Sympa

L’histoire de l’artiste finlandaise qui a créé une marque qui recueille 450 millions de dollars par an (et tout a commencé par un dessin réalisé dans les toilettes)

---6
312

Il est peu probable qu’il existe des gens qui n’aient jamais entendu parler des Moumines. Et leur créatrice est connue bien au-delà de la frontière de sa patrie. Mais Tove Jansson n’était pas seulement une narratrice finlandaise célèbre. C’était également une excellente illustratrice, artiste graphique, créatrice de mode, dramaturge, poète, auteure de dessins animés et de bandes dessinées.

Sympa admire cette grande dame et est pressé de partager avec toi l’histoire de sa vie !

Tove est née en 1914, dans la famille du sculpteur finlandais Viktor Jansson et de l’artiste suédoise Signe Hammarsten-Jansson. La situation financière des Jansson était précaire, et la famille vivait modestement. Néanmoins, Signe a réussi à maintenir l’atmosphère de chaleur et de confort dans la maison, et Tove a littéralement appris à dessiner dans les bras de sa mère.

La relation avec son père était loin d’être aussi pacifique qu’avec sa mère. Viktor et Tove se disputaient constamment, car ils avaient des points de vue tellement différents que, bien souvent, il leur était impossible d’accepter et de comprendre les valeurs de l’autre. Malgré cela, la communication entre père et fille n’a jamais été interrompue.

En grandissant dans une famille créative, la jeune fille a appris à dessiner très tôt, et l’un de ses dessins a été publié pour la première fois alors qu’elle avait à peine 14 ans. Un an plus tard, elle a illustré plusieurs autres publications, et dès la fin des années 30, elle a été l’illustratrice principale de la revue Garm. Jansson a reçu son éducation artistique à Stockholm, puis elle a poursuivi ses études en Finlande.

Tove Jansson, “Paysage mystique”, 1930.

Au milieu des années 30, Tove est devenue une artiste reconnue et elle a même participé aux expositions de l’Académie des Arts. Sa carrière semblait déjà plus que prometteuse, et Tove elle-même a déclaré un jour : “Je trouvais que c’était très amusant quand quelqu’un disait qu’il était difficile d’être heureux”. Néanmoins, le monde a brusquement changé lorsque la guerre a éclaté.

Tove tirait sa source de revenus dans les illustrations. Entre 1941 et 1942, à la demande du Centre de cartes postales artistiques, elle a réalisé des cartes postales de Noël, du Nouvel An et de la Semaine Sainte. En 1942, elle a eu droit à sa première exposition individuelle dans le prestigieux Art Salon.

Les années de guerre ont durement affecté la population de Finlande. Le futur était sombre et sans espoir, et c’est durant cette période difficile que Tove a créé les Moumines, derrière lesquels elle pouvait s’évader de son quotidien. Quand elle était petite, en guise de réponse à sa dispute avec son frère à propos d’Emmanuel Kant, Tove a dessiné sur le mur des toilettes d’une maison de campagne le premier personnage qui ressemblait à un Moumine. Son fiancé, Atos Wirtanen, qui est devenu le prototype de Renaclerican ou Rican, l’a aidée à publier le premier livre sur les trolls Moumines.

Le livre Moomin et la grande inondation a été publié en 1945 et a immédiatement suscité la controverse à propos des trolls qui buvaient du vin de palme, qui fumaient, et qui parfois, juraient. Cela n’était pas en adéquation avec le modèle d’éducation des futurs citoyens dignes de leur pays. Tove a dû répéter à plusieurs occasions qu’elle écrivait des livres pour divertir, et non pas pour éduquer.

Une comète au pays de Moumine raconte l’arrivée de la guerre, livre que Tove a eu fini d’écrire en 1945. Dans Moumine le troll, édité en 1948, les héros n’étaient plus menacés par des catastrophes et n’avaient plus besoin de fuir. Dans ce même livre, on trouve trois nouveaux personnages.

Tove a écrit Moumine le troll durant une période difficile de sa vie : les fiançailles avec Atos étaient rompues et l’auteure s’est amourachée de la directrice de théâtre Vivica Blander, qui est devenue le prototype d’un de ses trolls.

Mais à cette époque, les relations entre personnes du même sexe en Finlande étaient fortement blâmées par la société et interdites par la loi, et donc, dans le livre, les trolls représentants Tove et Vivica parlent un langage étrange et emportent partout où elles vont une valise dans laquelle elles cachent un énorme rubis, qui symbolise l’amour de Tove et de Vivica. Mais un autre troll représente la main de la loi menaçante et est sur le point d’atteindre les deux personnages, et par la même occasion, de voler le rubis.

En plus de travailler sur les livres des Moumines, Tove s’est toujours considérée comme peintre, et en 1947, elle s’est mise à travailler avec beaucoup d’enthousiasme et de goût dans le projet de peinture de la cantine de la mairie d’Helsinki. Après avoir réalisé son travail pour la municipalité, elle a commencé les préparatifs pour la première œuvre sur les Moumines au Théâtre Suédois d’Helsinki, après qu’en 1949, une véritable industrie des Moumines soit lancée.

Tove a eu du mal à gérer sa soudaine célébrité, même si sa situation financière ne s’est pas arrangée du jour au lendemain. L’artiste a d’ailleurs accepté de dessiner de petites histoires sur les Moumines pour l’Evening News, ce qui lui a garanti des revenus réguliers.

Un extrait de la bande dessinée basée sur le livre L’Été dangereux. Demoiselle Snorque coiffe La Petite Mu et lui donne des conseils : “Maintenant, souviens-toi ! Confiante, heureuse, désinvolte. De temps en temps, il faut faire semblant”.

Lorsque le contrat de sept ans a touché à sa fin, Tove a quitté son emploi pour le journal. Elle voyait sa relation avec les Moumines comme un mariage à bout de forces et elle disait qu’elle voulait divorcer. Heureusement, c’est lors de cette période que l’artiste a connu Tuulikki Pietilä, qui lui a donné l’inspiration pour écrire de nouveaux contes sur les Moumines, et c’est alors qu’est né Un hiver dans la vallée de Moumine, où le lecteur a rencontré Tou-ticki, dont le modèle était en réalité Tuulikki (sur la photo ci-dessous).

Tuulikki Pietilä et Tove Jansson

Une fois de plus, Tove a décidé de se dédier à sa carrière de peintre, même si elle n’a pas pu se concentrer uniquement sur cela à cause des missions d’illustrations et d’écriture de livres sur les trolls Moumines ainsi que d’autres textes. De plus, en 1958, le père de Tove s’est éteint. Elle lui a écrit un obituaire : le livre Papa Moumine et la mer. L’histoire, qui relate des souvenirs d’enfance, respire la mélancolie, parle des aspirations de son père, et en même temps, de ce qu’il lui inspirait et de la tristesse de la fille. Bientôt, Tove écrira La Fille du sculpteur, son premier livre exclusivement pour adultes.

Mais ce n’était pas la dernière tragédie que vivrait Tove. Sa mère est morte en 1970 et elle a ainsi perdu la personne qu’elle aimait le plus au monde. Un hiver dans la vallée de Moumine sera le dernier livre sur les Moumines, un adieu à la Vallée des Moumines et de ses habitants, mais surtout, un au revoir à sa mère.

Après la mort de sa mère, Tove a pris une pause dans son travail, excepté pour sa passion première ; la peinture. Et avec Tuulikki, elle a emménagé sur l’île de Klovaharun. Mais la popularité des trolls Moumines n’avait de cesse de croître. Avec Tuulikki, Tove a voyagé dans de nombreux pays, où elle était reçue comme une star d’Hollywood. Des adaptations des Moumines ont été effectuées pour le théâtre radiophonique, des mises en scène et des premières séries de télévision. De plus, Tove répondait personnellement à toutes les cartes de ses fans, ce qui lui prenait beaucoup de temps.

Tove n’a pas perdu la capacité de créer jusqu’à la fin de sa vie. La dernière collection de nouvelles est sortie en 1999 et s’intitule VIESTI. Au moment de sa publication, elle avait 84 ans. Sa carrière créative a duré 70 ans. Peu de temps après, Tove a appris qu’elle souffrait d’un cancer. En discutant avec un pasteur, à la question : “Avez-vous déjà pensé à l’éternité ?”, elle a répondu avec son style si caractéristique : “Oui. Cela me rend curieuse et j’espère qu’il s’agit d’une surprise divertissante”.

La personnalité multidimensionnelle de cette narratrice de contes, qui rêvait seulement d’être peintre, continue de captiver les gens encore aujourd’hui. Sur sa terre natale, un musée et un parc sont dédiés à ses trolls Moumines. Les toiles de l’artiste peuvent se voir dans divers musées d’Helsinki. De plus, ses fresques sont affichées dans de nombreuses écoles, jardins et églises de la capitale finlandaise.

As-tu découvert quelque chose de nouveau à propos de Tove Jansson ? L’aimes-tu seulement en tant qu’écrivain ou son travail d’artiste t’attire-t-il aussi ? Laisse un message dans les commentaires !

Photo de couverture wikipedia, wikipedia
---6
312