Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration
Sympa

Cela fait sept ans que je travaille comme hôtesse de l’air et je suis prête à révéler tout ce que l’on cache généralement aux passagers

Claudia voulait devenir enseignante, mais il y a sept ans, lorsqu’elle était en troisième année d’études à l’université, elle a soudain décidé de déménager à la capitale pour enfin réaliser son rêve : devenir hôtesse de l’air. Elle avait à peine assez d’argent pour le trajet et s’est donc rendue à l’entretien immédiatement après être arrivée à la gare. La jeune femme a réussi son entretien, a passé l’examen médical et — oh, miracle ! — elle a commencé sa formation le même jour. Et bien que changer radicalement sa vie soit souvent effrayant, le faire à 21 ans reste tout de même le moment idéal pour cela.

Chez Sympa, nous avons lu le blog de Claudia, dans lequel elle partage tous les détails de son travail comme hôtesse de l’air, et sommes maintenant prêts à te révéler avec grand plaisir les secrets professionnels de cette merveilleuse jeune femme.

Les hôtesses de l’air ne sont plus perçues comme des femmes avec un passe-temps temporaire. Les gens leur demandent de moins en moins souvent : “Quand te trouveras-tu un emploi décent ?”

Un agent de bord est une personne qui est responsable de la sécurité des passagers et qui, si nécessaire, sauve des vies : son travail n’est pas uniquement d’apporter du thé et du café. En outre, cette profession exige une très bonne stabilité mentale. Imagine qu’ils travaillent dans un espace clos, entourés d’une énorme foule d’inconnus où il faut non seulement s’occuper du service, mais aussi de la sécurité des passagers. Ajoutes-y les situations stressantes, les vols de nuit, les changements climatiques brutaux et les passages constants d’un fuseau horaire à l’autre, ainsi que les centaines de questions que les passagers posent sans arrêt.

  • La qualité la plus importante à avoir pour ce travail est l’adaptabilité. Oui-oui, ce n’est pas une bonne maîtrise de l’anglais qui est l’essentiel.
  • Il faut être multitâche, afin de réussir à régler plusieurs problèmes et questions en même temps.
  • Un beau sourire ne serait pas de trop : quoi qu’il t’arrive dans ta vie personnelle, ce travail n’est pas l’endroit où tu peux te permettre de le montrer.
  • Il faut bien s’occuper de sa santé et ne pas prendre les changements de pression (qui sont assez brutaux) et les vols constants à la légère.
  • Un bon agent de bord doit être sociable et capable de trouver un terrain d’entente avec n’importe quel passager. En outre, il doit facilement pouvoir travailler avec de nouvelles personnes, parce qu’à chaque vol, les membres d’équipages peuvent être complètement différents.
  • La chose la plus importante est d’avoir un sommeil sain. Même si tu as eu la chance soudaine de te rendre dans un pays que tu n’avais jamais visité auparavant, les monuments restent tout de même moins importants que le sommeil.

Les vols du point de vue du chef de cabine

Je me réveille aux alentours de 4 heures du matin pour prendre mon vol de 8 heures. Une fois que tout le monde est arrivé, j’organise un briefing, je donne toutes les informations nécessaires, je réponds aux questions de l’équipage, puis je pose les miennes. Après cette réunion, les membres de l’équipage et moi-même nous rendons sur l’avion bien à l’avance : selon les règles, nous devons nous trouver sur place une heure avant le départ, mais personnellement, je préfère m’y rendre plus tôt. À mon avis, il est bien plus agréable de passer une demi-heure à tranquillement siroter un café en attente des passagers, que de courir vers l’avion en talons, tout en ayant peur de ne pas avoir le temps de tout finir à l’heure.

Ensuite, une véritable course à la montre commence pour le chef de cabine, car tous les services d’entretien arrivent dans l’avion : les nettoyeurs, les techniciens, les ingénieurs, etc. Et généralement, ils ont tous besoin de demander quelque chose au chef : “Qui est le chef de cabine ?”, “Vérifiez le nettoyage !”, “Signez ici, s’il vous plaît”, “Composez le numéro du cockpit, il faut vérifier la connexion”. Et bien évidemment, je n’ai nul autre choix que de répondre vite et de faire tout ce que l’on me demande, car si des failles sont détectées, nous devons avoir le temps de les réparer. Quand tout est prêt, le capitaine donne le feu vert pour laisser monter les passagers et j’annonce donc à mes collègues via le haut-parleur : “On commence !” Les filles mettent leur casquette, se placent devant l’entrée, et nous entendons les bruits de pas des premiers passagers qui montent sur la passerelle.

Chaque hôtesse de l’air a des passagers qu’elle rencontre bien plus souvent que ses propres collègues

Il arrive parfois que tu sois en train d’accueillir les passagers à bord, et que parmi eux, tu le trouves... Lui. Tu as voyagé avec lui bien plus d’une fois, vous avez déjà vos petites blagues communes, tu sais quel café il préfère et tu lui demandes même s’il est arrivé à rendre son projet de la dernière fois à temps. J’adore les vols du genre ! Quant à ces passagers, ils savent parfaitement qu’ils auront droit au meilleur service qui soit.

Il arrive aussi d’autres situations bien plus “amusantes”. J’avais un passager régulier. C’était un homme d’âge moyen qui, lors de notre première rencontre, a essayé vainement d’attirer mon attention et d’obtenir les 11 chiffres de mon numéro de téléphone. Et moi, certaine que nous ne nous rencontrerons plus jamais, lui ai répondu que je lui donnerais mon numéro si jamais nous nous rencontrions de nouveau à bord d’un avion. Deux jours plus tard, je l’ai vu de nouveau monter à bord de mon avion. J’étais bien évidemment stupéfaite, mais pas autant que lui, car à côté de lui se trouvaient sa femme et ses enfants. Après ça, il ne m’a plus jamais adressé la parole.

Quelques astuces pour les passagers à l’aéroport

  • Si tu t’apprêtes à réserver deux places, choisis les sièges qui se trouvent à côté de la fenêtre et de l’allée : généralement, personne ne veut se retrouver au milieu et il est fort possible que vous disposiez finalement de toute la rangée.
  • Si tu voyages en classe économique, fais la queue à l’enregistrement qui se trouve à côté des comptoirs de la classe affaires. Généralement, il n’y a aucune file d’attente à la classe affaires et les employés commencent à servir les passagers de la classe économique qui se trouvent à côté.
  • D’habitude, les tapis roulants qui se trouvent à gauche sont bien moins chargés, car tout le monde dépose instinctivement ses affaires à droite.
  • Si tu te rends vers l’avion en bus, ne t’empresse pas d’occuper une place à l’intérieur, sinon tu risques d’y attendre pendant encore 20 minutes, en gelant de froid ou t’étouffant de chaleur.
  • Si tu souhaites économiser, mieux vaut emballer tes valises une fois arrivé à l’aéroport et non pas le faire chez toi : si la sécurité de l’aéroport décide de vérifier tes bagages pour une raison ou une autre, ils ne se soucieront pas du tout de tes efforts.
  • N’oublie pas que parfois, les valises se perdent et que les produits de première nécessité doivent donc toujours se trouver dans les bagages à main.
  • Fais une photo de tes valises et garde-la sur ton téléphone. Si tes valises sont perdues, tu auras au moins une photo pour les identifier.

Comment économiser sur les billets

  • Aviasales et Skyscanner sont les principales plateformes où il est possible de comparer les prix des billets chez différentes compagnies aériennes. Cependant, la plupart des gens n’utilisent pas tout le potentiel de ces sites. Vérifie et compare toujours les prix indiqués sur ces deux moteurs de recherche, car il y a parfois une légère différence. En outre, il existe une superbe fonction : la recherche avancée, qui permet de retrouver les billets qui te conviennent le mieux. Une petite astuce : pour retrouver les options les moins chères, indique le pays entier au lieu d’une ville précise ou coche la case “Ajouter les aéroports à proximité”.
  • Choisis des dates flexibles. Regarde toutes les options de vol pour les dates les plus proches (± 3 jours). Cherche les dates d’aubaines via le calendrier des meilleurs prix.
  • Garde toujours un œil sur les baisses de prix : ils changent constamment. Non, pas tous les mois : toutes les heures.
  • Les prix des billets sont les plus bas un an avant la date prévue ; 2-3 mois avant le vol (surtout dans les compagnies à bas prix) ; quelques jours avant le départ (pour les vols charter et dans les grosses compagnies aériennes dont les vols ont lieu durant les saisons basses).
  • Les voyages à forfait valent la peine d’être achetés ne serait-ce que pour leurs billets d’avion, car un voyage du genre peut parfois coûter bien moins cher qu’un billet ordinaire. En outre, pour un prix bien plus bas que d’habitude, tu reçois non seulement un vol direct avec hébergement, mais aussi un transfert jusqu’à l’hôtel.
  • Cherche tes billets en utilisant le mode incognito de ton navigateur : ainsi, le système pensera que tu es un nouveau visiteur du site web et te proposera donc les prix les plus bas, afin de te “rendre accro” au service.
  • Cumule obligatoirement les miles : tout ce dont tu as besoin pour le faire est d’obtenir une carte de membre. Ainsi, tu pourras plus tard les dépenser en billets d’avion ou en marchandises qui sont vendues à bord.

Les particularités de la vie des hôtesses de l’air

  • Tu commences à confondre les jours de la semaine, et vendredi ne semble plus être une journée aussi magique et attendue.
  • Au téléphone, au lieu de dire allô, tu dis ton prénom.
  • Lorsque tu remplis n’importe quel document, tu ajoutes automatiquement ton numéro d’employée et personne ne comprend ce que c’est et pourquoi tu le fais.
  • Tu as des valises de toutes les tailles possibles pour tes divers voyages. Tu as déjà oublié où tu les avais achetées : elles se trouvent tout simplement sur ton balcon, alignées les unes derrière les autres.
  • Sur ton téléphone, sont enregistrés 4 587 327 réveils à n’importe quelle heure de la journée et de la nuit.
  • Ton portefeuille est bondé de monnaie, mais tu ne peux jamais laisser de pourboire aux serveurs, car tout cet argent provient de différents pays.
  • Lorsque tu prends un vol en tant que passager, tu fermes quand même tous les compartiments à bagages qui te tombent sous la main. Les passagers te regardent d’un air perplexe, et seuls les agents de bord comprennent : “Elle fait partie des nôtres”.
  • 100 % des messages que tu reçois de ton opérateur mobile visent à t’accueillir dans un nouveau pays.
  • Lorsque tu reçois un appel de la salle de contrôle, tu commences à paniquer en pensant que tu as confondu la date du vol.
  • Tu te retrouves souvent paralysée lorsque tu essayes de décider quoi porter dans ton quotidien : après tout, au travail, c’est déjà décidé pour toi.
  • La vie personnelle n’est plus synonyme de fleurs et de soirées romantiques : il s’agit de tout ton temps libre lorsque tu ne voyages pas, ne dors pas, et ne repasses pas tes chemises.

Comment construire une bonne relation amoureuse en travaillant comme hôtesse de l’air

  • Commençons par le fait que tous les rendez-vous amoureux des hôtesses de l’air ont lieu lorsque le planificateur daigne leur accorder un jour de congé. Et si elles ont eu plusieurs vols consécutifs avant ce congé, elles passeront toute leur journée à dormir.
  • Une hôtesse de l’air a reçu des fleurs ? Il est fort probable qu’elle s’envole et revienne lorsqu’elles seront déjà fanées. Les fleurs en pots n’ont elles aussi aucune chance de survivre : n’oublie pas que les hôtesses de l’air sont presque toujours absentes.
  • Inutile de planifier un rencard : les hôtesses découvrent leur emploi du temps tout au plus deux ou trois jours à l’avance.
  • Il y a de fortes chances que les anniversaires, les soirées de la Saint-Valentin, ainsi que les autres dates importantes soient fêtés par Skype.
  • Les hôtesses de l’air peuvent rentrer chez elles comme tous les employés de bureau, à 18 heures, mais elles peuvent tout aussi bien revenir à 4 heures du matin. Ou ne pas revenir du tout. En outre, les hôtesses n’ennuient jamais leur partenaire avec des textos, car elles n’ont pas de réseau au travail.
  • Le cercle social des hôtesses de l’air est principalement constitué d’autres hôtesses, ainsi que de pilotes. Cependant, elles veulent souvent communiquer avec des “terriens” et parler de tout sauf d’aviation.
  • Si une hôtesse aime sincèrement son métier, il n’est possible de la “ramener sur terre” que grâce à un congé maternité.
  • Et le bonus le plus agréable : si tu décides soudain d’épouser une hôtesse de l’air, des remises sur les billets d’avion sont “incluses”. L’essentiel est de se marier par amour, et non pas à cause des réductions, pour que vous en profitiez tous les deux.

En fait, nous avons beaucoup plus de temps libre que la plupart des gens. Nous travaillons 80 heures par mois : deux fois moins que les employés de bureau. Mais, malheureusement, cela ne signifie pas du tout que nous pouvons disposer du reste de notre temps comme bon nous semble. Après tout, la journée qui suit un vol de nuit n’est plus vraiment complète. Il arrive aussi que ton petit-ami t’invite à un événement trois jours à l’avance, mais que la veille, il s’avère soudain que tu as un vol. Et cela arrive assez souvent.

Mais si la confiance règne dans votre relation, peu importe les voyages et l’absence durant plusieurs soirées de suite : il est possible de construire une merveilleuse relation même en ayant ce genre de travail. Nous connaissons beaucoup de couples avec des enfants qui ont une vie de famille très heureuse. Oui, il peut parfois être difficile de planifier quelque chose, mais il est toujours possible de discuter, de trouver des solutions aux problèmes et de vivre heureux.

La très attirante classe affaires

Souvent, les passagers tentent de tromper le système et s’asseyent en classe affaire durant le vol, mais le regard vif des agents de bord remarque tout. Il nous est interdit de reclasser les passagers à bord de l’avion : il n’est possible de le faire que lors de l’enregistrement. Mais les gens continuent tout de même d’essayer. Parfois, ils achètent trois billets dans la classe affaire et un billet dans la classe économique, puis disent que leur enfant ne peut pas rester tout seul dans la classe économique parmi des étrangers et nous demandent de le reclasser dans la classe affaires.

Voici le top des phrases utilisées par les passagers :

  • “Ça vous gêne ou quoi ?”
  • “C’est libre de toute façon !”
  • “Mais je ne demande pas de me nourrir, je veux juste m’asseoir ici !”
  • “Mon voisin éternue et ronfle”.
  • “Mon pied ne rentre pas”.

Et encore mille et une autres excuses pour lesquelles “je ne peux pas rester dans la classe économique”. Lorsque ces passagers n’arrivent pas à persuader les agents, ils commencent à proposer de l’argent. Et tout ça uniquement pour pouvoir se trouver quelque temps dans les fauteuils si attirants de la classe affaire et faire des photos pour les réseaux sociaux.

Les hôtesses de l’air peuvent ne pas être admises à bord

  • Tu te montres à l’aéroport mais tu as oublié un document, un tout petit bout de papier qui, selon toi, est complètement inutile, seras-tu autorisé à monter à bord ? Non !
  • Une autre situation : durant le briefing, on te pose des questions concernant les diverses procédures de sauvetage. Tu arrives à répondre à la première question avec beaucoup de mal, tu trouves à peine les bons mots pour répondre à la deuxième, et échoues complètement à la troisième question sur les règles d’utilisation des équipements de sauvetage. Un employé pareil peut fortement nuire aux passagers et n’est donc pas autorisé à monter à bord de l’avion.
  • Disons que tu as décidé d’être créative et que l’idée d’appliquer un vernis jaune vif t’a semblé être intéressante. Surtout si tu portes cinq anneaux en or sur tes doigts et que tu adores les collants résille. Personne n’entrera dans les détails et ne contestera ton choix, mais veille à ne jamais te montrer à bord dans cet état. D’autres agents de bord se feront un grand plaisir de te remplacer.

Comment j’ai failli “escroquer” 280 euros à un passager

À l’époque, cela ne faisait qu’un seul mois que je travaillais. Je me suis rendue en classe affaires pour proposer des marchandises aux passagers. Une femme et son mari étaient assis dans des sièges voisins. Elle a passé une commande et je suis allée la lui chercher, mais lorsque je suis revenue, la femme était déjà partie quelque part. J’ai pensé que ce n’est pas grave, car l’homme avec qui elle voyageait se trouvait sur place. Je lui ai dit : “Cela fait 280 euros”. Il m’a tranquillement tendu 300 euros, je lui ai donné le paquet avec les produits, puis je me suis mise à chercher de la monnaie. Soudain, cette femme est revenue, nous a regardés d’un air confus et a demandé : “Pourquoi est-il en train de payer ?” Je lui ait dit : “Vous n’êtes pas ensemble ?”. “Je ne connais pas cet homme”, m’a-t-elle répondu.

Là, tout mon univers a été bouleversé. “D’accord, cela fait 280 euros”, ai-je finalement continué en me tournant vers la femme et en reprenant le paquet des mains de son “prétendu mari”. J’ai bien évidemment rendu son argent à l’homme, mais cette situation m’étonne toujours : ce passager a docilement payé et pris le paquet avec les produits cosmétiques sans même regarder ce qui s’y trouvait. Ensuite, il a rendu le paquet tout aussi tranquillement et a continué à regarder son film comme si de rien n’était.

Comment se déroulent les voyages

Que ce soit New York ou Helsinki, une seule journée ou une semaine entière, chaque voyage est unique en son genre. Ce travail est une incroyable opportunité de voir le monde entier de ses propres yeux. Maintenant, je comprends que si je ne me sens pas bien, je préfère rester tranquillement dans ma chambre d’hôtel sans me forcer à aller me promener en ville. Mais durant ma première année de travail, je voulais tout voir. Je n’ai pas dormi pendant deux jours ? Pas grave : j’ai encore la force de faire 20 kilomètres à pied.

Voici les réponses aux questions les plus populaires concernant les voyages :

  • L’hébergement et les repas sont payés par la compagnie aérienne.
  • Nous vivons dans des hôtels complètement différents : commençant par ceux que nous avons envie de quitter le plus vite possible, et terminant par ceux où nous aurions bien voulu rester vivre pour toujours (un buffet à volonté et des conditions parfaites).
  • Nous pouvons passer notre temps à dormir ou à nous promener : tout dépend de nos désirs. Toutes les excursions et divertissements supplémentaires sont bien évidemment à notre charge. Au début, je voulais absolument tout essayer et lors d’un voyage, je pouvais dépenser bien plus que je gagnais.

Et quand la possibilité de prendre un vol international se présentait, même si c’était un vol d’un jour, j’acceptais sans hésitation. Le plus important, c’est que tu ne t’ennuies jamais : que ce soit Moscou ou Madrid, tu découvres à chaque fois ces endroits avec un énorme plaisir.

Et toi, voudrais-tu lier ta vie à l’aviation ? Peut-être y avais-tu déjà pensé ? Raconte-le-nous dans les commentaires !

Photo de couverture claudy.fly / Instagram
Partager cet article