Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Une jeune fille russe a déménagé en Israël et nous raconte sa nouvelle vie avec humour

Faisons connaissance. Je m’appelle Ludmila Korolyova, et le 31 août 2017, j’ai immigré en Israël en tant qu’épouse d’un citoyen de ce pays. Un peu plus tard, j’ai reçu un visa de travail, puis un permis de séjour. En deux ans, j’ai appris l’hébreu et j’ai enfin eu cette indépendance et cette foi que je convoitais tant.

Et tu sais quoi, cher lecteur de Sympa ? C’est là que j’ai compris qu’il ne faut pas passer tout son temps dans des salles de sport ni mettre des extensions de quoi que ce soit, parce que la beauté et la valeur d’une personne se trouvent ailleurs. Tout doit être en harmonie, et la vie d’ici nous l’apprend. Et en guise de bonus, j’ai préparé un test qui te permettra de comprendre à quel point tu es Israélien dans ton cœur.

Les avantages et les inconvénients d’être mariée à un Israélien

Les hommes du coin prennent soin d’eux. Ils sont bien habillés, propres sur eux et n’ont généralement pas de gros ventres. Ici, il n’est pas d’usage de dire : “Femme, après le travail, ta place est à la cuisine. Moi, je suis fatigué et je vais m’allonger sur le canapé”. Au contraire, le mari prendra un balai et nettoiera le sol, puis changera la couche de votre enfant ou pèlera des pommes de terre pour le repas.

Maintenant, parlons des inconvénients. Si vous n’êtes pas juive, certaines familles peuvent être contre votre union, car les enfants obtiennent la nationalité de leur mère. De plus, mes amies se plaignent que les hommes attendent d’elles un partenariat complet sur le plan matériel et ne comprennent pas la logique suivante : “son argent à lui est pour la famille, et son argent à elle est pour un nouveau soutien-gorge ou une séance de manucure”.

En Israël, il est difficile de se marier et de divorcer

À cause du fait que le pays est avant tout religieux et seulement après démocratique, les mariages sur le territoire d’Israël ne sont conclus que dans le cadre d’une seule confession. Par exemple, un chrétien se marie à une chrétienne, un juif à une juive. Et si tu es athée ? Pars à l’étranger, et marie-toi là-bas.

Les avocats disent que notre processus de mariage est l’un des plus compliqués au monde. Ce n’est pas étonnant, car en Israël, il y a deux tribunaux qui fonctionnent parallèlement : un tribunal civil et un religieux. En cas de divorce, de tutelle, et de partage des biens, ces démarches créent des conflits entre les tribunaux. Il existe également deux termes juridiques : “concubinage” et “union conjugale” (brit zugiyut).

Les grands-mères juives sont toujours au courant de la vie
de leurs petits-fils

Je n’ai pas eu de chance avec mes grands-mères. Et là, je rencontre un “garçon d’une famille juive respectable” (c’est comme ça que se décrit Serge) qui a une gigantesque famille. Ses grands-mères lui postent sur Facebook des recettes de tartes et des histoires horribles du monde entier, comme si elles faisaient allusion à la nécessité de bien manger et de rester à la maison, car dehors, c’est dangereux.

Au début, Serge craignait que ses grands-mères deviennent de “super espionnes juives” (mes réseaux sociaux ont été étudiés de A à Z, des conclusions ont été faites, et des recommandations ont été données), et c’est pourquoi j’avais très peur de faire leur connaissance. Mais en réalité, il s’est avéré que les grands-mères juives sont géniales : elles sont comme les nôtres, mais ont aussi une deuxième culture qui est ancienne et sage. C’est très intéressant de discuter avec elles.

Mon emploi du temps “beauté” a beaucoup changé

En Russie, je me maquillais tous les jours. Si vous aviez vu les beaux traits d’eye-liner que j’étais capable de dessiner à l’âge de 16 ans ! Maintenant, le maquillage n’est utilisé que lors de grands événements. Je ne me farde même pas les yeux, car la chaleur fait tout couler et il faut des produits supplémentaires comme, par exemple, une base à paupières. Je fais rarement des dessins sur mes ongles : la plupart du temps, je n’utilise qu’une seule couleur de vernis.

Par contre, je me fais énormément masser : je fais 10 à 12 séances, puis une pause de 6 à 10 mois. En gros, ici, je suis devenue plus naturelle. Je ne veux pas mettre d’extensions de cils ou une tonne de fond de teint pour aller manger une pizza : je ne me maquille que quand j’en ai vraiment besoin. Par contre, la peau doit toujours avoir l’air saine et soignée.

Les Israéliennes s’habillent sobrement

Il n’y a pas longtemps, alors que nous nous promenions dans la rue avec Serge, nous avons rencontré deux blondes qui parlaient russe. Mon mari m’a alors dit : “Elles sont arrivées récemment, ce sont de nouvelles expatriées, elles n’ont pas grandi ici”. Bien sûr, j’ai été surprise de la façon dont il a déterminé cela. Il s’est avéré qu’il l’a su à leur démarche et à leurs vêtements.

Tout d’abord, les filles israéliennes marchent avec un air plus détendu. Elles ne portent jamais de matières synthétiques et ne se dandinent pas en talons. Les gens d’ici aiment les jeans moulants, les tee-shirts simples ou ceux qui montrent une partie de leur ventre. S’il s’agit d’une robe, alors elle est sans excès, genre une chemise ou quelque chose de simple et confortable. Le minimalisme dans les vêtements est compensé par des bijoux et des accessoires. Quant aux tongs, c’est une tendance éternelle et un sujet de plaisanteries (on les porte même pour aller à des mariages).

Ici, ils aiment poser des questions gênantes

Oui, cette mignonne “franchise enfantine” dans les yeux est désarmante. Mais d’un autre côté, nous avons aussi droit à des questions maladroites comme : " Qui est votre mari ? Votre voiture n’est pas trop chère ?..." qui peuvent mettre en colère. Et moi, en refermant ma bouche grande ouverte après une telle impertinence, j’explique que mon mari n’a rien à voir dans cette histoire, que j’avais assez d’argent quand j’étais encore en Russie et qu’aujourd’hui, je gagne toujours bien ma vie. Le plus intéressant, c’est que ce genre de réflexions provient souvent de gens que je ramène chez eux en voiture pour leur épargner de prendre le bus.

Aujourd’hui, je me promenais sans gêner personne, et j’entends une voix : “Oh, c’est un vrai ?”. Au début, je n’ai pas vraiment compris de quoi il était question, puis j’ai baissé mon regard vers le doigt pointé sur moi : oui, il était bien question de mon sac Chanel. Et que puis-je répondre dans un cas pareil ? Si je réponds que c’est un vrai : “Mais ça coûte le prix du salaire moyen en Israël !”. Si je mens et dis que c’est une contrefaçon, j’aurais l’air d’une idiote, mais la personne qui s’adresse à moi restera calme.

Lors d’un mariage, on offre de l’argent

Combien ? Il existe même des calculatrices en ligne qui prennent en compte le degré de parenté. En règle générale, ces cadeaux couvrent entièrement le coût du mariage, et le reste est utilisé comme “capital de départ”. Voici une astuce locale : les fêtes sont souvent organisées pendant la semaine pour louer la salle moins cher.

Ici, les exigences en matière d’hygiène sont très basses

Nos compatriotes sont souvent horrifiés par cette attitude envers la santé et l’hygiène. Un exemple simple : les enfants peuvent s’asseoir sur du béton froid ou sur un sol humide avec leur professeur (j’ai un jardin d’enfants sous mes fenêtres). Il y a moins d’exigences sanitaires pour les cosmétologues et les spécialistes en manucure. Je connais beaucoup d’histoires concernant des cabinets dentaires où les médecins ne changent pas les instruments pour soigner les patients (qui sait de quelles maladies !).

Crois-moi, tu ne veux pas savoir ce qui se passe dans les cuisines. Ici, on peut prendre ta nourriture à mains nues, séparer la quantité nécessaire et la servir comme ça. Et tu sais ce qui est le plus intéressant ? Ici, les gens vivent plus longtemps qu’en Europe. Il est clair que la question concernant la désinfection des instruments est discutable, mais par contre, les enfants ne sont pas malades après s’être assis sur une surface froide.

Les petits déjeuners israéliens sont pleins de couleurs
et de saveurs

L’aruhat boker juif, c’est-à-dire le petit déjeuner, est reconnu comme étant l’un des repas du matin des plus sains au monde. Et probablement l’un des plus complets. Il comprend :

  • Du fromage blanc : 2 ou 3 sortes différentes servies dans de petites assiettes ;
  • Du houmous et du tahini (de la purée de pois chiches et de la purée de sésame) ;
  • Des salades à base d’avocats et de thon ;
  • Du poisson (du hareng ou du saumon) ;
  • Des olives et de la salade verte ;
  • Des œufs (une omelette ou des œufs au plat).

La confiture, le pain, et la boisson chaude (généralement du café qui peut être servi avec un jus de fruits de ton choix) sont obligatoires.

Ici, tu trouveras tous les noms de famille possibles

Les noms de famille juifs sont très divers. C’est lié au vaste territoire que peuplent les Juifs : il y en a en Europe de l’Est, dans la péninsule Ibérique, au Maroc et au Yémen. Et parfois, on peut entendre des noms de famille vraiment très drôles.

J’ai trouvé les notes d’une femme qui travaillait à Jérusalem en tant que fonctionnaire et qui avait rassemblé des noms et prénoms inhabituels. Regarde par toi-même : Bella Haidak (en hébreu, “haidak” veut dire “microbe”), ou Aron Baran-Tzvi (“tzvi” signifie “cerf”).

En Israël, on a le culte du café

C’est probablement la boisson principale de la Terre Sainte. Le café du matin est un indicateur de l’hospitalité des hôtes. On vous offrira une tasse de café non seulement quand vous rendez visite à quelqu’un, mais aussi dans le salon de manucure, ou tout simplement si vous êtes passés quelque part pour des affaires personnelles.

Mais si tu traduis en français, tu risques d’être un peu surpris : “Tu veux du nes ou du noir ?”. Quand j’ai entendu cette question pour la première fois, je n’ai pas du tout compris le premier mot. Il s’est avéré que “nes” signifie “café soluble” que le “noir” est un café “shahor” plus connu sous le nom de café moulu. Récemment, des touristes se sont plaints de ne pas pouvoir commander un café au lait dans les cafés. Ici, on donne juste un verre de lait avec un espresso, avec un air “Bah, si tu en veux tant que ça...”

L’Israël typique est un pays indifférent, amical et... “rega

Ici, on ne te juge jamais selon ton apparence. Dans ce pays, les habitants portent des tongs pour aller à un mariage (même les époux eux-mêmes le font). Et, croyez-moi, personne ne vous regardera de travers. Si quelqu’un est venu en tongs, cela signifie qu’il se sent bien là où il est. Point final. Tout le monde est frère et sœur. Bien sûr, on est d’abord surpris quand une serveuse salue une personne qu’elle voit pour la première fois de sa vie : “Ahi !” (“mon frère !”). Mais ensuite, on s’y habitue.

En Israël, un beau geste reliant le pouce, l’index, et le majeur été inventé : le “rega !” (“Un instant !”). Hier, j’ai essayé de contourner une grand-mère qui bloquait la route et j’ai klaxonné. La voiture est restée sur place 3... 4... 5 minutes. Bref, je la dépasse, lui fais signe de la main, et elle me répond : “Rega !”

Un kebab à 2 500 € ? Et encore, ce n’est pas cher donné

Une fois, une jeune fille a voulu acheter une assiette de fast-food pour 20 €, mais a payé 2 500 €. Cette histoire s’est bien terminée, mais pas sans l’aide de la police. L’argent lui a été rendu. J’ai aussi connu une situation similaire l’année dernière : ma carte de crédit m’a été rendue, j’ai récupéré mon reçu, et je l’ai signé. Mais au bout d’un certain temps, je me suis rendue compte qu’il y a eu plusieurs prélèvements du montant de ma commande.

En fait, nous n’avons pas de code confidentiel sur nos cartes. C’est-à-dire que tu donnes ta carte de crédit, elle sera amenée à la caisse, puis te sera rendue. Le chèque, bien sûr, est généralement montré et il faut le signer, mais les touristes n’attendent pas toujours de le voir ou signent sans regarder le montant. Cette confiance est donc souvent utilisée à mauvais escient dans les restaurants.

Les informaticiens et les dentistes gagnent bien leur vie

Officiellement, le salaire moyen est d’environ 2 500 €. Le chef de Zara reçoit 1 500 euros (officieusement), le vendeur du magasin reçoit 1 100 euros, un employé de bureau gagne 1 700 euros et un employé de mairie, 2 500. Le chef d’une équipe d’informaticiens a un bon salaire de plus de 3 000 euros, et les dentistes peuvent gagner plus de 5 000 euros.

Maintenant, je vous en dis un peu plus sur les prix : notre appartement à Bat Yam est vendu à 580 000 euros (une superficie de 75 m², dans un vieil immeuble rénové, et se trouvant au bord de la mer). Pour acheter une maison à Tel Aviv, ce montant doit être multiplié par deux. Les taxis de la ville coûtent entre 7 et 11 €, un déjeuner dans un café coûte en général 25 €.

La vie nocturne commence le jeudi

Le jeudi israélien correspond au vendredi du reste du monde. En fait, ici, le dimanche est un jour de travail normal, et donc les jours de week-end changent un peu. Que font les gens à la fin de la semaine ? Le proverbe “Haïfa travaille, Jérusalem prie et Tel Aviv se repose” l’explique parfaitement.

Tu as le choix entre une boîte de nuit, une fête à la plage ou un bar : à Tel Aviv, il y en a plein. La période la plus active est le jeudi et le vendredi après minuit (tout comme le vendredi soir et le samedi en Europe ou en Amérique). Il y a aussi des “happy hours”, où le tarif des boissons baisse de 30 à 50 %. Compte tenu du prix moyen d’un cocktail qui est de 7 à 12 €, l’économie est considérable.

“Couvre ta clavicule, tes coudes et tes genoux”

Il ne s’agit pas d’un code vestimentaire pour rencontrer la reine d’Angleterre, mais du tzniut : un ensemble de règles que les femmes juives doivent suivre afin de se comporter avec dignité et modestie. Par exemple, dans la région la plus religieuse d’Israël, Méa Shéarim, la tenue standard pour les femmes est une jupe foncée qui couvre les genoux, un cardigan discret et, pour des raisons inconnues, des lunettes.

Selon la Torah, une femme ne peut pas porter de rouge, mais les experts en tziniut permettent de l’utiliser dans les détails et les accessoires. Les pantalons ne sont pas interdits, mais il ne faut pas porter de vêtements faits d’un mélange de laine et de lin. Les cheveux doivent être couverts. Pour celles qui ne veulent pas porter le foulard, il existe des perruques : les filles contournent donc habilement l’interdiction des cheveux non couverts.

Dans n’importe quelle situation étrange, tu dois crier

Les cris et le bruit sont le moyen le plus efficace d’avoir de l’effet sur les autres. C’est comme un signe d’action. Par exemple, le feu de circulation n’a pas pas encore changé de couleur que tu entends déjà les gens te klaxonner. Et personne n’est offensé.

Je me souviens qu’un jour, le grand-père de Serge a attendu à l’hôpital pendant 48 heures (!) qu’un médecin s’occupe de lui. Et bah quoi ? C’est les vacances. Il a été hospitalisé, mais le premier jour ils n’ont même pas pris la peine de le changer. Quand mon mari est arrivé et a commencé à crier, un docteur est immédiatement arrivé, il lui a fait passer des examens et a expliqué la situation, puis a commencé à traiter le vieil homme.

4 idées pour économiser de l’argent en Israël

Israël est l’un des pays les plus chers du monde et, bien sûr, voyager ici ne peut pas être bon marché. Mais, d’un autre côté, avec le bon itinéraire, même un voyageur économe ne sera pas déçu. Voici quelques bons plans :

  • Les musées lors de la fête de Pessah. Généralement, l’entrée est gratuite pour tous les visiteurs. Tu trouveras une liste de tous les musées sur le site touristique d’Israël. J’en ai compté plus de 30 à travers le pays... Pas mal.
  • Les Jardins Baha’i à Haïfa. Des excursions gratuites y sont organisées à des heures précises.
  • Le musée Ralli à Césarée. L’entrée est toujours gratuite. Il y a des peintures d’artistes latino-américains et des œuvres peu connues de Salvador Dalí.
  • Shuki : ce sont des marchés. On peut tout y goûter, même du caviar rouge. Tu peux donc manger suffisamment sans dépenser un centime. À Tel Aviv, je conseille le marché Shuk Ha’Carmel : c’est beau, bruyant, amusant, et tu peux y trouver de tout (du halva, du houmous, des boulettes chinoises, et des salades thaïs).

Bonus : à quel point es-tu Israélien dans ton cœur ?

Pour chaque réponse “oui”, donne-toi un point. Plus tu en gagnes, plus la part juive à l’intérieur de toi est importante.

  1. Si tu dépasses une voiture, tu ne regardes pas la route, mais tu jettes un œil à celui qui conduit.

  2. Tu sais comment élever la voix et crier vite et fort.

  3. Dans les files d’attente, tu essaies de te faufiler et de “passer en premier juste pour poser une question” et tu penses que la queue la plus correcte est celle en forme de pyramide.

  4. Tu sais prévoir quand les feux de circulation changeront et tu le signales à la voiture qui se trouve devant toi une seconde avant que le feu passe du rouge au vert.

  5. Sur une autoroute avec beaucoup de voies, tu occupes toujours celle de gauche.

  6. Quand tu invites toute ta famille pour l’anniversaire de ta grand-mère, tu dois réserver une salle de banquet, parce qu’il y a beaucoup trop de monde pour organiser la fête ailleurs.

  7. Tu peux tranquillement t’approcher d’un inconnu dans la rue et lui demander : “Où avez-vous acheté de si belles chaussures ?”.

Alors, as-tu déjà visité Israël ? Qu’as-tu trouvé d’inhabituel dans ce pays ?
N’hésite pas à nous donner ton avis et à nous faire part de ton expérience
dans les commentaires !

Photo de couverture korelova.mila / instagram