Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Comment je suis devenue propriétaire d’un chien aveugle d’un refuge ? Telle est mon histoire.

----
148

Tu as probablement déjà vu des publications te demandant d’adopter un chien ou un chat abandonnés. Il se peut même que tu les aies partagées toi-même mais tu ne t’es pas précipité pour autant pour ramener cet animal chez toi pour une longue liste de raisons insurmontables. Mais étaient-elles vraiment aussi insurmontables que tu le craignais ? Et si tu avais aidé cet animal malgré tout ?

Sympa reçoit de nombreuses lettres avec des histoires qui surviennent dans la vie de nos lecteurs. C’est pourquoi nous voulons aujourd’hui partager avec toi l’une d’entre elles qui nous a beaucoup touchés et qui raconte comment venir en aide à un animal abandonné.

Nous essayons de ne pas remarquer ceux qui errent dans nos rues à la recherche de nourriture, ceux qui ont froid sur les pas de porte.... Nous avons très peu de temps, d’espace, d’argent ou d’expérience pour prendre soin d’un animal de compagnie et il y a aussi des refuges qui sont là pour résoudre de tels problèmes.

C’est ce que je pensais moi aussi. J’avais l’excuse la plus solide et la plus valable : je n’étais que rarement à la maison alors l’animal serait seul toute la journée. Comment avoir un chien dans ces conditions. Impossible, on est d’accord !

Et c’est ainsi que mon histoire a commencé

Voilà les messages que j’ai échangé avec ma sœur cadette qui vit sur un autre continent : ne penses-tu pas que quelque chose ne va pas entre l’expression “prends ce chien pour moi” et son lieu de résidence ? Oui, moi aussi, je l’ai ressenti immédiatement. Il était clair que le chien serait entièrement sous ma responsabilité. Mais la fillette qui vit dans mon âme, qui dans son enfance voulait plus que tout au monde avoir un chien a entendu tout de suite et compris ce que ressentait ma sœur. J’ai essayé d’oublier que suite à mes absences répétées, les seules choses qui survivent dans ma maison étaient mes cactus. J’ai cédé. J’ai écrit à la personne qui s’était engagée à prendre soin de l’animal et à lui trouver de nouveaux propriétaires, pour lui dire que je souhaitais l’adopter. Et j’ai commencé à me préparer à devenir l’heureuse propriétaire d’un chien.

Parlons des tuteurs. Ce sont des personnes qui se portent volontaires pour chercher des propriétaires potentiels aux animaux vivant dans des refuges. Ils ont plusieurs aides qui publient des annonces dans les groupes thématiques des réseaux sociaux ou ailleurs. J’ai répondu à une annonce sur Facebook et j’ai été redirigée vers un de ces tuteurs.

Puis j’ai acheté une niche, de la nourriture, un collier... J’ai également établi des contacts utiles avec le personnel d’une boucherie. Il me semblait que j’avais tout bien planifié. Mais ce n’était pas le cas.

La taille compte. Et ne te fie pas à ceux qui disent le contraire. Ils n’ont tout simplement pas d’expérience

Quand j’ai acheté la niche, la première chose que le vendeur m’a demandée c’était la taille du chien. Et je n’avais pas demandé au tuteur, ni la taille, ni même le sexe. Quand je lui ai demandé sa taille, on m’a répondu que le chien était moyen. J’ai répondu : “Qu’est-ce que moyen exactement ?” Ils m’ont répondu que moyen c’est qu’il arrive au niveau des genoux.

“Parfait, cette hauteur est idéale pour moi. Je ne pourrais pas m’occuper d’un plus gros chien et, en plus, déjà adulte” me suis-je dit.

Je ne sais pas pourquoi je n’ai même pas eu l’idée d’aller au refuge voir ce chien. Après tout, il pourrait être agressif avec les étrangers, peut-être qu’il me détesterait. Ça ne m’a même pas traversé l’esprit que la hauteur des genoux de quelqu’un pourrait correspondre à la hauteur de mes cuisses. Ainsi, lorsqu’un chien “gros comme un élan”, dont les pattes étaient toutes molles et entrelacées par l’effet d’un sédatif, est sorti de la voiture, je suis littéralement restée sans voix. Ce n’était pas seulement parce que nous faisions à peu près le même poids, mais aussi parce qu’il pouvait à peine rentrer dans sa niche.

C’est ici, à l’entrée, qu’on m’a remis tous les documents, ainsi qu’une carte avec l’identité du chien sur laquelle j’aurais à écrire tous les vaccins, moi-même. La procédure a duré trois minutes.

Connaissances

Le premier jour après son arrivée, le chien était blotti dans un coin du jardin. Je lui apportais de la nourriture, essayais de lui donner à boire, lui caressais la tête avec un peu d’appréhension. Quand mes amis m’ont demandé de leur envoyer des photos de mon chien, je leur ai envoyé celle-ci et ils m’ont demandé s’il était malade ou si j’étais devenue folle. J’ai répondu que je l’avais pris au refuge, pas pour l’abandonner une fois de plus, qu’il n’était pas malade, mais simplement aveugle et triste. Et le troisième matin, quand il est sorti pour me saluer en remuant la queue, j’ai réalisé que nous allions bien nous entendre. Jusque-là, je n’étais sûre de rien. Et à partir de ce moment, j’ai réalisé que j’avais un chien. Je pensais que quelque chose comme ça n’arriverait jamais.

J’avais envie de chanter à tue-tête et faire la danse de la joie.

Au début, le chien a refusé d’entrer dans sa niche. Il ne m’est pas venu à l’esprit qu’il pouvait se douter que ce soit un piège puisqu’il ne pouvait pas voir ce que moi je voyais. Et bien-sûr, ce qui est inconnu est dangereux. Ainsi, cette jolie petite niche, pendant longtemps, a été comme un rappel de ma stupidité et de mon gaspillage d’argent. Bon, ok, 45 euros, ce n’est pas non plus énorme, mais je ne pensais pas les dépenser pour un simple objet de décoration du jardin.

J’ai décidé de ne pas jeter l’éponge. J’ai déposé de savoureux morceaux de viande et des os dans sa niche et j’y jetais des croquettes. Petit à petit, il s’est rendu compte que c’était bien sa place, qu’il y était en sécurité. Et un jour, avant une tempête, je suis sortie dans la cour pour voir où il était et j’ai vu une grosse boule de poils à l’intérieur de la petite maison.

C’était une grande VICTOIRE !

C’est qui le gentil toutou ?

Le caractère du chien s’est avéré être exactement le même que le mien : assez conflictuel. Mais cela a clairement quelque chose à voir avec sa cécité et sa vie compliquée. Le tuteur m’a dit qu’il avait été battu, abandonné puis qu’il s’était retrouvé dans le refuge prêt à être euthanasié. Il y a passé deux mois sans aller se promener ne serait-ce qu’une seule fois. Les gardiens ayant beaucoup de peine pour lui se sont beaucoup battus pour lui pour qu’il reste aussi longtemps que possible car dans ce type d’abris, les animaux ne peuvent rester que pour un certain temps. Et puis....

Tu ne le savais pas ? Mes amis ne soupçonnaient pas non plus que les refuges n’étaient pas un endroit comme un joli chalet où un animal peut vivre en toute sécurité jusqu’à un âge avancé, mais plutôt un endroit assez dangereux. Notre ville compte deux refuges. Dans l’un d’eux (refuge privé) les animaux restent jusqu’à ce qu’ils trouvent un propriétaire. Il n’y a qu’un seul danger : une infection. Le deuxième est un refuge municipal. Ici, les chiens qui présentent un comportement agressif et des problèmes de santé sont euthanasiés au bout d’un certain temps car cela coûte trop cher de les entretenir à vie. Mon chien venait de là.

Presque tous les membres de ma famille étaient contre ce chien. Mon copain avait des projets pour notre vie de couple, dont je n’avais aucune idée, et qui n’impliquaient pas un animal. Ma mère, qui était venue me rendre visite, à ce moment précis, presque par malchance, était convaincue que cet énorme chien allait me mener à la ruine. Les voisins, ont alerté la police à plusieurs reprises. Et jusqu’ici, je cache à ma grand-mère le fait que j’ai un chien. Je dépense une somme astronomique pour sa nourriture. J’ai besoin d’un sachet de nourriture pour chien de 20 kg toutes les 3-4 semaines. A titre de comparaison : mes chats n’ont besoin que de 2 kilos de nourriture sèche par semaine. J’ai aussi dû acheter des médicaments pour le soulager de ses puces, tiques et parasites. Et je vais devoir le faire régulièrement.

Mais mes amis m’ont soutenue. Et puis j’ai découvert que mon rouge à lèvres rouge fait que les os et les restes de chair de la boucherie soient gratuits. Que si soudain j’ai besoin d’un spray coûteux contre l’irritation qui est soudainement apparue sur le ventre de mon chien, une amie de Facebook va le prêter gratuitement. Que les vétérinaires donnent avec joie des conseils utiles en ligne, fournissant une aide psychologique aussi à la personne nerveuse que je suis. Ou du moins que j’étais. Car tout a fini par se calmer. Ce qui hier semblait une catastrophe, aujourd’hui est devenu une excellente raison pour écrire une lettre à mon cher SYMPA.

Que faire si tu décides d’adopter un animal dans un refuge ?

  • Assure-toi de connaître la taille exacte de ton futur animal de compagnie. Ceci est important non seulement pour le choix de la niche / du lit, mais aussi pour l’évaluation de tes propres capacités. Y compris financières.
  • Essaie de trouver le temps de rendre visite à l’animal dans le refuge afin d’apprendre à le connaître.
  • Si tu as trouvé un animal que tu ne peux pas adopter et que tu as décidé de l’emmener dans un refuge, informe-toi d’abord comment le refuge traite les animaux qui ne parviennent pas à trouver un maître.
  • Si l’animal est en bonne santé et qu’il n’est pas agressif, il est préférable de ne pas impliquer les refuges mais de mettre une annonce sur les réseaux sociaux. C’est réellement la meilleure méthode.

Si tu n’as pas d’expérience, ne t’inquiète pas. Ça va venir. Tu vas y arriver et tu vas trouver le temps. Donne juste une nouvelle vie à un animal abandonné. Tu sais... il n’y a pas de créatures plus reconnaissantes que les animaux qui ont trouvé un nouveau maître. Et je vais ajouter quelque chose : c’est vraiment incroyable de se réveiller le matin tout en sachant que tu as un chien qui t’aime profondément et loyalement et qui attend impatiemment ses papouilles !

As-tu déjà adopté un animal ? De quel animal s’agissait-il ? Partage ton expérience avec nous dans les commentaires ci-dessous et n’hésite pas à y ajouter des photos !

----
148