Sympa
Sympa

Pourquoi il ne faut jamais demander à vos enfants de partager leurs jouets

Quand nous étions enfants, on nous a appris qu’il ne fallait pas être avide. On disait que personne ne jouera avec toi si tu ne partages pas. Les adultes ont encouragé les enfants à donner leurs voitures et leurs colliers, alors que, pour une raison quelconque, ils n’étaient pas pressés de donner leurs bijoux et leurs voitures préférés.

Chez Sympa, nous avons lu un texte rédigé par l’écrivaine Oxana Evguénievna où elle explique que le partage n’est pas toujours une bonne idée et nous avons donc décidé de te le faire découvrir aussi.

Hier, dans un parc, j’ai été témoin d’une situation désagréable.

Je n’ai pas l’habitude d’écrire sur l’éducation des enfants. Je ne me considère pas comme une maman parfaite pour être celle qui donne des conseils. En général, il n’y en a qu’un seul : pour tes enfants, tu es de toute façon la meilleure.

Mais, j’ai vraiment envie de raconter ce qui s’est passé hier. Parce que cela reflète parfaitement la vie d’adulte.

Une fille s’amusait avec un jouet public, qui n’appartient à personne. Tu sais, une de ces choses que les parents apportent au parc pour ne pas la jeter à la poubelle.

C’était un chien en peluche tout sale. Il avait un seul œil et le nez arraché. Pourtant, la fille l’aimait bien. Elle l’habillait, le dressait. Tout un spectacle dans l’univers de l’enfant. Un plaisir à regarder ! La fille était avec son papa. Elle avait environ 5 ans.

Puis, un garçon d’environ quatre ans est venu, aussi avec son papa. Il a vu le chien et a voulu le prendre. Ça ne m’étonne pas ! Ce spectacle était magique ! Il l’a voulu tellement qu’il a commencé à le demander. Il n’a pas fait de scandale, il ne s’est pas mis à pleurer ni à hurler, il a juste demandé.

Mais la fille ne le lui a pas donné, elle a continué à jouer.

Et puis le père de la fille est monté sur la scène. Il a commencé à lui expliquer qu’elle devait donner ce chien. Il faut partager. Ce n’est pas ton jouet à toi, et tout le monde veut jouer avec. La fille s’est mise à pleurer. Son père a insisté.

La fille a fait un câlin à ce chien-pirate, son père n’a pas baissé le ton. Elle a commencé à crier. Lui aussi a levé la voix pour lui expliquer qu’il était très important de savoir partager. Alors que piquer des crises de colère était embarrassant et gênant.

Elle sanglotait et criait essayant de sauver son spectacle. Le père ne s’arrêtait pas non plus avec son discours de morale. Le garçon restait silencieux, il attendait. Le père du garçon a également attendu en silence avec un sourire à peine esquissé.

Le père de la fille en avait marre d’attendre. Il a arraché le jouet des mains de l’enfant et l’a remis au garçon tout en s’excusant. La fille a continué à sangloter. Le père l’a prise par la main et l’a emmenée loin du parc, en jetant un coup d’œil vers nous, les spectateurs.

Il avait honte de sa fille.

Il ne se rendait pas compte que nous avions surtout honte de lui.

Cet homme avait trahi sa petite princesse et a donné l’ami de celle-ci à celui qui n’en avait pas vraiment besoin. De plus, l’autre enfant observait tranquillement le drame de quelqu’un d’autre et attendait que le trésor qui ne lui appartenait pas soit mis entre ses mains.

Le garçon a quitté le parc. La fille s’est calmée et est revenue avec son papa. Papa avait l’air d’un grand et bon garçon entouré de nous, parents adultes. Il voulait juste être correct.

Ils ont cherché le chien partout. Car le garçon n’était plus là. Ils ont cherché pendant un long moment. Dans tous les coins et toutes les poubelles. La fille a gémi. Mais en silence. Papa avait l’air perdu et, je dirais, abasourdi.

Ils ne l’ont pas retrouvé.

Le garçon avait juste pris le jouet du parc avec lui. Après toute cette scène faite autour de la peluche, il a été obligé de la prendre. Le père du garçon a dû partir en souriant.

C’est une histoire qui m’a fait mal au cœur, j’ai pleuré avec cette fille.

C’est ainsi que des proches “sous pretexte de faire ce qui est bien” emportent ce qui est très cher au cœur de l’enfant. Et ils le donnent à qui ? Est-ce que c’est important ? Ce qui est important c’est qu’ils privent leur enfant de quelque chose de très précieux. Ils le trahissent. Et ensuite ils s’étonnent que le gamin n’a pas la force de se défendre pour garder sa famille unie, pour sauver son travail, ses amis ou pour résister à la pression de ceux qui sont plus forts.

Souvent, les inconnus prennent ces choses tout comme l’a fait ce garçon avec le chien. Et très vite, ils s’en débarrassent. Ils les mettent directement à la poubelle car elles sont inutiles et étranges. Pourquoi les garder à la maison ?

Mais pour d’autres personnes, ce même objet était un véritable ami, et la vedette de tout un spectacle.

Ne faites pas ça. Je vous en supplie. Ne le faites pas. Pas sous prétexte d’une bonne éducation ou de bonnes intentions. Ne privez pas votre enfant de ce qui le rend heureux. Si ça n’appartient à personne. S’il ne l’a pas pris chez quelqu’un d’autre. Si cela peut être évité. Évitez-le.

C’était une bonne leçon pour papa. Pour la première fois de ma vie, je suis allée le voir et lui ai dit quelques mots. Je pense que c’est un de mes dons. Je peux dire les choses d’une telle manière qu’il puisse vraiment m’entendre et retenir l’information.

J’espère qu’il n’y a pas eu de leçons pour la jeune fille et que cette situation n’est pas classée dans son esprit comme une situation qui devient traumatisante. Parce que papa l’a trahie. Juste pour paraître gentil devant les autres.

Ne trahissez pas vos proches. Laissez-les être heureux. Protéger cet état sans porter attention à ce que les autres vont penser.

Vous élevez un homme qui sera capable de tout faire, tout ou rien.

Tout dépend de ce que vous êtes prêts à lui offrir, du soutien ou du contrôle.

Dans ton enfance, étais-tu aussi obligé de partager tes jouets ?

Photo de couverture Depositphotos.com
Partager cet article