10+ Costumes de cinéma dont la véracité historique est absolument époustouflante

Depuis son apparition, le cinéma ne se limite pas au récit des événements de la vie de différentes personnes. Le septième art a toujours reflété diverses époques historiques. La création de films sur des faits historiques est un grand défi, car le public et les critiques sont souvent très sensibles aux inexactitudes historiques des costumes. Si les tenues de personnages paraissent mal conçues aux spectateurs, ils ne pourront pas se mettre dans l’esprit de l’époque, et leur perception du film sera sans doute négative.

Chez Sympa, nous avons regardé plusieurs films d’époque et repéré ceux qui nous ont le plus impressionnés avec leurs somptueux costumes absolument fidèles à l’Histoire. Nous avons donc aujourd’hui décidé de découvrir de quoi s’inspirent les costumiers lorsqu’ils créent leurs chefs-d’œuvre vestimentaires. Et le bonus à la fin de l’article te montrera que les vêtements de cinéma peuvent non seulement refléter les tendances de l’époque où se déroule le film, mais aussi la mode moderne.

Emma (2020)

La costumière oscarisée Alexandra Byrne a soigneusement étudié des archives et a réussi à trouver des échantillons de tissu et des étoffes vintage de l’époque de la Régence pour comprendre quelles couleurs, textures et coupes de vêtements étaient populaires dans les années 1800.

Nombreuses sont les personnes qui pensent à tort qu’à cette époque-là, les gens privilégiaient les vêtements sobres de couleurs ternes. En fait, les riches fashionistas de l’époque faisaient de leur mieux pour souligner leur sens du style et leur statut à travers des tenues branchées. La plupart des modeuses optaient pour des tissus somptueux et des couleurs vives. C’est pourquoi Byrne a décidé de briser les stéréotypes et de vêtir les personnages de costumes aux teintes intenses et romantiques, de la couleur rose tendre jusqu’aux nuances d’ocre rouge.

En plus de tout cela, en confectionnant les tenues de personnages, Alexandra Byrne s’est inspirée de célèbres œuvres d’art. Le spencer rose pâle que porte l’héroïne interprétée par Anya Taylor-Joy dans le film faisait partie des pièces phares de la garde-robe de toutes les femmes de la haute société à l’époque de la Régence. Dans les années 1770, seuls les hommes portaient de telles vestes courtes et ajustées pour marquer leur rang social. Cependant, peu de temps après, cette mode est aussi apparue chez les femmes. Le spencer créait un contraste de matières et de couleurs et permettait de rendre les robes blanches, très populaires au cours du premier quart du XIXe siècle, plus intéressantes.

Dans plusieurs scènes, Emma et d’autres personnages apparaissent avec une chemisette (une guimpe en tissu fin et plissé) qui était très portée par les femmes à cette époque-là. Les dames mettaient cet accessoire sur leur robe pendant la journée pour couvrir leur cou et leur décolleté.

En observant cette robe légère et fluide, on comprend à quel point le travail sur les vêtements est précis. Lors d’un gala, le personnage central est irrésistible dans cette tenue qui est une exacte réplique d’une robe en soie des années 1810. L’équipe de costumiers a fait un travail minutieux et a même réussi à copier le motif sophistiqué qui était présent sur l’ourlet et le corsage de la robe.

Les Filles du docteur March (2019)

En 2020, ce film dramatique américain a remporté l’Oscar des meilleurs costumes. Malgré le fait que la costumière Jacqueline Durran ait pris la liberté de faire quelques erreurs, elle est restée attentive à tous les détails et a créé plusieurs tenues reflétant parfaitement la période spécifique durant laquelle se déroule la fiction.

Certains spectateurs ont reproché à Jacqueline d’avoir mis à Meg une écharpe verte très vive, car, selon eux, la jeune fille était trop pauvre pour se permettre des pièces en tissu de couleurs intenses qui devaient coûter cher à l’époque. En fait, c’est dans les années 1850 que la production de masse des pigments et colorants synthétiques est née. Les vêtements et accessoires de couleurs vives, comme bleu roi, le violet ou le vert citron, sont devenus accessibles à tous, y compris aux gens ordinaires.

Titanic (1997)

La costumière Deborah Lynn Scott a reçu l’Oscar de la meilleure création de costumes de film. Le réalisateur de Titanic voulait que les moindres détails de costumes traduisent les mœurs de l’époque, car le long-métrage était basé sur un événement historique bien connu. La créatrice a étudié les caractéristiques sociales et culturelles de la société du début du XXe siècle, en accordant une attention particulière aux questions d’étiquette pour apprendre dans quelles tenues les personnes de la haute société pouvaient sortir en public.

Dans l’une des scènes, Rose porte un élégant tailleur à rayures. Cette jolie tenue est la copie d’un ensemble publié dans un magazine de mode français en 1912. Elle était considérée comme parfaite pour une jeune voyageuse qui sort dans l’après-midi.

Dans le film, même les sous-vêtements confirment un véritable souci de véracité. L’héroïne interprétée par Kate Winslet porte constamment des corsets qui symbolisent la mode de l’époque. Il est bien connu qu’en 1912, les femmes ne portaient pas de soutiens-gorge et qu’elles devaient se montrer en société avec une silhouette bien dessinée.

The Duchess (2008)

Les costumes réalisés par Michael O’Connor ont valu au couturier britannique un Oscar pour l’ensemble du travail accompli sur ce superbe drame historique. Le costumier a créé 30 tenues pour Keira Knightley, qui incarnait la duchesse Georgiana Cavendish. Cette aristocrate anglaise était surtout connue pour son amour de la mode.

L’action du film se déroule de 1714 jusqu’au milieu des années 1800. Les costumes reflètent bien l’évolution de la mode et du train de vie des personnes à l’époque. La robe de mariée de l’héroïne a sûrement été inspirée par une tenue de la fin des années 1770 : tu peux voir ici que le costumier a même pris soin de copier les volants et les paniers (un corps baleiné porté comme sous-vêtement pour soutenir les jupes).

Georgiana a été la première femme à faire des plumes d’autruche des accessoires de mode. Il existe un tableau représentant la duchesse posant pour le peintre avec un chapeau à grand bord décoré de plumes d’autruche. C’est à cette époque-là que ce type de coiffe est devenu un indispensable du dressing de toutes les modeuses anglaises. Bien entendu, le costumier n’a pas pu s’empêcher d’intégrer ce remarquable accessoire dans la garde-robe du personnage de Keira Knightley.

Mulan (2020)

Les vêtements portés par les personnages du remake du film d’animation sont impressionnants. La costumière Bina Daigeler a voyagé à travers la Chine pendant trois semaines et a étudié de manière approfondie l’histoire nationale. Elle s’est surtout inspirée de vêtements de l’époque de la dynastie Tang (VIIe-Xe siècles). Les habits portés par les Chinoises à cette époque-là se caractérisaient par des manches très longues et larges et une taille haute. Les costumes traditionnels étaient généralement de couleurs très vives : les hommes fonctionnaires portaient un uniforme violet, bleu ciel ou écarlate. Sur les tenues du quotidien, on pouvait parfois compter cinq couleurs différentes.

Le costume que porte Mulan lorsqu’elle se rend chez la marieuse est celui qui a le plus marqué les spectateurs. En réalisant cette tenue, Daigeler s’est inspirée d’un vêtement traditionnel chinois appelé le hanfu. La robe, brodée à la main, arbore de superbes papillons, magnolias et phœnix. Environ quatre semaines ont été nécessaires pour confectionner ce chef-d’œuvre vestimentaire.

Rebecca (2020)

C’est le créateur Julian Day qui a réalisé les costumes pour la nouvelle adaptation du célèbre roman de Daphné du Maurier. Comme l’action du thriller se déroule dans les années 1930, Day s’est inspirée du vieil Hollywood et des femmes fortes qui régnaient à cette époque-là dans le cinéma. C’est Marlene Dietrich qui a grandement influencé le style du personnage de Lily James. En effet, dans le film, la jeune femme porte constamment des pantalons larges à taille haute et des vestes d’homme, ce qui était une tendance révolutionnaire des années 30.

Bonus : dans les films historiques, les œuvres de costumiers reflètent parfois des tendances mode de l’époque moderne

Les créateurs de costumes ne cherchent pas toujours à rester fidèles à l’époque où se déroule l’action du film. Il arrive qu’ils s’inspirent de pièces modernes ultra-tendance, comme c’était le cas du film musical russe 31 June sorti en 1978. Son histoire se déroule à deux époques différentes : au XIIe et au XXIe siècles. Toutefois, les costumiers se sont inspirés de vêtements et accessoires qui étaient au goût du jour dans les années 1960 et 1970.

La princesse Melicent apparaît dans certaines scènes avec une robe extravagante et un turban. Ce couvre-chef insolite était à la pointe de la mode dans les années 70 et était porté par beaucoup de célébrités, comme Barbra Streisand, et même par la reine Élisabeth II.

Un autre personnage du film, Lady Ninette, porte un accessoire remarquable : une ferronnière (un bijou composé d’une chaînette et d’une pierre précieuse, porté sur le front). Cet accessoire est devenu populaire en Italie à la fin du XVe siècle. Son apparition dans le film s’explique probablement par le fait que cette mode a été reprise par les hippies dans les années 60.

Les cheveux fixés par la chaîne rappellent la fameuse coiffure de l’actrice et mannequin Veruschka sur la couverture du magazine Vogue en 1969.

Alors, es-tu fan de films et séries historiques ? Observes-tu les costumes avec une attention particulière ? N’hésite pas à nous donner ton avis dans les commentaires !

Partager cet article