Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

Se mettre en colère 30 à 40 minutes par jour peut être très bénéfique, selon une étude scientifique

En une seule journée, nous pouvons ressentir de nombreuses émotions différentes selon les situations que nous vivons. Joie, tristesse, anxiété, colère... En fait, quand nous ressentons cette dernière émotion, elle est très souvent accompagnée d’un sentiment de culpabilité. Mais ne t’inquiète pas, tu peux maintenant te baser sur la science pour te fâcher sans avoir à te sentir coupable. Mais il faut respecter les limites de temps.

Sympa a découvert des informations très importantes pour les personnes en colère et veut les partager avec toi.

1. Est excellent pour la santé du cerveau

Le Dr Eduardo Calixto González, professeur à la Faculté de psychologie de l’Université nationale autonome du Mexique, explique comment les substances présentes dans le cerveau participent au processus de la colère. Selon lui, la colère déclenche la libération de noradrénaline (l’hormone responsable de l’augmentation de la tension artérielle et du rythme cardiaque), de dopamine et de glutamate. Simultanément, les taux de sérotonine et de vasopressine diminuent. En d’autres termes, lorsque tu te fâches, la partie la plus logique du cerveau est immédiatement désactivée et l’activité respiratoire et cardiovasculaire est accrue.

2. Intensifie notre capacité d’attention

C’est précisément parce que la partie la plus logique et cohérente du cerveau est effacée et que l’activité cardiovasculaire et respiratoire est activée que la personne en colère se sent prête à prendre la fuite et que sa capacité de mémoire est amplifiée. Calixto a révélé que grâce à ce processus, la personne en colère accorde à ce moment-là plus d’attention à certains détails.

3. Nous rend plus compétitifs

Calixto Gonzalez souligne également que la colère, ou le sentiment de dégoût, se produit dans le système nerveux central qui comprend l’encéphale et la moelle épinière. Lorsque nous savons comment gérer la colère de la bonne façon, notre capacité d’être compétitifs augmente et se révèle très bénéfique.

4. Quelle est la bonne façon ?

Le médecin affirme que se mettre en colère est bénéfique si cela dure 30 ou 40 minutes. Toute colère qui dure plus longtemps peut être nuisible. Certaines personnes peuvent se fâcher jusqu’à quatre heures, ce qui est déjà considéré comme une colère pathologique. L’explication est la suivante : après 30 à 40 minutes, la deuxième phase de la colère commence.

5. La seconde étape de la colère

La deuxième étape de la colère consiste en une augmentation des taux sériques de cortisol, une hormone directement liée au stress, et il y a aussi un changement de glucose au niveau du plasma. Ça peut être encore pire ! Lorsque nous dépassons ce temps imparti, le cortisol cherche à nous adapter dans certaines conditions et la colère devient une réponse fonctionnelle du système nerveux central.

6. Le cerveau en colère veut avoir raison

Selon l’étude d’Eduardo Calixto, le cerveau d’une personne en colère veut toujours avoir raison et, plus que cela, doit entendre qu’il a raison. C’est pourquoi la pire chose qu’on puisse dire à quelqu’un en colère, c’est le fameux conseil : “Calme-toi.” En réalité, tout ce qu’on peut faire, c’est le fâcher encore plus. Quel désastre !

7. Est-il possible de contrôler la colère ?

Ce n’est peut-être pas quelque chose de nouveau, mais quand nous sommes jeunes, nous ressentons une colère plus intense. Le médecin de l’UNAM explique qu’après 35 ou 40 ans, le sentiment devient plus sélectif et plus facile à contrôler dans un laps de temps plus court. D’autre part, il a également déclaré qu’après 40 minutes de colère, l’émotion doit s’auto-limiter, donc si quelqu’un reste plus longtemps en colère, c’est parce qu’il a appris au fil du temps qu’il peut se fâcher pour avoir ce qu’il désire.

Partage cet article avec tous tes amis colériques ! Et fais-nous part de ton opinion sur la colère dans les commentaires ci-dessous.