Sympa
Sympa

L’histoire de Vera Wang qui, à 40 ans, en a eu assez de travailler pour le roi de Prusse et a bouleversé l’industrie de la mode

Vera Wang, ancienne patineuse artistique et rédactrice de mode pour le magazine Vogue, a créé sa propre entreprise à l’âge de 40 ans. En créant une marque mondiale, elle a changé à jamais l’industrie du mariage. Aujourd’hui, le nom de la créatrice apparaît dans des émissions de télévision populaires et sa clientèle comprend des célébrités mondialement connues.

Chez Sympa, nous avons décidé de raconter l’histoire de cette femme talentueuse qui, même après avoir atteint le sommet de la gloire, affirme : “Si je dis que je me sens confiante et que je contrôle la situation, ce ne sera pas vrai. Je peux toujours voir quand je fais quelque chose de mal. Cela fait partie de ma sagesse”.

Vera Ellen Wang est née le 27 juin 1949 à New York dans une famille d’immigrés chinois. Sa mère travaillait comme traductrice pour les Nations Unies et son père possédait une société médicale. La famille vivait dans un quartier chic de la ville, l’Upper East Side.

Selon Vera Wang, son intérêt pour la mode lui vient de sa mère, dont les vêtements ont toujours fait bonne impression. Pendant ses vacances d’été au collège, la future créatrice de mode a même travaillé comme vendeuse dans la boutique Yves Saint Laurent.

À l’âge de 8 ans, Vera a commencé à faire du patinage artistique. En 1968, elle a participé aux Championnats des États-Unis et aurait même pu aller aux jeux Olympiques, mais ne s’est pas qualifiée. Si cet échec a mis fin à sa carrière sportive, il l’a également poussée à changer de direction : “J’ai eu une crise de nerfs et j’ai passé un semestre à Paris. C’est là que j’ai réalisé que j’étais passionnée par la mode”.

Vera a ensuite conçu les costumes de plusieurs patineuses, dont Nancy Kerrigan et Michelle Kwan. Le patineur artistique Evan Lysacek, qui portait l’une de ses tenues aux jeux Olympiques de Vancouver en 2010, a remporté une médaille d’or. La femme elle-même admet que le sport lui a appris la discipline : “On tombe, on se lève et on essaie à nouveau”.

La patineuse artistique Nancy Kerrigan dans une robe Vera Wang

La future créatrice a suivi des cours à la Sorbonne en France et a obtenu un diplôme en histoire de l’art du Sarah Lawrence College. Mais en 1971, Vera Wang a commencé à travailler pour le magazine Vogue et a rapidement fait carrière en devenant la plus jeune rédactrice en chef du magazine.

“Le film Le Diable s’habille en Prada est une version douce de ce qu’est le travail chez Vogue, — a déclaré Vera. — Le premier jour, je suis arrivée en robe chemise et en chaussures à semelles compensées. Le rédacteur en chef m’a vue et a crié : ‘Rentre chez toi et change-toi. On ne s’habille pas comme ça chez Vogue !’ J’ai mis un jean, des baskets et un T-shirt.”

Après 17 ans passés chez Vogue, Vera Wang a quitté son poste de rédactrice en chef de la mode au profit d’Anna Wintour, avec qui elle est toujours amie. Vera a également trouvé un poste de directrice de la conception chez Ralph Lauren. Lors de l’entretien, Ralph a demandé : “Qu’est-ce que vous n’aimez pas dans mes vêtements ?” Vera a obtenu le poste après avoir répondu : “Vous voulez que je dise ce que vous voulez entendre ou la vérité ?”.

Il suffit de comparer une robe de mariée typique et une création de marque Vera Wang

La première robe de mariée que Vera Wang a conçue était la sienne. En 1989, la créatrice s’est mariée avec l’investisseur Arthur Becker. Alors qu’elle préparait son mariage, la jeune femme de 39 ans a réalisé qu’il n’existait pas beaucoup de robes de mariée pour les femmes de son âge. Elle a ensuite décidé de changer toute une industrie.

Vera Wang et Arthur Becker

“Je ne connaissais rien au stylisme. Lorsque j’ai quitté Ralph Lauren, de nombreuses portes qui m’avaient été ouvertes auparavant se sont fermées. Qu’il s’agisse d’un fabricant de tissus ou d’une soirée à laquelle je voulais aller.”

À ce moment-là, Vera était soutenue par son père. En tant qu’homme d’affaires, il a dit à sa fille que son idée était rentable, car les gens se marient toujours, ce qui signifie qu’il y aura un flux constant de clients.

En 1990, la femme a ouvert son propre salon à l’hôtel Carlyle à New York. Quelques années plus tard, sa marque a commencé à produire des robes pour des événements sociaux. À la même époque, Vera et Arthur Becker ont adopté deux filles, Cecilia et Josephine.

Les robes de mariée Vera Wang sont devenues un rêve non seulement pour les filles ordinaires mais aussi pour les célébrités. Elle compte parmi ses clientes Victoria Beckham, Gwen Stefani, Mariah Carey, Ariana Grande, Kim Kardashian, Hailey Bieber, Tina Kunaki, Jennifer Lopez et de nombreuses autres célébrités.

Victoria Beckham dans une robe signée Vera Wang

La tenue de mariage de Gwen Stefani

Le nom de Vera Wang est souvent mentionné dans les films. Par exemple, dans Sex and the City, sa robe a été portée par deux personnages à la fois : Charlotte le jour de son mariage et Carrie Bradshaw lors d’une séance photo pour Vogue.

Blair Waldorf de la série Gossip Girl s’est mariée dans une robe de mariée Vera Wang. Et dans le film Meilleures Ennemies, le personnage de Kate Hudson a prononcé une phrase plaisante qui est devenue célèbre par la suite : “Ce n’est pas la robe Vera Wang qui est tombe mal, c’est ta silhouette qui doit être ajustée”.

Les robes Vera Wang ont également été portées à l’occasion de grands événements tels que les Grammies et les Oscars du cinéma.

Vera Wang possède son propre compte TikTok. Elle y poste des vidéos d’elle-même en train de danser, montrant ses créations et des pièces de sa propre garde-robe. Dans une récente interview, la créatrice a admis que son plus grand regret est de ne pas avoir poursuivi une carrière de réalisatrice.

Curieusement, en 2009, la couturière a créé une robe de mariée pour une poupée Barbie et en mai 2021, la marque a sorti une poupée à son effigie.

Barbie dans une robe Vera Wang et Barbie Vera Wang

Selon les internautes, Vera semble très jeune du haut de ses 72 ans. La créatrice explique que son secret réside dans le fait qu’elle a été patineuse artistique professionnelle pendant de nombreuses années et qu’elle possède une “mémoire musculaire”, et aussi qu’elle fait de l’exercice de temps en temps.

Nous sommes certains que pour de nombreuses personnes, le nom de Vera Wang est devenu synonyme de persévérance, de travail assidu et de confiance en soi, qui ne dépend pas de l’âge ou des circonstances de la vie.

Et toi, apprécies-tu le travail de Vera Wang ou trouves-tu ses vêtements trop excentriques ? N’hésite pas à nous donner ton avis dans les commentaires !

Photo de couverture verawang / Instagram
Partager cet article