Sympa
Sympa

“Ne fais pas de tes enfants tes propres domestiques”. Un message franc sur la question de savoir si un enfant doit aider aux tâches ménagères

D’aussi loin que je me souvienne, il y a eu un culte du ménage dans notre famille. Ma grand-mère nettoyait tous les jours la cuisine et la salle de bain, et les sols étaient tellement brillants qu’on pouvait manger dessus. Le problème, c’est qu’ils ont décidé de m’élever pour que je sois la “parfaite femme au foyer”, chez laquelle on n’aurait pas honte d’entrer.

Je vais expliquer aux lecteurs de Sympa pourquoi de telles expériences avec un enfant sont susceptibles d’échouer. Et le bonus de l’article est clair : il y a autant de personnes que d’opinions.

Pour commencer, mes proches supposaient que la compétence de nettoyer les assiettes et de laver les sols était littéralement donnée à la naissance. Naturellement, à l’âge de six ou sept ans, je laissais des traces collantes sur les tasses et je n’essuyais pas assez bien la poussière dans les coins.

Mais au lieu de m’expliquer comment ranger correctement ou de m’aider au début, les adultes m’ont dit quelque chose comme : “Tu es simplement paresseuse. Tu vas devoir faire chaque tâche pendant au moins une heure, pour que tu puisses enfin apprendre et bien la retenir”.

J’ai donc inventé un jeu pour m’amuser pendant ce temps : me parler à voix basse avec chaque fourchette, verser de l’eau d’un verre à l’autre, boucher discrètement la bonde de l’évier et laisser les assiettes “flotter à leur volonté”. Et si j’étais obligée de laver les portes et les coins, j’essuyais d’abord la saleté (à condition qu’il y en ait), puis le reste du temps, je dessinais des motifs humides sur les surfaces avec un chiffon.

Comme tu peux l’imaginer, cela n’a pas renforcé mon amour du nettoyage.

Je ne peux pas dire que j’ai grandi comme un enfant paresseux. Au début, j’étais même enthousiaste : j’allais faire de vrais travaux ménagers en tant qu’adulte ! Mais en fait, il s’est avéré qu’ils essayaient de faire de moi, une jeune fille en pleine croissance, non seulement une aide, mais littéralement une petite servante, en me confiant presque toutes les tâches ménagères. Les adultes ont assumé un rôle exclusivement de supervision, et on attendait toujours quelque chose de moi.

Je me souviens bien que ma grand-mère faisait le tour de la maison avec un chiffon blanc pour vérifier que j’avais bien essuyé la poussière. Et ma mère, lorsque j’ai eu 12 ans, m’a dit qu’à partir de maintenant, son devoir consistait uniquement à gagner de l’argent et que toutes les tâches ménagères seraient à la charge de sa “grande fille”. Mais en même temps, j’étais censée réussir parfaitement à l’école et n’avoir que les notes les plus élevées.

Va comprendre pourquoi ma mère pouvait se limiter à travailler, alors que je devais accomplir les devoirs d’une élève et d’une femme au foyer.

L’un des principaux problèmes auxquels j’ai été confrontée à l’âge adulte était une incapacité chronique à me reposer. Je devais constamment prouver à quelqu’un (probablement à moi-même avant tout) que je n’étais pas une fainéante. Même pendant des vacances plus que méritées, j’ai commencé à me précipiter et à programmer des activités pour toute la famille pour la semaine suivante : aujourd’hui nous allons faire une excursion, demain nous allons au musée, après-demain nous allons voir d’autres choses.

Il était hors de question de se prélasser sur une chaise longue au bord de la piscine.

En conséquence, j’ai délibérément commencé à allouer du temps au repos et j’ai littéralement forcé mon corps à se mettre au ralenti. D’abord, pas longtemps : cinq-dix minutes avec une tasse de thé pour regarder une vidéo sur internet. Maintenant, je peux honnêtement rester au lit jusqu’à onze heures du matin le dimanche sans ressentir de remords. Dans mon cas, c’est un grand progrès.

Alors que mon fils entrait lentement dans l’adolescence et se retrouvait allongé sur le lit pendant des heures avec un livre ou une tablette, je me suis retrouvée à vouloir l’embêter. Quelque chose comme : “Tu n’as rien de mieux à faire ? Va faire la vaisselle”.

Et à ce moment-là, je me suis rendu compte qu’il s’agissait de l’influence de mes parents plus âgés, qui étaient toujours secoués de colère lorsqu’ils voyaient un “fainéant” et une “fainéante”. Pour une raison quelconque, on croyait qu’un enfant devait être occupé chaque seconde. Et pas avec n’importe quelle bêtise, mais avec quelque chose d’utile. Sinon, il deviendra un paresseux, un opportuniste et un membre inutile de la société.

Mais même les psychologues disent que les enfants devraient avoir du temps libre, quand personne ne les dérange et ne les charge de toutes sortes de choses.

Oui, j’aime toujours pas trop le nettoyage ni vraiment repenser à mon enfance de petite Cendrillon. Cela dit, je comprends que chacun d’entre nous doive faire des efforts pour garder la maison propre.

Ma famille actuelle a une règle simple : nous vivons tous dans cet appartement, ce qui signifie que nous devons tous participer au maintien de l’ordre et du confort du mieux que nous pouvons. Je pense que c’est beaucoup plus honnête que de transférer toutes les tâches ménagères à l’enfant, et de justifier cela en disant “c’est moi qui gagne l’argent”.

Bonus : autant de têtes, autant d’avis

  • Mes parents croyaient fermement qu’un enfant devait seulement apprendre et s’amuser. Par conséquent, enfant, je n’ai jamais rangé après moi : je ne faisais pas mon lit et ne sortais pas les poubelles. Je vais vous parler des conséquences : lorsque je suis entrée à l’université, mes camarades de dortoir ont commencé à dire que j’étais une flemmarde. Partager une chambre avec moi à l’époque était vraiment insupportable : les vêtements étaient éparpillés partout, il y avait des assiettes et des tasses non lavées. Même aujourd’hui, en tant que femme mariée, je ne supporte pas les tâches ménagères, et quelque part, j’ai le sentiment que c’est la responsabilité de quelqu’un d’autre. J’élève mon fils différemment. Il m’aide à faire la lessive, à jeter les ordures et à passer l’aspirateur depuis qu’il a deux ans. © Ranjini Shankar / Quora
  • Voici la liste des responsabilités de mon fils : nourrir le chien, préparer le dîner une fois par semaine, faire la vaisselle, nettoyer après soi et sortir les poubelles. Comme récompense, je lui achète de nouveaux vêtements et des fournitures scolaires, je l’emmène en voyage, je paie ses activités sportives et je lui permets de recevoir des amis. S’il refuse de faire ses tâches, je peux facilement le priver de tous les avantages que je lui offre. © Brooke Epps / Quora
  • À l’âge de cinq ans, j’étais considérée comme assez grande pour aider à la maison. Je faisais la lessive, la vaisselle et j’étais responsable de la cuisine avec mes autres frères et sœurs. Si la maison était sale, on nous interdisait de regarder des dessins animés. Et nous devions faire nos devoirs à temps. © Joyce Frankel / Quora
  • Quand j’avais six ans, mon père a acheté une ferme. Mes sœurs et moi devions balayer les sols, faire la vaisselle et passer l’aspirateur sur les deux étages de la maison. Nous avions également des corvées saisonnières comme le travail dans le jardin, l’aide à la cueillette des fruits et des baies, le désherbage, la préparation du bois de chauffage, l’entretien de la pelouse, la traite des vaches et la garde des veaux. D’ailleurs, les sœurs de ma mère avaient l’habitude de lui dire que nous travaillions trop dur, mais elle ne prêtait aucune attention à ces mots. Oui, nous avons grandi et sommes devenus des gens qui ont réussi leur vie. Mais je me surprends souvent à penser que je ne sais pas du tout prendre soin de moi et que je ne travaille que pour le bien des autres. © Leah Spencer / Quora

Obliges-tu ton enfant à aider à la maison ou penses-tu que travailler c’est uniquement pour les adultes ?

Sympa/Psychologie/“Ne fais pas de tes enfants tes propres domestiques”. Un message franc sur la question de savoir si un enfant doit aider aux tâches ménagères
Partager cet article