Regarde qui fabrique tes habits et tu comprendras pourquoi il est important de le savoir

En 2013, un bâtiment de 8 étages appelé Rana Plaza s’est effondré au Bangladesh. Il abritait une entreprise de fabrication de vêtements de marques de mode. Le bâtiment était dans des conditions déplorables, mais le propriétaire avait quand même risqué la vie de ses travailleurs pour rendre la production la moins chère possible. Cette catastrophe a coûté la vie à des milliers de personnes et provoqué une réflexion sur la question de la fabrication des vêtements.

L’organisation internationale Fashion Revolution a été fondée un an après la tragédie. La mission de l’organisation est de réformer l’industrie de la mode et des habits. Précisément, Fashion Revolution a lancé le “challenge”, ou défi, qui a encouragé les marques de mode à répondre à la question : #whomademyclothes (“Qui a fabriqué mes vêtements ?”).

Sympa-sympa.com estime que le thème de la mode consciente est très important. Nous avons donc décidé de vous parler du mouvement #whomademyclothes et de ce que nous pouvons faire aujourd’hui pour sauver la planète.

Avant d’arriver entre nos mains, nos vêtements passent par des agriculteurs, des fileurs, des tisserands, des teinturiers et bien d’autres artisans. Plus de 75 millions de personnes travaillent dans ce secteur et 80% d’entre elles sont des femmes âgées de 18 à 35 ans. Le problème est que les marques de mode, désireuses d’économiser, déplacent leurs usines dans des pays du tiers monde et paient à peine quelques dollars par jour à leurs travailleurs locaux.

Pour tenter de corriger cette situation, le défi #whomademyclothes est apparu. Les gens se sont mis à publier des photos de leurs vêtements sur les réseaux sociaux de manière à ce que l’étiquette portant le logo de la marque soit visible et ils ont commencé à demander aux fabricants s’ils pensaient vraiment aux conditions de travail de leurs ouvriers et s’ils utilisaient des matériaux sans risques pour l’environnement

Les marques responsables ont donc montré les personnes qui fabriquaient leurs vêtements.

Cependant de nombreuses entreprises ont décidé de ne pas répondre à ce défi. Par exemple, les marques Chanel, Versace, Marc Jacobs, Dior, Dolce & Gabbana, Gucci et d’autres géants de l’industrie de la mode n’ont pas montré leurs usines. Les meilleurs résultats de cette année ont été obtenus par Stella McCartney, H & M, Marks & Spencer, Puma, Adidas et Reebok.

Le résultat du classement de la transparence des marques peut être consulté dans le rapport Fashion Revolution.

L’influence dévastatrice qu’elle a sur l’écologie est un autre problème sérieux de l’industrie de la mode. Le monde de la mode occupe la deuxième place au niveau de la pollution de l’environnement. Mais chacun de nous peut aider à améliorer la situation. Il suffit de commencer par ces petites étapes :

  • Regarder le film documentaire The True Cost pour mieux comprendre le problème.
  • Soutenir les marques écologiques et transparentes qui ne cachent pas les conditions dans lesquelles leurs vêtements sont fabriqués.
  • Ne pas négliger les vêtements d’occasion, les boutiques vintage et les échanges de vêtements entre amis, c’est la méthode la plus écologique pour renouveler sa garde-robe.
  • Acheter des vêtements fabriqués avec des matériaux recyclés et également labélisés par la certification textile Internationale " commerce équitable ".
  • Ne pas jeter ses vieux vêtements, il est préférable de les donner en les laissant dans des points de collecte spécialisés.
  • Et surtout, ne pas acheter plus que le nécessaire.

Si chacun de nous réfléchissait bien avant l’achat de tant de vêtements inutiles, toute l’industrie de la mode changerait. Les stylistes comprendraient que nous en avons assez d’acheter des vêtements de mauvaise qualité, qui non seulement créent de la pollution sur la planète, mais ne respectent pas les normes en termes de conditions de travail justes et honnêtes. Les choix de chacun sont très importants car ce n’est qu’en agissant ensemble que nous pourrons changer le monde.

Photo de couverture fash_rev / instagram
Partager cet article