. C’est un peu comme vivre dans un placard pendant des mois.

Comme tu peux le constater, notre corps subit des tonnes de changements en microgravité, et généralement pas des améliorations. Nous devons donc nous pencher non seulement sur ce problème, mais aussi sur plusieurs autres, qu’il vaut mieux aborder un par un, n’est-ce pas ? Il est assez fascinant de voir comment notre corps réagit à différents environnements. Encourageons donc ces chercheurs qui percent les secrets d’une bonne santé dans l’espace. Ils aident nos astronautes à rester en forme pour leurs aventures. Et peut-être même à trouver des moyens de garder nos muscles forts ici même, sur notre planète ! C’est génial, non ? Allez, on reste en contact !

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes