Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Découvre 10 choses que tu ne devrais jamais faire pour tes enfants

Parfois, le désir des parents de rendre la vie plus facile à leurs enfants dépasse toutes les limites. Nous, adultes, ne devons pas vivre la vie de nos enfants pour leur épargner d'avoir à le faire. Notre tâche est de les aider à grandir et à acquérir des expériences. Et c'est très important de ne pas aller trop loin.

Sympa a compilé une liste de choses que tu ne devrais jamais faire pour tes enfants. Tiens-en compte et tes enfants t’en remercieront.

1. Parler à leur place.

Quand on demande à notre bébé : "Comment t'appelles-tu ?" et que nous répondons joyeusement pour lui, eh bien, c'est à ce moment-là que tout commence. Ce serait génial si cela se terminait dès que le petit apprend à parler. Mais non, parfois nous répondons aussi pour nos enfants adolescents : à une fête, dans un magasin et même à la maison.

Et quel est le résultat ? Nous retirons à nos enfants la possibilité d'apprendre à répondre par eux-mêmes. Tu peux suggérer quoi dire si l'enfant demande. Mais il n'est pas du tout nécessaire que tu prennes l'initiative toi-même.

Qu'y a-t-il à faire ? La prochaine fois, quand tu es tenté de dire quelque chose pour ton enfant, essaie de te contenir et donne-lui la parole.

2. Essayer de devenir son ami.

Beaucoup d'entre nous voulons être amis avec nos enfants, leurs meilleurs amis avec qui ils n'auront pas de secrets. Le fait de vouloir tisser avec eux une relation complice, riche d’échanges, comme celle que l’on peut avoir avec ses amis, est un désir légitime. Mais il ne faut pas aller plus loin pour éviter qu'une confusion générationnelle et une intrusion affective ne se ressente.

Les parents ont un rôle vital, ils se soucient de leur enfants et les aiment plus que tout. Les tentatives d'être de meilleurs amis ne sont pas nécessaires, laisse tout simplement tes enfants trouver des copains parmi les gens du même âge, tout en leur faisant comprendre qu'ils peuvent venir à toi pour trouver un amour inconditionnel et du soutien si nécessaire.

Qu'y a-t-il à faire ? Laisse tomber la relation amicale avec ton enfant, et concentre-toi sur la création d'une relation basée sur le respect mutuel et le soutien.

3. Avoir envie vs. Avoir besoin

Nous savons bien que le brocoli est plus utile que les bonbons, et de nouvelles chaussures sont plus nécessaires que des poupées. C'est pourquoi nous dictons à nos enfants, explicitement ou implicitement ce qu'ils devraient vouloir. C'est comme la blague : "Maman, j'ai faim ?" "Non, mon fils, tu as froid et tu as envie d'être au chaud."

A quoi mènent ces réflexes ? Cela contribue à éliminer le "moi" de ton enfant, ses désirs et ses objectifs. Cela peut aussi mener l'enfant à la sensation d'être une victime perpétuelle et s'il a un fort caractère, il pourrait se rebeller contre toi et le monde entier.

Qu'y a-t-il à faire ? Recherche les besoins et les souhaits de l'enfant. Et si nécessaire, enseigne-lui des habitudes utiles, fais-le sans violence, non pas à travers le "tu dois", mais à travers le "c'est bien de".

4. Tout faire pour lui

Un enfant de 2 ou 3 ans peut déjà se déshabiller et enfiler beaucoup de vêtements seuls, laver une tasse sale et mettre des affaires dans la machine à laver. Surtout qu'à cet âge, les enfants ont un grand désir de tout faire eux-mêmes.

Et que faisons-nous ? Nous les avons habillés nous-même pendant de nombreuses années, utilisant le prétexte que nous étions pressés ou "qu'il ne sait pas comment faire". Nous l'avons nourri à la cuillère jusque 6 ans, l'empêchant de manger seul et un jour, des années plus tard, on s'étonne que notre adolescent ne veuille pas aider sa mère et qu'il laisse du bazar partout !

Qu'y a-t-il à faire ? Laisse ton enfant faire le plus de choses possibles tout seul.

5. Choisir ses envies

Souvent nous essayons, de manière tout à fait inconsciente, d'imposer nos préférences musicales, de livres, de vêtements, etc. à nos enfants. Cela part d’une bonne intention, mais à la fin, cela efface l'individualité de l'enfant et peut même provoquer une rébellion, le poussant à vouloir faire tout le contraire.

Qu'y a-t-il à faire ? Écouter notre musique et regarder nos films préférés, et discuter avec nos enfants de leurs idoles et de leurs préférences.

6. Contrôler ses dépenses

Dans la vie de chaque enfant, tôt ou tard, arrive un moment où il commence à avoir de l'argent de poche. Mais en aucun cas, tu ne dois contrôler et organiser un interrogatoire sur ses dépenses, sur combien d'argent il lui reste et encore moins vérifier ses poches et ses sacs. Si tu fais ça, c’est simple, tu tues toute la confiance entre vous.

Laisse-le faire ce dont il a envie, que ce soit économiser pour acheter quelque chose d'important ou le dépenser pour des bricoles.

Qu'y a-t-il à faire ? Enseigne à l'enfant les concepts de base sur l’argent, et laisse-le ensuite faire ce qu’il veut avec ses propres sous.

7. Choisir ses loisirs et ses passe-temps

La mère veut que sa fille joue du violon et est prête à l'emmener à des cours trois fois par semaine. Et le père insiste pour que son fils s'entraîne tous les jours pour jouer au football. La plupart du temps, les parents essaient inconsciemment d'imposer à leurs enfants un passe-temps à la mode ou leurs propres ambitions qu’ils n’ont pas pu réaliser lorsqu’ils étaient plus jeunes.

Qu'y a-t-il à faire ? Sois patient et observe ton enfant, en prenant note de ses propres intérêts et envies. Demande-lui ce qu'il aime, ce qu'il préfère. Et ensuite aide-le à se développer dans le domaine de son choix.

8. Considérer ses succès comme les tiens

Les "Instamamans" remplissent leurs réseaux sociaux de centaines de photos avec en légende "Nous avons mangé", "Nous avons commencé à marcher", "Nous avons appris à utiliser le pot". Bien sûr, dans de nombreux cas, il y a une aide de la part des parents, mais même si ce n'est pas la réussite de la mère, mais celle de l'enfant ! Que signifie ce ”nous” étrange ?

À mesure que l'enfant grandit, la situation devient encore plus grave. Les parents vont alors se vanter que «nous» avons obtenu un diplôme ou un emploi. Il est facile de deviner que c'est très ennuyeux pour les enfants.

Qu'y a-t-il à faire ? Célèbre les réalisations de tes enfants, soutiens-les, mais ne les confonds pas avec tes propres succès.

9. Choisir ses cadeaux

Quand un enfant peut déjà parler, il a le droit de choisir ce qu'il veut recevoir en cadeau. Et ce n'est pas nécessairement une chemise ou un jeu ludo-éducatif.

Bien sûr, cette approche ne nous convient pas toujours. Mais cela donnera à nos enfants l'essentiel : la capacité de choisir, de prendre des décisions et d'être responsable des conséquences. Dans la vie adulte, ces compétences ne seront pas superflues.

Qu'y a-t-il à faire ? Autorise ton enfant, dans la mesure du possible, à choisir ses cadeaux et ses achats.

10. T'immiscer dans sa vie privée

Ceci s'applique particulièrement aux parents d'adolescents. Les enfants ont leurs amis, camarades, premier amour. Tout cela est normal et naturel. Des questions comme "Qui est ce type ?" ne feront que causer de l'irritation et de l'éloignement.

De nombreux enfants auront plus envie de confier des choses intimes à leurs parents s'ils se sentent en sécurité et savent qu'on ne les jugera pas.

Qu'y a-t-il à faire ? Au lieu de l’interroger, laisse ton enfant avoir un espace personnel et un jardin secret. Ne lui pose pas de questions s’il n’est pas prêt à donner plus de détails. Et, bien sûr, ne t’implique surtout pas dans les mails et messages personnels de tes enfants.

Quels autres astuces connais-tu ? Partage-les avec nous dans les commentaires !

Illustrateur Igor Polushin pour Sympa