Voici pourquoi Saturne est la seule planète à posséder des anneaux aussi spectaculaires

C’est curieux
Il y a 9 mois

Pourquoi aimons-nous tant Saturne ? Parce que nous trouvons ses anneaux merveilleux. Grâce à eux, cette planète se démarque dans le système solaire. Les principaux anneaux ont un diamètre de 270 000 km, mais leur épaisseur ne dépasse pas les 100 mètres. L’anneau le plus lent et le plus excentré tourne à environ 16,4 km/seconde. La planète tourne plus rapidement que ça sur elle-même. Mais sais-tu que Saturne est restée dépourvue d’anneaux pendant la majeure partie de son histoire ? Nous allons découvrir les origines de leur formation. Grâce à la dernière visite de la sonde Cassini, les chercheurs ont pu estimer la masse de ses anneaux : 15 millions de milliards de tonnes. En outre, ils ont pu déterminer que les anneaux avaient entre 10 et 100 millions d’années — donc qu’ils sont bien plus jeunes que la planète elle-même.

Ces anneaux ne forment une masse solide qu’en apparence. Ils sont en réalité constitués de milliards de morceaux de roche et de glace. Certains font la taille d’un grain de riz, d’autres sont aussi gros qu’une maison ou même qu’une montagne. Les morceaux de glace et de roche les plus proches de la planète filent à une vitesse d’environ 83 000 km/h. Et de mystérieux rayons traversent ces anneaux. Ils semblent se former et se disperser en quelques heures seulement. Il se peut que ces rayons soient constitués de minuscules particules, formant des plaques chargées d’électricité — résultats de l’impact de petits météores. Ou peut-être s’agit-il en fait de faisceaux d’électrons provenant de la foudre de Saturne. Selon une théorie, les anneaux de Saturne sont des résidus qui auraient dû former une lune en s’agrégeant, mais ne l’ont tout simplement pas fait. Selon une autre théorie, ils proviendraient de Théia, une planète de la taille de Mars qui est entrée en collision avec la Terre il y a environ 4,5 milliards d’années.

Les parties les plus légères de la croûte ont été projetées dans l’espace au moment de l’impact, tandis que le noyau, plus dense, n’a pas bougé. Mais dans le cas de Saturne, tous ces débris n’ont pas fini par former une lune — ils ont formé ces anneaux qui rendent cette planète si reconnaissable. Selon une autre théorie, les anneaux se seraient formés à partir de la poussière et des débris d’une lune détruite lors d’une immense collision, peut-être avec un astéroïde ou une comète. Ou peut-être que les anneaux sont là parce qu’un jour, une lune s’est désagrégée en raison des forces gravitationnelles de la planète elle-même. Si ces anneaux s’étaient formés dès la naissance de Saturne, ils auraient eu plus de 4 milliards d’années pour accumuler davantage de débris et de poussières provenant de collisions de micrométéorites. Mais ils sont en fait principalement constitués de glace d’eau — pas de poussière, ce qui signifie qu’ils sont plus jeunes que nous le pensions. Et les caractéristiques de ce système d’anneaux nous informent également sur l’intérieur de la planète elle-même. Il semblerait que son noyau ait une consistance “boueuse”.
Plus on se rapproche du noyau de la planète, plus l’hélium et l’hydrogène qui la composent se mêlent à la roche et à la glace.

On observe un phénomène similaire dans nos océans — plus tu descends en profondeur, plus le niveau de salinité augmente. Mais ces anneaux pourraient disparaître dans un avenir lointain. Les anneaux sont plus répandus qu’on ne le pense. Jupiter, Uranus et Neptune possèdent tous leur propre système d’anneaux. Mais ils sont différents sur chaque planète. Saturne a sans aucun doute les anneaux les plus spectaculaires, c’est vrai. Les autres planètes sont principalement entourées de poussière et de particules rocheuses. Mais il n’y a pas que les planètes : d’autres types de corps spatiaux peuvent posséder des anneaux — par exemple l’astéroïde Chariclo. Mais il semble que ce phénomène soit propre aux géantes gazeuses de notre système solaire — en effet, les planètes rocheuses ou terrestres n’ont pas d’anneaux. Et ce serait, selon une théorie, parce que les planètes gazeuses situées dans la zone la plus reculée du système solaire protègent les planètes rocheuses situées, elles, dans la région intérieure de ce même système. D’innombrables collisions auraient formé ces anneaux autour de ces planètes. Ou alors c’est parce que les géantes gazeuses sont beaucoup plus grosses et que leur énorme volume leur permet d’avoir un système d’anneaux qui peut rester stable.

Et si la Terre avait aussi eu des anneaux dans le passé ? Peut-être à l’époque de la grande collision, au moment de la formation de notre Lune...

Mais passons maintenant à quelque chose de vraiment cool au sujet de notre système solaire. Pluton, une minuscule planète naine, située à la périphérie de notre système solaire — nous la considérions jadis comme une planète à part entière — possède une atmosphère assez bizarre. Personne ne s’attendait à observer une brume s’y élever à 1 600 kilomètres de hauteur. Cela veut dire qu’elle s’élève plus haut que ne le fait l’atmosphère de notre propre planète. Et l’atmosphère de Pluton est constituée d’environ 20 couches. Elles sont plus denses et beaucoup plus froides que ce que les scientifiques avaient prévu. Des tonnes d’azote gazeux s’échappent de Pluton à chaque heure, mais la planète naine parvient toujours à recréer de nouvelles réserves d’azote malgré ces pertes. Selon une théorie, c’est son activité géologique qui produirait ce gaz.

Notre Lune est plutôt paisible. Mais on ne peut pas en dire autant d’Io, l’une des lunes de Jupiter. Celle-ci possède des centaines de volcans. C’est la Lune avec la plus grande activité volcanique de notre système solaire. Io envoie des panaches de soufre à une hauteur incroyable de 300 km, bien au delà de son atmosphère. Ses volcans émettent de nombreuses particules et divers gaz dans l’espace juste à côté de Jupiter — et ce à chaque seconde. Ses activités éruptives sont dues aux puissantes forces gravitationnelles ainsi qu’à l’immense champ magnétique de Jupiter. Les entrailles d’Io se compriment et se dilatent en permanence, selon la distance de Jupiter. Et c’est cette constante activité qui la rend si éruptive.

Et puisqu’on parle de volcans, savais-tu que Mars en possède un qui est plus grand que l’État d’Hawaï tout entier ? Au premier abord, on penserait qu’il s’agit d’une planète tout ce qu’il y a de plus paisible. Mais autrefois, il y avait d’énormes volcans sur toute sa surface. Et parmi eux, il y avait le célèbre Olympus Mons, le plus grand volcan jamais découvert dans notre système solaire. Il mesure 602 km de diamètre, ce qui est à peu près la taille de l’Arizona. Olympus Mons fait 25 km de haut, soit trois fois la hauteur de notre plus haute montagne, le Mont Everest. Et par son volume, ce volcan est 100 fois plus grand que le plus grand volcan de la Terre. Si Mars possède de si grands volcans, c’est parce que sa gravité est beaucoup plus faible que celle de notre planète.

En outre, la croûte terrestre bouge constamment, contrairement à la croûte martienne. Sais-tu comment les îles hawaïennes se sont formées ? Une zone extrêmement chaude dans le manteau a créé une chaîne de volcans dans la croûte située juste au-dessus d’elle. Un volcan martien peut prendre de telles proportions car sa surface ne bouge pas ; un volcan peut donc y grandir en toute tranquillité — et pendant très longtemps.

Miranda est l’une des lunes les plus étranges de notre système solaire. C’est une lune pleines d’ombres qui orbite autour d’Uranus, et qui possède de nombreux cratères, de hautes crêtes et autres “perturbations” à sa surface. Habituellement, ce type de relief indique qu’une certaine zone a connu une grande activité volcanique. Mais ce n’est pas le cas de Miranda. De plus, cette Lune est bien trop petite pour qu’il y ait une quelconque activité tectonique — un autre phénomène à l’origine de ce type de relief.

Selon une théorie, c’est la force gravitationnelle d’Uranus qui aurait pu causer toutes ces bosses à la surface de Miranda. Il nous faudra envoyer une autre sonde afin de découvrir ce qui s’est réellement passé là-bas.

Nous sommes tous faits de poussière d’étoile. 97 pour cent des atomes qui nous constituent possèdent la même origine que la “matière” dont se compose notre galaxie. On parle d’"éléments constitutifs" pour désigner les composants essentiels à la vie sur Terre. Les étoiles possèdent elles aussi ces éléments, mais dans des proportions différentes. Par exemple, notre masse contient 65 % d’oxygène, alors que les éléments que nous mesurons dans l’espace, comme les spectres des étoiles, contiennent moins d’1 % d’oxygène.

Mercure est déjà la plus petite planète de notre système solaire — j’exclue ici certains autres corps, par exemple la planète naine Pluton — et il semble qu’elle ne cesse de rétrécir. C’est la deuxième planète la plus dense après la Terre, mais elle se densifie encore à mesure que le temps passe. Pendant longtemps, les scientifiques ont pensé que la Terre était la seule planète de notre système solaire à avoir des activités tectoniques. Mais maintenant, nous savons que Mercure est elle aussi active sur ce plan. La sonde Messenger a réussi à cartographier toute la planète. Les scientifiques se sont rendu compte qu’elle était couverte de failles aux allures de falaises ; un relief vraiment accidenté — mais encore assez peu développé, ce qui leur fait penser que tout ça est relativement récent. Et Mercure continue de se contracter, 4,5 milliards d’années après la formation de notre système solaire.

Commentaires

Notifications
Petit chanceux ! Ce sujet ne comporte aucun commentaire,
ça veut dire que tu seras le premier.
Profites-en !

Lectures connexes