Sympa
Sympa

17 Preuves qu’accoucher en présence de son mari provoque plus d’émotions qu’une télénovela brésilienne

La présence du mari lors de l’accouchement est un phénomène de plus en plus fréquent. Les hommes sont de plus en plus disposés à être  à la naissance de leur enfant. Certains pensent que cela rapproche le couple, d’autres sont convaincus qu’une personne aimante devrait évidemment être là pour eux dans un moment aussi crucial.

Chez Sympa, nous avons fait le tour du web à la recherche d’histoires intéressantes de personnes qui ont vécu l’accouchement ensemble. À la fin de l’article, se trouve l’histoire de parents qui voulaient être ensemble pour la naissance, mais la vie en a décidé autrement.

  • Je suis infirmière et j’ai aidé une fois une jeune fille qui en était à son premier accouchement. Elle avait environ 19 ans et son mari était clairement beaucoup plus âgé. Quand le bébé est né, tout le monde était très agité et nerveux en général. Tout le monde sauf le père. Il a juste haussé les épaules et a dit : “Оh !” © MrSquishy_ / Reddit
  • Nous vivons à une heure de l’hôpital. Quand les contractions ont commencé, j’ai dit à mon copain qu’il était temps de partir. Quand nous étions à environ 15 minutes de l’hôpital, j’ai su que ça commençait. J’ai crié à mon homme qu’il s’arrête et nous nous sommes garés. Mon compagnon a appelé le service d’urgence et a couru jusqu’à ma porte, en déchirant son pantalon et en perdant sa chaussure sur le chemin. Les contractions ont recommencé, et voilà que ma petite fille est dans les bras de son papa. Nous sommes tous les deux sous le choc. Que dire de notre fille de 10 ans, qui était assise sur le siège arrière pendant tout ce temps. © Hopeful-Sloth / Reddit
  • J’ai décidé d’être présent lors de l’accouchement. Pendant tous les préparatifs, j’étais aux côtés de ma femme, je l’encourageais, je l’aidais du mieux que je pouvais. Mais quand l’accouchement lui-même a commencé, elle m’a mis à la porte, et je n’ai pas résisté. Puis, ils m’ont fait entrer, m’ont montré ma fille et m’ont dit : “Restez un peu avec le bébé”. J’ai regardé ma fille et j’ai vu que son bonnet était mal mis sur sa tête. Eh bien, je suis son père ! J’ai arrangé son bonnet et j’ai vu quelque chose qui m’a fait faire des cauchemars pendant longtemps. C’était comme si les os de la tête bougeaient en même temps que le bonnet. J’ai tout remis comme avant et j’ai arrêté de bouger. J’ai appris plus tard que c’était normal. © Kaa1980 / Pikabu
  • Mes amis travaillent comme médecins. Tout s’est bien passé, la nouvelle maman a fait l’éloge à son mari : “Mischa était là tout le temps, il n’avait pas peur”. Plus tard, Mischa lui-même n’a dit qu’une seule phrase : “Je me suis blotti contre le mur et tout ce à quoi je pouvais penser, c’était de ne pas vomir ici même”.
  • Tout a commencé à deux heures du matin et ma femme a accouché à 7 h 35. J’ai assisté à la naissance du début à la fin. Et quoi qu’on en dise, c’est très cool et ma femme est une héroïne ! © DedAfanasy / Pikabu
  • Nous étions en train de regarder la télé à la maison quand soudain, ma femme m’a attrapé brusquement le bras. Elle s’est rendu compte qu’il était trop tard pour aller quelque part, c’était sur le point de commencer. Mais le problème était qu’il n’y avait personne pour mettre le bébé au monde. Sans réfléchir longtemps, je compose le numéro de notre sage-femme et avec les mots “Que dois-je faire ?”, je retrousse mes manches. La docteure m’a expliqué en détail ce qu’il fallait faire et comment le faire. Et voilà, j’ai mis moi-même notre bébé dans les bras de ma femme. © Michael Wolfe / Quora
  • De l’arrivée à l’hôpital jusqu’à la naissance du bébé, je n’ai jamais quitté ma femme. C’était mon travail de rester à ses côtés et de lui remonter le moral. Cette nuit-là, j’ai eu de nouveaux poils blancs dans ma barbe et sur mes tempes, mais j’ai fait mon travail. Je m’en souviens maintenant et je ne comprends pas comment j’ai réussi à le faire. Quand on a sorti le bébé et qu’il a crié, je me suis juste assis dans un coin et j’ai pleuré à chaudes larmes, avec des sanglots et des hurlements. En une minute, j’ai ressenti tout ce qui aurait dû sortir de moi au cours de quatre heures de travail : émotions, larmes, sanglots, cris. © valeost / Pikabu
  • J’étais présent à la naissance de nos trois enfants. C’étaient les moments les plus forts de ma vie. Le premier bébé est né à l’hôpital, les deux autres sont nés à la maison. Comme c’est excitant d’être le premier à voir son bébé. Et il n’y a rien de dégoûtant dans ce processus, croyez-moi. © John Roberts / Quora
  • Je connais un couple marié. La femme voulait que son mari assiste à l’accouchement, le mari n’était pas particulièrement enthousiaste, mais il a accepté. Le jour J arrive : la chambre, les cris, les médecins. L’homme a regardé tout ça et s’est enfui par la porte, terrorisé. Puis il a passé une année à se frapper la poitrine et à dire qu’il ne voulait plus d’enfants et qu’il était hors de question d’assister à un autre accouchement. Quelques années plus tard, il s’avère que la femme est à nouveau enceinte. Le jour J arrive pour la deuxième fois. La femme s’assied par terre et commence à appeler son mari : le travail était en cours. C’est le mari qui a accouché sa femme, aidé au téléphone par le médecin, tandis que le premier enfant courrait à côté. Et tout s’est bien terminé. © Spartleg / Pikabu
  • Avant la naissance, j’hésitais à vouloir que mon mari soit à mes côtés. J’ai décidé que je pouvais toujours lui demander de rester dans le couloir. Finalement, l’accouchement a été difficile, j’avais mal et j’ai supplié pour avoir une césarienne. Mais je n’avais jamais vu mon mari comme ça : il réglait tous les problèmes, me calmait, donnait des ordres à la sage-femme. Lorsqu’on m’a emmenée dans ma chambre 24 heures après la césarienne d’urgence, la sage-femme m’a dit dans l’ascenseur : “J’aurais aimé que mon mari se comporte comme ça pendant mon accouchement.” À la fin, il a pris notre fils dans ses bras le premier et s’est promené avec lui et l’a bercé pendant qu’on me recousait. © Anastasiya / AdMe
  • Pendant les huit mois de ma grossesse, mon mari m’a dit qu’il n’assisterait jamais à l’accouchement, mais qu’il se tiendrait simplement à mes côtés pour m’encourager. J’étais d’accord avec ça. Mais juste après la naissance, il a craqué : “Je t’ai bien eue ! Comment peut-on ne pas regarder ? J’ai du mal à comprendre comment ton corps a pu faire ça”. © Olivia DeLeeuw / Quora
  • Mon ex-mari racontait des blagues aux infirmières pendant que je hurlais de douleur en essayant d’avoir mon deuxième bébé ! Quand le médecin est entré pour me voir, je lui ai demandé de raccompagner ce petit blagueur hors de la pièce. Le docteur a dit : “Sortez et attendez dans la salle d’attente. Pendant que votre femme est là, vous ne pouvez pas entrer”. © Charles / Quora
  • Je voulais juste tenir la main de ma femme, mais l’infirmière m’a obligé à m’impliquer. J’ai donc vu toutes sortes de choses. Dès que la tête du bébé est apparue, le médecin s’est exclamé : “Regardez ça ! Un, deux, trois, quatre.” En disant cela, il a déroulé le cordon ombilical, qui s’était enroulé quatre fois autour du cou de notre petit garçon. Puis les infirmières ont lavé le bébé, l’ont examiné et l’ont placé sur la poitrine de ma femme. © Ryan DM / Quora
  • Mon fils est né après une césarienne d’urgence, j’étais présent et j’ai tout vu. Pour être honnête, c’était génial. Je n’oublierai jamais que dès qu’un petit pied est apparu, je me suis exclamé comme un fou : “Oh, c’est un pied ! © Danny S / Quora
  • Lorsque ma femme a donné naissance à notre troisième enfant, j’ai demandé en plaisantant au médecin si je pouvais couper le cordon ombilical avec mes dents. Le docteur m’a regardé d’un air étrange et a marmonné : “Ouais, je suppose que oui.” Quelques heures plus tard, notre magnifique petite fille est née. Et le médecin m’a dit : “Ok papa, lève-toi et mords le cordon si tu es prêt.” Bref, je ne l’ai pas fait. © lost-little-boy / Reddit
  • Mon mari était présent lors de l’accouchement. J’ai accouché, ils m’ont fait une anesthésie et ont commencé à me recoudre. Mon mari était ému, et il a fondu en larmes dès qu’il a franchi la porte. Mes parents ont appelé juste à ce moment-là et il a dit en pleurant dans le combiné : “Ça y est, ils ont pris le bébé et ils cousent Nathalie”, et il a raccroché. Pauvres parents... © Podslouschano / Ideer
  • À un moment donné, mon mari a commencé à pâlir et à tituber pendant l’accouchement. Mais on lui a dit : “Si vous tombez dans les pommes, on va vous bouger un peu mais vous allez rester là. Personne ne s’occupera de vous, car il y a des choses plus importantes à faire que de s’occuper de vos malaises”. Mon mari a réfléchi et n’est pas tombé. J’ai commencé à rire, mais ils m’ont réprimandé en disant que c’était mauvais pour le souffle. © Ksaverija / AdMe

Bonus : peut-être que la prochaine fois, ça marchera

  • Mon mari et moi attendions notre deuxième fils et nous avons décidé qu’il assisterait à l’accouchement. Nous sommes arrivés à la maternité, le médecin m’a examinée et a dit que mon mari pouvait rentrer chez lui, car je n’aurais pas mon bébé avant le lendemain après-midi au plus tôt. Il a fallu environ 50 minutes en voiture pour rentrer à la maison. Mon mari est arrivé, s’est servi une tasse de café, et j’ai appelé pour le féliciter de la naissance de son fils. C’était mon accouchement le plus rapide. © natulyalya / Pikabu

Penses-tu que les femmes devraient accoucher en présence de leur homme ? Ou les autres n’ont pas besoin de voir le processus d’accouchement ?

Sympa/Couple/17 Preuves qu’accoucher en présence de son mari provoque plus d’émotions qu’une télénovela brésilienne
Partager cet article