Sympa
NouveauPopulaire
Inspiration
Création
Admiration

14 Reflexes humains qui étonnent les scientifiques et qui nous mettent mal à l’aise

As-tu déjà pensé à quel point le corps humain est compliqué ? Par exemple nos réflexes : la nature nous les a donnés pour nous faciliter la vie, mais en réalité, c’est souvent l’inverse qui se produit sans compter que certains d’entre eux ont des fonctions qui ne sont pas tout à fait claires. Par exemple, pourquoi sommes-nous curieux, comment la paresse nous protège-t-elle, pourquoi avons-nous envie de pisser sous la douche et comment arrivons-nous à transmettre nos émotions aux autres personnes.

Sympa a décidé d’en savoir plus sur les réflexes inhabituels qui sont à l’origine de notre comportement et qui, nous semble-t-il, ne sont pas du tout logiques.

14. Tous les enfants nagent sous l’eau avec la bouche ouverte

Une fois dans l’eau, tous les bébés de 3 à 6 mois retiennent leur souffle et commencent à bouger. Si le liquide pénètre dans leur bouche, les cordes vocales et l’épiglotte se rétrécissent et ne permettent pas à l’eau de pénétrer dans les poumons. Si les enfants de plus de 6 mois ne parviennent toujours pas à nager, ils perdent cette aptitude et sont obligés d’apprendre de zéro.

Important : Il n’est pas recommandé d’apprendre aux nouveau-nés à nager sans l’aide d’un professionnel (même s’ils ont un tel réflexe).

13. La composition des larmes change automatiquement en fonction de la raison de leur apparition

En ce qui concerne les larmes, leur composition peut être différente. Dans un cas, le liquide est riche en éléments antibactériens qui gardent l’œil hydraté lorsqu’on cligne des yeux ou lorsqu’on reste longtemps assis devant un écran d’ordinateur. D’autres fois, dans les cas d’une irritation externe, les larmes auront une composition légèrement différente : par exemple, quand tu coupes des oignons, quand les cils tombent dans tes yeux ou quand il y a beaucoup de fumée autour de toi.

Quand nous pleurons à cause d’un choc émotionnel, nos larmes contiennent des hormones qui aident l’organisme humain à soulager le stress et réduire la douleur.

12. La paresse est un système de défense qu’a inventé la nature

Le réflexe de résistance (de liberté) est notre réaction à tous les stimulus externes qui nous limitent en quoi que ce soit. Plus nous ressentons ces restrictions, plus nous souhaitons nous en débarrasser. De plus, nous ne pouvons pas nous y habituer.

En tenant compte de ces faits, certains scientifiques affirment que la paresse n’est pas un vice ou une mauvaise habitude, mais un boycott de notre organisme qui essaye de se protéger des situations stressantes et des restrictions.

11. Après un long moment dans l’obscurité, les yeux commencent à voir des amas de lumière inhabituels

Les astronautes et les amateurs de pratiques méditatives connaissent bien ce réflexe qui s’appelle “le cinéma du prisonnier”. Selon les scientifiques, les amas de lumières qui peuvent changer de couleur et prendre différentes formes, apparaissent dans l’obscurité à cause d’un stress mental, de champs magnétiques puissants, de produits chimiques, ou à cause d’une friction continue des yeux. Aucune magie !

10. La curiosité est une fonction automatique qui augmente les chances de vivre longtemps et heureux

La curiosité est la manifestation de la “réaction d’orientation” : nos organes reçoivent constamment des informations sur le monde qui nous entoure, et notre cerveau compare scrupuleusement les nouvelles données avec celles qu’il avait déjà reçues. Dès qu’il détecte une différence considérable, il déclenche la réaction d’orientation : nous nous tournons vers un son inconnu ou concentrons notre regard sur quelque chose de nouveau.

La réaction d’orientation se trouve à la base du comportement qui nous oblige à constamment apprendre quelque chose de nouveau. Le cerveau nous récompense alors avec un sentiment de joie, ce qui développe encore plus notre curiosité.

D’ailleurs, les neurobiologistes notent que les personnes particulièrement curieuses qui acquièrent de nouvelles compétences et élargissent leurs horizons même à un âge mûr, vivent plus longtemps et sont plus heureuses, car elles “rajeunissent” leur cerveau grâce à l’hormone de la joie.

9. Une action inachevée redémarre le cerveau, l’induisant dans un état proche de la méditation

Quand nous effectuons une action monotone, notre cerveau s’éteint, mais continue de surveiller le processus “du coin de l’œil”. Si l’action reste incomplète, le cerveau entre pour un certain temps dans un état proche de la méditation : c’est comme s’il redémarrait, en supprimant toutes les pensées inutiles et en essayant de comprendre quelle tâche, il doit terminer. Pendant ce temps, de nouvelles pensées apparaissent, mais le cerveau n’est pas en mesure d’entièrement se concentrer dessus.

Exemple : Tu as une impression inquiétante d’avoir oublié quelque chose et tu n’arrives pas à te concentrer sur tes actions. Finalement, tu réalises que tu n’as pas fermé la porte d’entrée, même si tu ne te rappelles pas du tout du moment où tu es rentré chez toi (parce que tu parlais au téléphone par exemple).

8. Les souvenirs de notre pot nous poussent à faire pipi sous la douche

Beaucoup de gens ressentent l’envie d’aller aux toilettes après avoir entendu le bruit de l’eau courante ou celui d’un ruisseau. Les scientifiques pensent qu’il s’agit d’un réflexe acquis durant notre enfance : quand il est assis sur son pot ou sur les toilettes, l’enfant retient les sons communs à ce processus (comme le son de la chasse d’eau ou de l’eau dans le robinet). Sous la douche, l’envie de faire ses besoins s’aggrave à cause de l’eau tiède.

7. Quand nous plongeons notre tête dans de l’eau froide, nos battements de cœurs ralentissent

Ça arrive à cause du réflexe d’immersion chez les mammifères : dès que la surface du visage touche l’eau froide (de moins de 10 degrés), l’organisme passe à un autre mode de consommation d’énergie. Ainsi, croyant que la personne s’apprête à plonger en profondeur, notre corps augmente sa résistance à la pression et réduit sa consommation d’oxygène : le rythme cardiaque ralentit, la température du corps baisse, les vaisseaux sanguins se rétrécissent, le sang commence à circuler essentiellement vers les organes vitaux, les taux d’hémoglobine et d’oxygène augmentent.

D’ailleurs une plongée soudaine du visage dans de l’eau froide est une méthode efficace pour arrêter la tachycardie en une minute ou pour réduire un mal de tête, s’il s’agit d’une migraine.

6. À cause du stress, notre cerveau perd le contrôle des pupilles

Le mouvement des pupilles et les tics oculaires peuvent être dus à la fatigue, au manque de sommeil, à une trop grande consommation de caféine ou à des médicaments. À la base, il s’agit du réflexe vestibulo-oculaire : le cerveau essaye d’obtenir une image claire de ce qui se passe, mais n’arrive pas à se concentrer à cause d’une surcharge ou d’une surexcitation.

Comment le vérifier : Essaye, par exemple, de faire un tour sur un manège ou de tourner sur un fauteuil de bureau quelques minutes. Après t’être arrêté, tes pupilles trembleront encore pendant un moment.

5. L’humain rougit pour embrouiller son interlocuteur

On dit que la rougeur causée par la gêne est un mécanisme de défense de notre corps. Tout d’abord, il y a une forte poussée d’adrénaline suite à un stimulus externe : les pupilles se dilatent, le cœur commence à battre plus vite, et le sang saturé d’oxygène se dirige vers les muscles par les vaisseaux sanguins dilatés. Ce processus se passe dans le corps entier, mais la rougeur est plus forte au niveau du cou, des oreilles, du haut du torse et du visage.

Les scientifiques affirment que cette particularité n’est propre qu’aux humains et qu’il s’agit d’une façon d’exprimer des regrets ou des remords. C’est pour cette raison que rougir peut être considéré comme étant un instinct social. En voyant que notre interlocuteur a rougi, nous restons paralysés et essayons de comprendre quel est exactement le problème. De plus nous aimons beaucoup plus ceux qui rougissent après avoir été maladroits que ceux qui gardent un visage strict.

4. La chair de poule et les frissons signalent un changement soudain d’émotion

Avant, il ne s’agissait que d’une réaction à un changement soudain de température : le corps retenait une couche d’air chaud autour de la peau à l’aide des poils ou, au contraire, se couvrait de sueur pour se rafraîchir un peu. Pour une raison inconnue, ce réflexe a commencé a fonctionner lors des changements soudains d’humeur : quand quelque chose nous fait peur ou quand nous entendons une belle musique, nous avons des frissons.

Un fait intéressant : Sur le site Reddit les internautes collectent tout ce qui peut provoquer des sensations agréables et des frissons. Par exemple, écouter le tout début de l’œuvre de Hans Zimmer : le changement de volume et les accords inhabituels t’obligeront peut-être à ressentir quelque chose de semblable.

3. Le cerveau “s’infecte” des émotions des autres, les confondant avec les siennes

Regarde les petits enfants : quand leur parent est triste, ils le remarquent et commencent à pleurer, bien qu’ils ne comprennent pas les raisons de cette tristesse. En fait, la cause d’un tel comportement est ce qu’on appelle la contagion émotionnelle. C’est pour ça que les personnes joyeuses nous attirent plus : même si à ce moment nous n’avons pas notre propre raison d’être heureux, nous cherchons inconsciemment à “voler” cette émotion à quelqu’un d’autre et essayons d’être proche de cette personne.

D’ailleurs, cette capacité de transmettre son humeur et ses émotions aux autres est innée : sans elle, les gens ne seraient sûrement pas si impliqués dans la religion ou la guerre.

2. Nos yeux regardent un seul endroit, même si nous tournons notre tête ou notre corps

Comment les gens arrivent-ils à tourner la tête de gauche à droite sans bouger leur regard ? C’est le reflexe vestibulo oculaire qui en est responsable et qui aide notre cerveau à stabiliser l’image.

D’ailleurs, c’est cette particularité qui permet aux ballerines de tourner de 20 à 30 fois autour d’elles en effectuant un fouetté.

1. Regarder le soleil provoque des éternuements

C’est ainsi que se manifeste le réflexe photo-sternutatoire : une personne sur quatre se met soudainement à éternuer après avoir vu une lumière vive ou bien après avoir regardé le soleil. Les scientifiques n’ont pas encore réussi à établir la raison d’un tel réflexe, mais une chose est sûre : cette particularité est héréditaire.

Raconte-nous, quelles sont les particularités de ton corps à toi ?

Photo de couverture aka Tman / flickr